SF Mag
     
Directeur : Alain Pelosato
Sommaires des anciens Nos
  
       ABONNEMENT - BOUTIQUE - FAITES UN DON
Sfmag No108
108
2
2
 
j
u
i
l
l
e
t
RETOUR à L'ACCUEIL
BD   CINE   COUV.   DOSSIERS   DVD   E-BOOKS  
HORS SERIES    INTERVIEWS   JEUX   LIVRES  
NOUVELLES   TV   Zbis   PD-AP  
Encyclopédie de l'Imaginaire, plus de 13 000 articles
  Sommaire - Livres -  A - F -  La Musique du sang




"La Musique du sang"
de
Greg Bear

Editeur :
Gallimard Folio SF
 

"La Musique du sang"
de Greg Bear



Edition : Folio
Collection : SF
Année 2005
346 pages
ISBN : 2-07-031643-2
Prix : : 5.89

Note 8

Synopsis :

Parce qu’il a mené des recherches secrètes sur les bio-chips, des ordinateurs biologiques vivants de la taille d’une cellule, Vergil Ulam, jeune et brillant généticien, est renvoyé de son laboratoire. Pour sauver le produit de son travail il s’injecte les précieuses cellules, croyant pouvoir facilement les récupérer. Mais celles-ci se multiplient, pervertissent peu à peu leurs congénères saines, finissent par remodeler tout son organisme. Et l’inquiétude naît, quand il se rend compte que cette maladie intelligente se transmet à une vitesse fulgurante. Les Etats-Unis, et bientôt la planète entière, vont vivre une apocalypse inédite.
A la fois spéculation scientifique aux potentialités effrayantes et roman catastrophe dans la droite lignée de ceux de Stephen King, La musique du sang développe le thème de la nouvelle « Le chant des leucocytes », lauréate des prix Hugo et Nébula, les deux plus hautes distinctions de la science fiction mondiale.

L’histoire :

Vergil Ulam est un homme timide doté d’un physique ingrat, ce qui n’arrange rien. Pourtant, ce qui le tient à l’écart des autres, c’est son cerveau exceptionnel. Etudiant déjà, tout le monde le prenait pour un fou : n’avait-il pas réussi à faire uriner bleu un de ses amis ? Parallèlement à sa brillante carrière chez Génétron, il se consacre à son ultime projet personnel : les bio-chips, où comment rendre des cellules intelligentes en les faisant apprendre, et apprendre encore ! Ses collègues voient en lui un concurrent sérieux et considère les recherches personnelles comme interdites. Vergil doit tout détruire avant de quitter les lieux. Il refuse de laisser tout tomber à cause de personnes aussi incompréhensives. Alors il s’injecte les fameuses cellules, utilisant son corps comme un moyen de transport discret en attendant de trouver un autre laboratoire qui voudra bien de lui, pour pouvoir retirer les hôtes de son corps. Mais rien ne se passe comme prévu et les créations d’Ulam transforment petit à petit son corps, le rendant plus beau, plus fort, en pleine santé. Tout se fait progressivement, lentement... au début, le scientifique impute cela à l’amour, nouvellement rencontré. Mais il n’en est rien. Il entre bel et bien en mutation : des arrêtes blanches se créent sur son corps, il se met à entendre des voix. Il fait appel à son ami le docteur Bernard pour tenter de le soigner. Mais la maladie se propage hors du corps de Vergil...

Ce roman est palpitant, la seconde moitié du livre se déroule sur un rythme moins soutenu mais l’aventure des personnages reste captivante. Greg Bear traite ici du sujet de la quête d’immortalité cher à son cœur. Le style est moins fouillé que dans « en quête d’éternité », ce qui me convient mieux je l’avoue ! J’ai nettement préféré « la musique du sang » pourtant écrit bien avant. Un bon livre pour ceux qui apprécient la science-fiction au sens littéral !

Nat.






Retour au sommaire