SF Mag
     
Directeur : Alain Pelosato
Sommaires des anciens Nos
  
       ABONNEMENT - BOUTIQUE - FAITES UN DON
Sfmag No116
110
9
 
a
o
û
t
RETOUR à L'ACCUEIL
BD   CINE   COUV.   DOSSIERS   DVD   E-BOOKS  
HORS SERIES    INTERVIEWS   JEUX   LIVRES  
NOUVELLES   TV   Zbis   P. Dagon-A. Pelosato  
Encyclopédie de l'Imaginaire, plus de 16 000 articles
  Sommaire - DVD -  G - L -  Immortel
LIVRES-SF-FANTASTIQUE
Voir 89 livres sur le cinéma, romans, études, histoire, sociologie...
"Immortel"
de Enki Bilal

UGC / FOX DISTRIBUTION / TF1 VIDEO

Existe en version 3 disques ainsi qu’en version album collector avec une dédicace d’Enki Bilal et un livre.

2 dvd 9

Langues : ANGLAIS 5.1 DOLBY DIGITAL et DTS et FRANCAIS DOLBY DIGITAL et DTS.

Sous-titres : FRANÇAIS imposés sur la V.O.

Image : 4.5/5
Son : DOLBY DIGITAL : 5/5
DTS : 5+/5

Interactivité : 3

Notez une superbe musique très envoûtante sur le menu principal que l’on pourrait presque jouer toute seule comme musique d’ambiance.

Dvd sorti en France en Novembre 2004

Le transfert :
Source d’origine : Format 1.85.1 à partir du transfert Haute Définition CAM 1081I.

Je précise que mon test a été effectué sur vidéo projecteur Sony (1031) avec un dvd multizones PGS (progressive scan) et une image “doublée” à 60 hertz NTSC.

Si vous avez un moniteur acceptant le NTSC et un lecteur dvd PGS je vous conseille fortement de “booster" l’image en 60 hertz, vous obtiendrez une meilleure définition et surtout une bien plus importante luminosité.

L’image en règle générale est très précise, très détaillée et glaciale dans sa manière de raconter l’histoire...

La colorimétrie est bien balancée, les couleurs "chairs" bien reproduites (bien que parfois délavée mais c’est un effet voulu) avec un excellent contraste des noirs. On remarque tout de même un aspect tres digital au niveau de nombreux personnages et le CGI (images par ordinateur, ndlr) est malheureusement évident.

Par contre, grâce à la camera haute définition, de très nombreux plans présentent une profondeur de champs à proprement parler hallucinante.

Quasiment aucune pixellisation à part certains plans et encore il faut vraiment les chercher à la loupe.

Les acteurs ont, quant à eux, un aspect chair parfois délavé très science-fiction qui donne un rendu visuel parfait et aide à raconter l’histoire.

Enfin, on peut observer de nombreux contours vidéos inhérents à ce genre de procédé mais cela tout de même ne gâche pas nôtre plaisir tant l’image est contrastée, extrêmement lumineuse et dans l’ensemble rend parfaitement l’histoire et l’ambiance qu’elle doit raconter.

Une petite ombre au tableau : Les sous-titres français imposés sur la V.O. qui peuvent distraire l’attention. On pourrait les enlever avec un programme par ordinateur mais ce serait ici beaucoup trop long à expliquer et cela demande un matériel très coûteux.

Une note tres importante :

Après les différents tests que j’ai conduits sur ce dvd - tout de même exceptionnel -, j’ai remarqué, à ma grande surprise, que le rendu n’était pas le même selon le moniteur employé.

Sur les écrans plats plasma : Excellente image dans l’ensemble, aucun problème notoire.

Sur les écrans LCD : Une catastrophe au niveau de la pixellisation surtout au niveau des personnages par ordinateur. Les pixels n’arrivent pas à former une bonne image et celle-ci s’en trouve complètement dénaturée.

Sur les vidéo projecteurs monotubes LCD : Même problème qu’avec un écran LCD.

Sur les monotubes DLP : Très beau rendu.

Sur les tri-tubes : Image superbe, mis à part les contours vidéo inhérents au transfert.

Top image : Jill (Linday Hardy) en pleine marche au milieu de la ville sur un bout de métal. Incroyable contraste et luminosité, une image véritablement magnifique

Le son : C’est la première fois que je rencontre une bande son aussi élaborée dans un film français. La production a misé gros cette fois en nous proposant du dolby digital EX et du DTS ES.

Que sont exactement ces 2 définitions ? En voici l’explication : Ces 2 formats rajoutent un canal central arrière pour former 6.1 canaux sonores et non 5.1 comme nous y sommes accoutumés.

Si vous n’avez que du 5.1 ce sera parfait. Si vous n’avez que 2.0 (2 enceintes) vous perdrez en informations sonores.

Dès la première séquence, les 6.1 canaux sont utilisés de manière optimale. Dans l’ensemble les dialogues sont extrêmement naturels et n’ont aucun aspect “enregistrement studio“ (Superbe narration et richesse vocale). Tout le spectrum visuel s’entend et un véritable champ sonore à 360 degrés se met en place tout autour des enceintes : Vous êtes bien dans ce New York futuriste en 2095 !

C’est donc une superbe bande son à laquelle on est conviée avec, en plus, des basses non seulement étendues au caisson mais parfois à toutes les enceintes : Une étape importante et superbe dans le cinéma français.

Meilleur rendu en V.O. qu’en V.F. mais, dans l’ensemble, les 2 versions sont fantastiques.

Un léger plus au niveau du raffinement et de la richesse sonore en DTS qu’en dolby enregistré à 780 bits et 480 respectivement..

Top son : Tomas Kretshmann (Nikopol) en pleine chute libre et l’ouverture des ailes d’Horus sur toutes les enceintes avec de très fortes basses directionnelles et précises. .

LES BONUS :

1) MAKING OF

2) MAKING OF TECHNIQUE(réalisé par les responsables des effets visuels)

3) DISCUSSION AVEC SERGE LEHMASNN (Co-scénariste)

4) Les avants premières

5) Rencontre avec le public

6) Enki Bilal face à son atelier

7) Interview du compositeur Goran Vejvoda

8) 50 minutes de musique inédite.

Très bon "making of" et les bonus sont, dans l’ensemble, très fournis.

Au Final : Un superbe transfert malgré les contours vidéo et un véritable cadeau du cinéma français. A voir et à revoir et..... Si vous en avez la possibilité, regardez le sur le + grand écran possible, car c’est un délire d’une richesse visuelle incroyable.

Image :......................4.5/5
Son : DOLBY DIGITAL : 5/5
DTS : 5+/5

Marc Sessego
Correction Andrée Cormier



Retour au sommaire