SF Mag
     
Directeur : Alain Pelosato
Sommaires des anciens Nos
  
       ABONNEMENT - BOUTIQUE - FAITES UN DON
Sfmag No108
108
2
2
 
j
u
i
l
l
e
t
RETOUR à L'ACCUEIL
BD   CINE   COUV.   DOSSIERS   DVD   E-BOOKS  
HORS SERIES    INTERVIEWS   JEUX   LIVRES  
NOUVELLES   TV   Zbis   PD-AP  
Encyclopédie de l'Imaginaire, plus de 13 000 articles
  Sommaire - Sciences -  Nucléaire : Le Point ne fait pas le point !

Article précédent :
Les propriétés de Predator

Nucléaire : Le Point ne fait pas le point !

Article suivant :
Saturne dévoile ses formes


Voici une lettre de lecteur envoyée au magazine Le Point et qui concerne les réacteurs nucléaires haute température.

Madame, Monsieur,

Cette semaine, sur le plan scientifique, Le POINT n°1693 semble avoir produit un effort particulier à se distinguer par ses approximations et raccourcis stupéfiants intéressant, comme par hasard, une énergie nucléaire déjà bien accablée dans la conscience collective.

L¹hebdomadaire développe sur deux pages l¹essor prodigieux auquel la Chine destine cette énergie, dans les prochaines décennies, et illustre son propos par un encart intitulé « 4 ème générationŠ ». Il y est question du réacteur expérimental « haute température à Gaz » de 10 MW, HTRG-10, que les Chinois seraient sur le point de commercialiser. Parlant de ce prototype de 4ème génération, l¹auteur dit ceci : « le réacteur est refroidi à l¹hélium porté à plus de 1000°C, hélium qui pourra être remplacé par du thoriumŠ »

Diffuser ce genre de fantaisie c¹est témoigner bien peu de considération au lecteur. Qu¹il en juge : tandis que l¹hélium n¹est qu¹un fluide caloporteur destiné à mettre en mouvement une turbine à gaz, le thorium est, comme l¹uranium naturel, la matière première très abondante et non encore exploitée d¹un combustible nucléaire. Il est envisagé de l¹utiliser directement mêlé à un sel fondu de fluorure de lithium - un autre fluide caloporteur - mis en mouvement à travers un bloc modérateur en graphite et un échangeur de température sel/sel. Mais, pareille installation fait l¹objet d¹un autre concept de réacteur de 4 ème génération - utilisant d¹ailleurs un classique circuit eau-vapeur - totalement distinct du concept « haute température ». Aussi, parler d¹interchangeabilité entre hélium et thorium, sous prétexte d¹évoquer le cadre de génération IV est-il aussi grotesque que d¹affirmer qu¹un Solex peut fonctionner au Gas-oil.

L¹autre thème, largement développé dans ce n°1693 et dont l¹approche est sujette à critique, n¹est pas sans rapport avec le précédent : il s¹agit du dessalement de l¹eau de mer par osmose inverse. Le chroniqueur découvre manifestement un procédé qu¹il tient comme le remède définitif et bon marché aux grandes pénuries mondiales qui se profilent. Emporté par son exaltation, il oublie de considérer que le procédé est très « énergivore », en électricité exclusivement, même s¹il l¹est moins que la distillation. Il feint d¹ignorer que cette électricité ne coûte pas cher aux pays du Golfe et n¹est encore abordable pour les pays développés qu¹au cours actuel d¹un pétrole produisant aujourd¹hui près de 80 % de l¹électricité de la Planète. Il pousse même jusqu¹à présenter l¹usine nucléaire de dessalement de Yantaï, en Chine, comme une incongruité ! Il faut lui rappeler que, bien avant l¹épuisement asymptotique de ce pétrole - unanimement prévu avant 50 ans -, les cours du brut vont singulièrement s¹envoler, de même que les besoins en eau dessalée résultant de sècheresses que les dérèglements climatiques ne vont pas manquer de provoquer.
Alors que ces besoins vont s¹avérer considérables, le prix de l¹énergie « classique » va rendre leur satisfaction de moins en moins accessible. Le seul vrai salut, en la matière, l¹humanité le trouvera précisément dans ce réacteur nucléaire « haute température » dont on découvrira rapidement qu¹il est paré de bien des vertus. Non seulement il produira une électricité bon marché, mais il sera apte à « cogénérer » de l¹eau douce par « distillation flash », grâce à une eau de refroidissement proche de 100°C ; et il sera bien plus prodigue encore, car apte à produire industriellement et à un coût raisonnable un hydrogène qui, d¹une manière ou d¹une autre, va s¹avérer au moins aussi vital que l¹eau dessalée.

Je vous demande, Madame, Monsieur, de faire savoir tout ceci à vos lecteurs et à vos journalistes.

Bien cordialement

André PELLEN, ingénieur d¹EDF en retraite.

Recueilli par Alain Pelosato sur le groupe de discussion nucleaire@yahoogroupes.fr




Retour au sommaire des infos Sciences
S'inscrire à infosfmag
Adresse du service :fr.groups.yahoo.com