SF Mag
     
Directeur : Alain Pelosato
Sommaires des anciens Nos
  
       ABONNEMENT - BOUTIQUE - FAITES UN DON
Sfmag No108
108
2
2
 
j
u
i
l
l
e
t
RETOUR à L'ACCUEIL
BD   CINE   COUV.   DOSSIERS   DVD   E-BOOKS  
HORS SERIES    INTERVIEWS   JEUX   LIVRES  
NOUVELLES   TV   Zbis   PD-AP  
Encyclopédie de l'Imaginaire, plus de 13 000 articles
  Sommaire - Sciences -  Sursauteur gamma dans la voie lactée

Article précédent :
L’énergie d’EDF

Sursauteur gamma dans la voie lactée

Article suivant :
Energie nucléaire pour le XXIe siècle à Paris en mars 2005


Une brève "bouffée" de rayonnements de très haute énergie - de rayonnements gamma, puis de rayonnements X -, d’une puissance jamais vue jusqu’ici, a été détectée dans la Voie lactée fin décembre par plusieurs observatoires spatiaux.

Le compte rendu des premières observations et analyses de ce gigantesque "éclair" de rayonnements gamma, fait par une équipe internationale conduite par Kevin Hurley, de l’Université de Californie à Berkeley, a été soumis pour publication à la revue britannique Nature.

L’énergie produite en deux centièmes de secondes lors de cet éclair, le 27 décembre, a été supérieure à ce que le Soleil a produit en 250.000 ans.

Cette bouffée d’énergie mille fois plus importante que les plus brillantes supernovae (explosions d’étoiles massives) provient, expliquent les chercheurs, d’un sursauteur gamma connu, SGR 1806-20 (SGR pour "Soft Gamma Ray"), qui est vraisemblablement un magnétar, ces étoiles à neutrons au formidable champ magnétique.

SGR 1806-20 se trouve dans la constellation du Sagittaire, à 50.000 années-lumière. Selon certains chercheurs américains qui ont analysé l’émission radio de son "flash" du 27 décembre, il ne se serait toutefois qu’à 30.000 années-lumière.

Les sursauteurs gamma mous sont des étoiles à neutrons — des résidus d’étoiles d’une masse supérieure à une fois et demie celle du Soleil, qui ont explosé en supernovae — émettant à intervalles plus ou moins réguliers de brèves et intenses bouffées de rayonnement gamma de basse énergie.

Quant aux magnétars, nouveaux venus dans le monde des objets célestes, théorisés au début des années 1990 par Robert Duncan, de l’Université du Texas à Austin, et Christopher Thompson, de l’Université de Caroline du Nord à Chapel Hill, ils seraient des étoiles à neutrons pourvues d’un champ magnétique considérable.

Lors de leur naissance, certaines de ces étoiles à neutrons, en raison de leur grande vitesse de rotation, engendreraient un puissant champ magnétique (de l’ordre de 800 millions de millions de gauss, alors que le champ magnétique terrestre est de moins de un gauss et celui du Soleil de 10 G). En quelque milliers d’années, l’énergie de ces astres serait "pompée" par leur champ magnétique, ce qui réduirait leur vitesse de rotation à un tour toutes les cinq ou dix secondes : on aurait alors affaire à un magnétar. Les sursauteurs gamma mous, ont avancé ces dernières années des théoriciens, seraient des magnétars.

Recueilli par Alain Pelosato




Retour au sommaire des infos Sciences
S'inscrire à infosfmag
Adresse du service :fr.groups.yahoo.com