SF Mag
     
Directeur : Alain Pelosato
Sommaires des anciens Nos
  
       ABONNEMENT - BOUTIQUE - FAITES UN DON
Sfmag No108
108
2
2
 
j
u
i
l
l
e
t
RETOUR à L'ACCUEIL
BD   CINE   COUV.   DOSSIERS   DVD   E-BOOKS  
HORS SERIES    INTERVIEWS   JEUX   LIVRES  
NOUVELLES   TV   Zbis   PD-AP  
Encyclopédie de l'Imaginaire, plus de 13 000 articles
  Sommaire - Films -  A - F -  Capitaine Sky et le monde de demain


"Capitaine Sky et le monde de demain" de Kerry Conran

 

Sky Captain And The World Of Tomorrow

Date de sortie : 16 Mars 2005
Avec Gwyneth Paltrow, Jude Law, Giovanni Ribisi
Film britannique. Genre : Thriller, Science fiction
Durée : 1h 46min. Année de production : 2003

Sky Captain” est l’exemple même du film que l’on pourrait qualifier de “ rêve hollywoodien ” où le metteur en scène Kerry Conran - un illustre inconnu - apporte une nouvelle vision au monde du cinéma et peut-être même un nouveau succès surprise qui pourrait en étonner plus d’un. Un casting pour le moins attrayant et un très gros studio derrière lui qui n’est autre que le géant “ Paramount ”. Une chose est d’ores et déjà certaines : “ Sky Captain ” ne laissera personne indifférent.....

Dans le New York de la fin des années 30 et avec les premiers prémices de la guerre, la métropole de Manhattan subit une attaque de robots métalliques géants marchant dans les rues pour n’y puiser que certaines ressources sans tuer ni accidenter qui que ce soit. Bien décidée à faire la lumière sur le pourquoi de cette attaque, une intrépide reporter Mollly Perkins (gwyneth Paltrow) découvre au cours de son enquête que les plus grands savants de la planète ont successivement disparu. elle fait alors appel à une sorte d’aventurier, baroudeur à ses heures, Joe “ Sky Captain ” Sullivan (Jude Law) qui lui même, au cours de cette dangereuse aventure fera appel, pour lui prêter main-forte, à son amie Frankie Cook (Angelina Jolie) chef d’une élite de pilotes féminins stationnés en plein ciel ... L’aventure peut donc commencer et quelle aventure................

Le metteur en scène Kerry Conran a eu son “ Sky Captain ” financé par des studios avec comme seul et unique outil un incroyable programme d’images par ordinateur laissant libre court à son imagination et lui permettant d’insérer tous ses personnages dans des décors tour à tour insolites, imaginaires, futuristes, bref une folie créatrice qu’il a su merveilleusement exploiter par une démo de 8 minutes. Il s’est allié avec le célèbre producteur Jon Avnet et certains membres de la famille de producteurs “ De Laurentis ” pour s’assurer le meilleur rendu possible et surtout avoir une production sans trop de heurts car quasiment tout le film se tournera devant des écrans bleus et verts (A Londres et sur le même plateau sur lequel fut tourné La guerre des étoiles en 1976, ndlr). S’associent vite au projet les talents d’Angelina Jolie, Gwyneth Paltrow et lorsque Jude Law est sollicité, celui ci rétorque, “ C’est génial ce truc, quand commence t-on ? ”. Ce petit historique etait je pense nécessaire pour expliquer la naissance de ce film totalement hors du commun.

“ Sky Captain ” est un film que l’on pourrait qualifier de film de la vieille école car toute sa photographie reprend le visuel des vieilles photos des années 30/ 40, et on ne retrouve jamais ici le style MTV/ Publicité ou ultra clippé et monté au couteau de beaucoup de productions actuelles. On est à des années lumières du style visuel Michael Bay “ d’Armaggedon ” ou de “ Bad Boys 2 ” et c’est d’ailleurs un plaisir de voir un aussi beau travail à l’écran. Chaque plan ressemble un peu à une oeuvre d’art que l’on a détaillée au maximum pour nous replonger dans l’aventure des vieux classiques, Errol Flynn et Flash Gordon en tête et revenir à un cinéma très pur et oh combien malheureusement délaissé depuis bien des années.

L’élément totalement contradictoire c’est que tout ce visuel magnifique et imaginatif provient de nos chers ordinateurs ! Presque, je dis bien presque aucun des décors ne sont réels et de là à dire que c’est “ la super haute technologie de pointe au service de l’ancien ” il n‘y a ici qu‘un bout de pellicule de différence.....

Le métrage comporte également de très nombreuses références aux classiques de la Science Fiction des années 30 jusqu’à 50 et je me demande d’ailleurs si la nouvelle génération va les découvrir ou si certains les connaissent. Je ne vous les dévoilerai pas mais ayez l’œil grand ouvert et les oreilles bien à l’écoute car “ King Kong ”, “ le magicien d’Oz ”, “la guerre des mondes ”, “ planète interdite ” et bien d’autres encore détiennent ici leurs références aussi bien visuelles que sonores. Conran est allé tres loin dans l’utilisation de celles-ci, elles font partie intégrante de l’histoire... : je vous laisse le soin de les découvrir mais franchement il fallait oser ! Nous ne sommes pas dans “ planète interdite ”, mais l’on en est terriblement proche....

Conran a également réussi une excellente mise en scène, très inventive mais qui n’est pas “ tape a l’œil ” en se servant d’un excellent scénario où tous les éléments ont leur importance et où rien n’est laissé au hasard. Conran sait jouer de sa camera et sait également ce qu’il doit montrer et quand et comment le montrer avec, par exemple, une étourdissante course poursuite en plein New York entre Sky Captain aux commandes de son avion et des ailes volantes qui se termine au cœur de Broadway. C’est extrêmement bien fait, excitant, et visuellement on jubile.... car nous avons en plus de l’humour à profusion.

D’ailleurs, pour un film de ce style visuel : “ ancien ”, l’on ne s’attend pas à une telle “débauche” sonore... On constate un incroyable travail apporté au mixage de la bande son et l’on se retrouve immergé dans un espace sonore à 360 degrés, tout comme les toutes premières projections de l’époque en Cinérama puis celles en 70 mm / 6 pistes magnétiques car je vous assure que ce soit la scène d’attaque des robots géants dans New York ou les poursuites aériennes, elles feraient presque pâlir les méga productions actuelles de chez Spielberg ou Lucas........ Comme quoi les nouvelles têtes apportent parfois une nouveauté et une “ fraîcheur ” artistique et ca fait du bien. Merci Paramount !

Côté casting, aucune méga stars, que des comédiens confirmés et l’on sent qu’ils ont tous aimé cette aventure : Un excellent Jude Law à mille lieux de “ Stalingrad ” et de “ Cold Mountain ” : Il adore visiblement ce film et endosse merveilleusement son personnage. Gwyneth Paltrow est parfaite dans son rôle de journaliste quelque peu maladroite (Attention aux répliques et aux gestuels et ce jusqu’au final...vous allez rire !!!), une Angelina Jolie que l’on découvre ici avec un bandeau sur l’œil tel un vieux baroudeur et qui, malgré cela est ravissante, Giovanni Ribisi en inventeur et Michael Gambon en éditeur patron de Paltrow complètent une excellente distribution... Sans oublier, bien sûr, le clou du spectacle qu’est la réutilisation en images d’archives de Sir Lawrence Olivier. Vraiment Kerry Conran est allé très, très loin dans sa recherche créative et quelle bonne idée !!!! .

“ Sky Captain ” emportera-t-il l’adhésion du public européen ou ce film le déroutera-t-il ?. c’est maintenant la grande question. Les spectateurs auront-ils le recul nécessaire et assez de curiosité pour en comprendre les références, l’humour et surtout retrouver un style qui fit jadis la gloire du cinéma hollywoodien ?. Quand on sait que la nouvelle génération ne jure plus que par MTV et ne sait même pas de quel film provient “ Robby Le Robot ” il y a de quoi se poser quelques questions.

Personnellement je trouve merveilleux de replonger dans le style des vieux classiques et de sortir de notre style commercial tellement chers aux multiplex actuels. “ Sky Captain ” est pour moi un petit bijou, peut être même le meilleur film de l’année au point de vue originalité. Je me rappelle de ce qu’avait dit Angelina Jolie au cours d’une interview : “ Vous savez plus personne ne se casserait la tête aujourd’hui pour faire un film pareil, “ Sky Captain ” est vraiment spécial ”. Je suis “ on ne peut plus d’accord avec elle ”, maintenant le public le sera-t-il aussi ?.

Marc Sessego



Retour au sommaire