SF Mag
     
Directeur : Alain Pelosato
Sommaires des anciens Nos
  
       ABONNEMENT - BOUTIQUE - FAITES UN DON
Sfmag No108
108
2
2
 
j
u
i
l
l
e
t
RETOUR à L'ACCUEIL
BD   CINE   COUV.   DOSSIERS   DVD   E-BOOKS  
HORS SERIES    INTERVIEWS   JEUX   LIVRES  
NOUVELLES   TV   Zbis   PD-AP  
Encyclopédie de l'Imaginaire, plus de 13 000 articles
  Sommaire - Films -  A - F -  Assaut sur le central 13


"Assaut sur le central 13" de Jean-Francois Richet

 

Date de sortie : 02 Mars 2005

Avec Ethan Hawke, Laurence Fishburne, John Leguizamo

Film français, américain. Genre : Action
Durée : 1h 50min. Année de production : 2004

Assault On Precinct 13

C’est en 1976 que John Carpenter avait écrit et dirigé « Assault on Precinct 13 » dont ce film est le remake : Difficile de passer après lui n’est-ce pas ? Et pourtant... Jean François Richet a réussi ce tour de force : ce nouvel « Assault on Precinct 13 » est un excellent thriller et dès les premières minutes toutes les appréhensions ou objections sont balayées : Action, suspense et violence sont parfaitement au rendez-vous...

Detroit, Commissariat 13 la nuit de la Saint Sylvestre : le Sergent Jake Roenick (Ethan Hawke) est de garde dans ce Commissariat qui doit fermer le lendemain et dont le personnel a déjà été muté. Ne reste avec lui que quelques employés Jasper O’Shea (Brian Dennehy) un vieux policier qui vient juste de prendre sa retraite, la Secrétaire Iris Ferry (Drea Matteo)... et .... Alex Sabian (Maria Bello) la psychologue de la Police - en charge de Jake - qui elle attend un dépanneur. Tout est calme et ils s’apprêtent à fêter tranquillement cette fin d’année... Alors qu’à l’extérieur une terrible tempête de neige se lève forçant un bus transportant des prisonniers à chercher refuge dans leur commissariat ! L’un des prisonniers est le célèbre seigneur de la drogue Marcus Bishop (Lawrence Fishburne) et sa présence va déclencher l’assaut..... !

Ici tout est installé dès les premières minutes alors que nous voyons une enquête de Jake qui tourne mal et se termine par la mort de ses 2 équipiers.... Nous le retrouvons 8 mois plus tard à la tête de ce Commissariat, buvant et se gavant de comprimés en attendant simplement que la pendule égrène les 12 coups de minuit tandis qu’à l’extérieur Marcus rencontre un policier ripoux, le tue, est arrêté et... comme nous sommes un jour férié il est bien obligé d’attendre le lendemain pour payer sa caution et être libre. C’est ainsi qu’il se retrouve avec 3 autres prisonniers à l’abri de la tempête dans ce commissariat alors que leur bus a été suivi sur tout leur parcours par une mystérieuse camionnette noire.

Dans ce western moderne genre « Alamo » revu et corrigé tout est vite et efficacement établi tandis que l’on introduit les autres protagonistes du drame : Beck (John Leguizamo) un drogué notoire complètement « fêlé », Smiley (Jeffrey ‘Ja Rule’ Atkins) un escroc « à la petite semaine » et Anna (Aisha Hinds) qui elle est peut être innocente.

.Le Directeur Français Jean François Richet ne laisse jamais tomber la tension ni l’atmosphère du film avec un excellent jeu du chat et de la souris, il prend vraiment le contrôle et nous présente l’action avec un maximum de clarté. Il nous donne parfaitement l’exemple des prouesses que peut faire un bon directeur et croyez moi l’on est heureusement surpris.. Nous nous inquiétons pour les hommes et femmes qui en sont les héros et dans bien des cas nous sommes touchés de ce qui arrive a certains caractères auxquels nous nous sommes attachés.

Ethan Hawke est un parfait jeune flic complètement perturbé qui n’a qu’une envie rester bien au chaud dans ce Commissariat jusqu’à sa retraite. Il ne veut surtout pas revivre le cauchemar qu’a été pour lui la perte de ses 2 équipiers mais lorsqu’il découvre un badge de policier sur le corps de l’un de leurs attaquants il comprend soudain qu’il est le seul à pouvoir organiser la défense du Commissariat complètement isolé et.... sans aucun espoir de secours. Son sens du devoir reprend alors le dessus et c’est ainsi que prisonniers et policiers vont joindre leurs forces pour survivre

Le scénariste James Demonaco a fait un excellent travail en rafraîchissant et remettant au goût du jour l’histoire originale de Carpenter. Il y a inclus assez de twists pour que le spectateurs s’y perde et ne sache plus qui va ou non rester en vie.

Lawrence Fishburne, dès qu’il apparaît, retient toute notre attention. Il nous prouve encore une fois que personne ne peut mieux que lui jouer un personnage arrogant et glacial... Il a un visage de marbre... Bref, c’est un iceberg à la puissance 1000 ! D’ailleurs dans bien des scènes c’est lui qui « vole la vedette ».....

Gabriel Byrne (Marcus Duvall) est très convaincant en chef de police véreux d’un service corrompu. Son objectif est de protéger les hommes de son département qu’il considère comme ses enfants, en faisant taire Marcus et pour ce faire il n’hésite pas à ordonner l’attaque du Precinct 13. Il ne veut bien sûr aucun survivant qui puisse témoigner.

La mignonne Maria Bello est pourrait on dire « la lampiste ». Sa seule véritable déveine est de se trouver au mauvais endroit au mauvais moment.....

Bien sur « Assaut on Precinct 13 » n’est pas un film inouï dont on parlera encore dans 20 ans mais il a le look et l’énergie d’un véritable thriller des années 70, c’est un superbe « entertainment » et c’est vraiment une très, très heureuse surprise

Andrée Cormier



Retour au sommaire