SF Mag
     
Directeur : Alain Pelosato
Sommaires des anciens Nos
  
       ABONNEMENT - BOUTIQUE - FAITES UN DON
Sfmag No118
118
23
 
j
a
n
v
i
e
r
RETOUR à L'ACCUEIL
BD   CINE   COUV.   DOSSIERS   DVD   E-BOOKS  
HORS SERIES    INTERVIEWS   JEUX   LIVRES  
NOUVELLES   TV   Zbis   sfm éditions  
Encyclopédie de l'Imaginaire, plus de 16 000 articles
  Sommaire - FESTIVAL Gérardmer 2023 -  THE PRICE WE PAY


Voir et choisir parmi mes 103 titres : images

"THE PRICE WE PAY" Ryûhei Kitamura


- 

- 

- 
- 
- 
- 
- 
- 

- 

- 

- 
- 
- 
Lire 2800 chroniques de films dans le livre d’Alain Pelosato, grand format 15x23, 700 pages) :
123 ans de cinéma fantastique et de SF - essais et données pour une histoire du cinéma fantastique - 1895-2019
 

THE PRICE WE PAY
Ryûhei Kitamura
Avec Emile Hirsch, Stephen Dorff, Gigi Zumbado

Version française - Please scroll down the page for the English version.

Un indépendant présenté au festival de Gérardmer 2023.
Le réalisateur est japonais et le casting très intéressant : Emile Hirsch, Stephen Dorff, Gigi Zumbado ainsi que Vernon Wells, le Wez de Mad Max 2. Le récit d’un braquage chez un prêteur sur gage qui se déroule très mal et Il semble que nos malfaiteurs se retrouvent (vraiment) dans de très mauvais draps.
Après que le braquage d’un prêteur sur gage se passe très mal, trois criminels prennent refuge dans une ferme pour se faire oublier. Ils ignorent que cette ferme recèle un secret et c’est le début du cauchemar.
« The price we pay » (littéralement « le prix que l’on paye ») se présente comme une série B et débute avec un braquage qui va très mal se dérouler. L’occasion de nous présenter les différents protagonistes, Alex (Émile Hirsch) en cinglé notoire, son frère Shane (Tanner Zagarinno) complètement dépassé par les événements, Cody (Stephen Dorff) en leader de gang, ainsi que Grace (Gigi Zumbado) la jeune femme se trouvant au mauvais endroit au mauvais moment.
Nos protagonistes vont prendre Gigi en otage et se retrouvent dans sa voiture fuyant la police. Ils vont s’arrêter en chemin, la voiture tombant en panne. C’est le début de la guigne. Ils vont marcher et apercevoir une ferme. Ils y rentrent et rencontrent Danny, jeune garçon ayant l’air très gentil mais quelque peu étrange. Celui-ci accepte qu’ils se reposent dans l’une des maisons vides adjacentes. Entre temps Alex va inspecter la grange et va y faire une découverte effroyable.
« The price we pay » fait d’une certaine façon partie d’un genre que l’on ne voit plus beaucoup et il est vrai que le script en soi ne relève pas de la plus grande originalité. Il est cependant relevé par un cast brillant : Emile Hirsch et Stephen Dorff en tête ainsi qu’une délicieuse interprétation de Vernon Wells, les fans de Mad Max 2 seront ravis. Le film est très bien réalisé par le brillant japonais Ryûhei Kitamura où il nous sert des effets de maquillage hyper gore et ce fabriqué a l’ancienne. On est venu voir un thriller horrifique et bon dieu on est servi. En prime, il nous montre un ersatz de Michael Myers au féminin, je n’en dirai pas plus.
« The price we pay » est une très bonne surprise et ne ment pas sur la marchandise. Cerise sur le gâteau il vous fera penser à la célèbre phrase « Bien mal acquis ne profite jamais ». « The price we pay » nous le démontre de façon terrifiante.
Un très bon moment en perspective - et le popcorn…….à éviter.

Marc Sessego

Version anglaise

An independent production with a Japanese helmet presented at Gerardmer with an interesting cast : Emile Hirsch, Stephen Dorff, Gigi Zumbado and Vernon Wells from The Road Warrior. A pawn shop robbery gone south. Criminals on the run from the police ending up by a farm and finding themselves in a terrifying situation.
After a pawn shop robbery goes askew, two criminals take refuge at a remote farmhouse to try to let the heat die down but find something much more menacing.
« The price we pay » has all elements of a B movie. A robbery going bad which introduces the main characters : Alex (Emile Hirsch)a complete nut, his brother Shane (Tanner Zagarinno), who seems way in over his head, Cody (Stephen Dorff) as the gang leader and Grace (Gigi Zumbado) the young woman being at the wrong place at the wrong time
Grace is taken hostage, they all end up in her car which breaks down forcing them to stop and walk. It seems they’re down on their luck and it may just be the beginning. They keep walking and find a farm. Cody and Grace, passing as husband and wife meet a young boy, Danny (Tyler Sanders) who seems very nice but something’s off about him. Danny tells them that they can rest in one of the near abandoned farmhouses. Meanwhile, Alex goes and inspects the farm and, in the process, makes a horrifying discovery.
« The price we pay » is part of those movies we no longer often make. Truth is the script is not that much original either. However, it contains brilliant acting from Emile Hirsch, Stephen Dorff, a deliciously vicious Vernon Wells and Gigi Zumbado stands out.
Furthermore the picture is brilliantly directed by Japanese director Ryûhei Kitamura. It features practical gory effects that are simply stunning just like the old days of filmmaking and on that end, it is a blast.
It’s supposed to be a « horrific thriller » and boy do we get our money’s worth. Finally, and without revealing too much plot, it contains (let me put it this way) the « feminine Michael Myers version » and everyone’s jaw will surely drop.
« The price we pay » is a real treat and does not cheat on the merchandise. To top it all, it will undeniably remind you of a French saying « ill-gotten gain never benefits”.
The film proves that this saying is indeed very much true in the most horrifying way imaginable.
Quite a delicious dish…. you might want to avoid the popcorn though.

Marc Sessego

Visionner la bande-annonce : https://www.youtube.com/watch?v=aIPbV97Gn8Q

Préférer la version en deux volumes reliés revue et corrigée en 2022

www.amazon.fr/dp/B0BDXFB9LS
000

www.amazon.fr/dp/2915512760

Et sa suite :
125 ans de cinéma fantastique
et de SF Deuxième partie (Mis à jour 1951-2019)

Après la parution de son monumental livre «  123 ans de cinéma fantastique et de SF – essais et données pour une histoire du cinéma fantastique 1895-2019&#8201 » paru en janvier 2019, Alain Pelosato a continué à regarder des films et des séries de télévision  ! «  Quand on écrit ce genre d’ouvrage », explique l’auteur, « c’est sans fin puisque des films et des séries, il continue à en sortir sans cesse  ! Il faut donc prendre la décision de s’arrêter pour publier. C’est pourquoi j’écris et je publie régulièrement des mises à jour depuis 1998.  » De plus, certains éditeurs de DVD ressortent des films des archives et les publient, il y a aussi la télévision et les plateformes sur Internet. Du coup, le présent livre couvre la période 1951 à 2019. Voici donc la dernière mise à jour : un livre de 500 pages avec plus de 700 entrées dans l’index, c’est dire s’il contient beaucoup de chroniques, d’analyses et aussi, la spécialité de l’auteur, de vastes mises à jour de listes thématiques de films (taxinomie du cinéma fantastique). Bonne lecture  !

ET LA TROISIÈME PARTIE :

126 ans de cinéma fantastique et de SF mise à jour 1961-2020 Dossiers Graham Masterton & Stephen King
Broché : https://www.amazon.fr/dp/2915512620
Kindle : https://www.amazon.fr/dp/B08ZSY723W
Et voici le troisième volume des travaux de l’auteur sur le cinéma fantastique et de SF dans sa globalité, la suite logique des deux précédents : « 123 ans de cinéma fantastique et de SF… » et « 125 ans de cinéma fantastique et de SF… » (voir ci-dessous à la fin). Avec ce troisième volume, ce sont plus de 2000 pages (sur la base du format 5x8 pouces de ce livre) de textes qu’Alain Pelosato a rédigés pour mieux connaître le cinéma fantastique et de SF. Ce troisième volume peut, bien sûr, être lu sans avoir lu les deux tomes précédents. Il regroupe 266 pages de chroniques de films, de filmographies et deux dossiers sur la relation de deux écrivains avec le cinéma : Stephen King et Graham Masterton.

Et très prochainement la deuxième partie qui rassemblera
les deux précédents (125 + 126) et toutes les nouveautés :


www.sfmag.net/spip.php ?article16233


Retour au sommaire