SF Mag
     
Directeur : Alain Pelosato
Sommaires des anciens Nos
  
       ABONNEMENT - BOUTIQUE - FAITES UN DON
Sfmag No118
118
23
 
j
a
n
v
i
e
r
RETOUR à L'ACCUEIL
BD   CINE   COUV.   DOSSIERS   DVD   E-BOOKS  
HORS SERIES    INTERVIEWS   JEUX   LIVRES  
NOUVELLES   TV   Zbis   sfm éditions  
Encyclopédie de l'Imaginaire, plus de 16 000 articles
  Sommaire - Films -  S - Z -  The Fabelmans


Voir 46 livres sur le cinéma
Lire 2800 chroniques de films dans le livre d’Alain Pelosato, grand format 15x23, 700 pages) :
123 ans de cinéma fantastique et de SF - essais et données pour une histoire du cinéma fantastique - 1895-2019
 

The Fabelmans
De Steven Spielberg
Avec Gabrielle Labelle, Michelle Williams, Paul Dano.

Le dernier Spielberg sorti outre Atlantique pour le grand week end du Thanksgiving. Le film a très mal été accueilli par le public et se révèle être un cuisant échec commercial après 5 jours d’exploitation.
Nous l’avons vu pendant ce week end et vous donnons nos impressions à chaud.

Élevé dans l’après guerre en Arizona, le jeune Sammy Fabelmans rêve de devenir réalisateur jusqu’à son adolescence. Toutefois grâce aux films qu’il réalise lui même, il découvre une secret de famille et s’aperçoit à quel point le pouvoir des film peut l’aider à voir la vérité.
On nous présente Sammy Fabelmans en 1952 alors tout petit garçon alors qu’il se rend avec ses parents voir le film « The greatest show on earth » - qui le marquera à jamais ou tout du moins une séquence, celle du crash d’un train. Il devient presque obsédé par cette séquence et décide de la recréer avec le train miniature qu’on lui a offert avec la caméra familiale Super 8 - On comprend également que ce « mini tournage » restera un secret entre lui et sa mère, femme très gentille mais excentrique et prodige du piano. S’enchaîne alors le début pour le petit Sammy (Vous comprendrez Spielberg enfant) d’une grande histoire d’amour avec le cinéma.
C’est principalement grâce à ses « home movies »(films familiaux) ainsi que les films de son école que le film nous présente le jeune Spielberg.

Dans l’ensemble le film est excellemment réalisé - impossible pour Spielberg de se tromper à ce niveau. Le casting est la force du film, Michelle Williams en mère excentrique et prodige de piano, Paul Dano formidable en père surdoué de l’ingénieurie électronique et pour terminer Seth Rogan en grand ami de la famille dans une excellente prestation. Judd Hirsch fait même une apparition éclaire mais absolument délicieuse.
Personnellement j’attendais le film avec une certaine impatience et j’ai été malheureusement déçu. Comment diantre Spielberg a t il pu me décevoir ? Son précédent opus - le remake de West Side Story qui à mon avis pâlissait sincèrement vis à vis de l’original. La critique de notre hexagone pour la plupart l’avait encensé car il faut croire qu’ici on n’a tout simplement pas le droit de ne pas aimer le maître Spielberg.
On suit donc notre famille Fabelmans et c’est certes très intéressant - avec un humour parfois ravageur mais pour moi la sauce n’a jamais pris. Le film fait tout de même deux heures trente et il faut vraiment captiver le spectateur pour qu’il s’engouffre dans votre histoire. Les Fabelmans est un très joli film mais long, beaucoup trop long. Il a heureusement de très bons moments mais sa durée joue totalement en sa défaveur.
Je sens déjà certains individus dans notre hexagone qui s’insurgent à la lecture de ces lignes car il est tout simplement inconcevable de ne pas encenser Steven Spielberg. Quoi qu’il fasse c’est du pain béni.
Il y a quelques temps un grand producteur que je ne citerai pas m’a dit d’un grand réalisateur qu’il avait engagé : Il est très bon mais certainement pas au montage. C’est le cas ici où je pense sincèrement que le film aurait été même peut être passionnant eut il été monté de la meilleure façon possible. Il y a selon moi beaucoup trop de scènes qui auraient pu tout simplement été coupées et qui n’auraient rien changé au final.
De plus Spielberg est reconnu pour du grand cinéma, le père du blockbuster avec « Jaws ». The Fabelmans n’a rien du blockbuster. C’est très bon, très joli, mais je pense que le public s’attendait à bien autre chose sur un film estampillé Spielberg. Prenez une Bentley ou une Rolls Royce. Vous ne vous posez même pas la moindre question sur le véhicule, celui ci sera du quasi parfait même si la perfection n’existe pas.

La critique Outre Atlantique lui a certes fait certaines éloges mais le public lui n’a absolument pas suivi. Et c’est toujours le public qui détermine votre succès en salles et n’oubliez jamais(ce que dans notre hexagone on nie depuis toujours) que le cinéma est un « film business ». Pas vraiment en France puisque quoi qu’il se fasse les productions sont quasi toujours subventionnés par tel ou tel groupe.
Reste une très jolie histoire, de très grandes performances d’acteurs mais cela ne fait pas un grand film. La preuve en est que les résultats au box office ont été désastreux tout comme l’avait été son « West Side Story ».
Je termine par ces mots : Mr Spielberg, je vous admire énormément et vous êtes un maître incontesté. Parmi vos titres phares il y en a un qui est insurpassable : Les aventuriers de l’arche perdue pour ne citer que lui.
Revenez aux grandes « épopées » d’époque et faites nous à nouveau rêver. La machine à rêve, vous la connaissez comme personne.

Marc Sessego


Préférer la version en deux volumes reliés revue et corrigée en 2022

www.amazon.fr/dp/B0BDXFB9LS
000

www.amazon.fr/dp/2915512760

Et sa suite :
125 ans de cinéma fantastique
et de SF Deuxième partie (Mis à jour 1951-2019)

Après la parution de son monumental livre «  123 ans de cinéma fantastique et de SF – essais et données pour une histoire du cinéma fantastique 1895-2019&#8201 » paru en janvier 2019, Alain Pelosato a continué à regarder des films et des séries de télévision  ! «  Quand on écrit ce genre d’ouvrage », explique l’auteur, « c’est sans fin puisque des films et des séries, il continue à en sortir sans cesse  ! Il faut donc prendre la décision de s’arrêter pour publier. C’est pourquoi j’écris et je publie régulièrement des mises à jour depuis 1998.  » De plus, certains éditeurs de DVD ressortent des films des archives et les publient, il y a aussi la télévision et les plateformes sur Internet. Du coup, le présent livre couvre la période 1951 à 2019. Voici donc la dernière mise à jour : un livre de 500 pages avec plus de 700 entrées dans l’index, c’est dire s’il contient beaucoup de chroniques, d’analyses et aussi, la spécialité de l’auteur, de vastes mises à jour de listes thématiques de films (taxinomie du cinéma fantastique). Bonne lecture  !

ET LA TROISIÈME PARTIE :

126 ans de cinéma fantastique et de SF mise à jour 1961-2020 Dossiers Graham Masterton & Stephen King
Broché : https://www.amazon.fr/dp/2915512620
Kindle : https://www.amazon.fr/dp/B08ZSY723W
Et voici le troisième volume des travaux de l’auteur sur le cinéma fantastique et de SF dans sa globalité, la suite logique des deux précédents : « 123 ans de cinéma fantastique et de SF… » et « 125 ans de cinéma fantastique et de SF… » (voir ci-dessous à la fin). Avec ce troisième volume, ce sont plus de 2000 pages (sur la base du format 5x8 pouces de ce livre) de textes qu’Alain Pelosato a rédigés pour mieux connaître le cinéma fantastique et de SF. Ce troisième volume peut, bien sûr, être lu sans avoir lu les deux tomes précédents. Il regroupe 266 pages de chroniques de films, de filmographies et deux dossiers sur la relation de deux écrivains avec le cinéma : Stephen King et Graham Masterton.

Et très prochainement la deuxième partie qui rassemblera
les deux précédents (125 + 126) et toutes les nouveautés :


www.sfmag.net/spip.php ?article16233



Retour au sommaire