SF Mag
     
Directeur : Alain Pelosato
Sommaires des anciens Nos
  
       ABONNEMENT - BOUTIQUE - FAITES UN DON
Sfmag No116
110
9
 
a
o
û
t
RETOUR à L'ACCUEIL
BD   CINE   COUV.   DOSSIERS   DVD   E-BOOKS  
HORS SERIES    INTERVIEWS   JEUX   LIVRES  
NOUVELLES   TV   Zbis   P. Dagon-A. Pelosato  
Encyclopédie de l'Imaginaire, plus de 16 000 articles
  Sommaire - DVD -  A - F -  Alice Sweet Alice

Voir 103 livres sur le cinéma, romans, études, histoire, sociologie...
"Alice Sweet Alice"
de Alfred Sole
Lire 2800 chroniques de films dans le livre d’Alain Pelosato, grand format 15x23, 700 pages) :
123 ans de cinéma fantastique et de SF - essais et données pour une histoire du cinéma fantastique - 1895-2019
 

Alice Sweet Alice
Alfred Sole (1976)

Ce film a eu des difficultés, c’est pourquoi il lui a été attribué différents titres : « Communion, Douce AliceTendre Alice… ».

Commençons par le supplément de ce DVD : une contribution de Gilles Gressard, écrivain et historien du cinéma, intitulée « Alice au pays des horreurs  ». Le premier vrai slasher a été Psychose d’Alfred Hitchcock. Il oublie de rappeler que c’est une adaptation d’un roman de Robert Bloch. Ensuite, Mario Bava crée le giallo avec Six femmes pour l’assassin et aux USA, Clint Eastwood réalise Un frisson dans la nuit… Puis, il y a eu Massacre à la tronçonneuse… Le film Psychose date de 1960, et ensuite, tout au long des années 1960 à 1980 ce genre s’est développé, pour ne pas dire qu’il a pullulé. Notre film Alice Sweet Alice est daté de 1976, il raconte une histoire de rivalité de petites filles, d’enfance « vénéneuse », d’une petite fille psychotique (jouée par une actrice de 17 ans). Le réalisateur est motivé par la religion très présente dans le film. Si le premier slasher a été Psychose, Gilles Gressard affirme que ce film, Alice Sweet Alice, est le père de tous les slashers !

Déjà, ces vingt minutes d’explications valent le coup pour acheter le DVD ! Mais le film aussi.

Comme dans tous les slashers, les personnages sont caricaturaux. Tout au long du film tout le monde parle d’Alice, alors que c’est elle la meurtrière et nous, spectatrices et spectateurs le savons, le film le montre clairement. C’est déjà très dérangeant de voir une petite fille assassiner les gens avec un grand couteau, presque aussi grand qu’elle. Les ingrédients sont tous là : même l’orage et le tonnerre.

« Cet enfant est dingue ! » s’exclame le policier en lisant le rapport de la psychologue sur Alice. Il pleut averse et Alice déteste sa tante (la sœur de sa mère) qui le lui rend bien.

Quand elle tue, la petite tueuse porte un ciré jaune et un masque impressionnant. On voit très bien ses yeux au travers des deux trous du masque. Quand elle tue un chat, elle l’étrangle avec les mains et ne porte pas de masque.
Attention : il ne faut pas être méchante avec elle ! Par contre, Alice est très méchante, teigneuse, menteuse… À la fin, le ciré jaune a changé de corps.
Oui, ce film, bien que parfois un peu maladroit, est bien le père de tous les slashers : tous les ingrédients sont là, du grand couteau à la tenue vestimentaire (bien copiée depuis), et à la folie meurtrière…

Le contexte de la religion catholique rend l’histoire encore plus tordue et c’est sans doute cela qui a fait hésiter certains distributeurs.

À voir absolument !

Alain Pelosato

Et sa suite :
125 ans de cinéma fantastique
et de SF Deuxième partie (Mis à jour 1951-2019)

Après la parution de son monumental livre «  123 ans de cinéma fantastique et de SF – essais et données pour une histoire du cinéma fantastique 1895-2019&#8201 » paru en janvier 2019, Alain Pelosato a continué à regarder des films et des séries de télévision  ! «  Quand on écrit ce genre d’ouvrage », explique l’auteur, « c’est sans fin puisque des films et des séries, il continue à en sortir sans cesse  ! Il faut donc prendre la décision de s’arrêter pour publier. C’est pourquoi j’écris et je publie régulièrement des mises à jour depuis 1998.  » De plus, certains éditeurs de DVD ressortent des films des archives et les publient, il y a aussi la télévision et les plateformes sur Internet. Du coup, le présent livre couvre la période 1951 à 2019. Voici donc la dernière mise à jour : un livre de 500 pages avec plus de 700 entrées dans l’index, c’est dire s’il contient beaucoup de chroniques, d’analyses et aussi, la spécialité de l’auteur, de vastes mises à jour de listes thématiques de films (taxinomie du cinéma fantastique). Bonne lecture  !

ET LA TROISIÈME PARTIE :

126 ans de cinéma fantastique et de SF mise à jour 1961-2020 Dossiers Graham Masterton & Stephen King
Broché : https://www.amazon.fr/dp/2915512620
Kindle : https://www.amazon.fr/dp/B08ZSY723W
Et voici le troisième volume des travaux de l’auteur sur le cinéma fantastique et de SF dans sa globalité, la suite logique des deux précédents : « 123 ans de cinéma fantastique et de SF… » et « 125 ans de cinéma fantastique et de SF… » (voir ci-dessous à la fin). Avec ce troisième volume, ce sont plus de 2000 pages (sur la base du format 5x8 pouces de ce livre) de textes qu’Alain Pelosato a rédigés pour mieux connaître le cinéma fantastique et de SF. Ce troisième volume peut, bien sûr, être lu sans avoir lu les deux tomes précédents. Il regroupe 266 pages de chroniques de films, de filmographies et deux dossiers sur la relation de deux écrivains avec le cinéma : Stephen King et Graham Masterton.


Retour au sommaire