SF Mag
     
Directeur : Alain Pelosato
Sommaires des anciens Nos
  
       ABONNEMENT - BOUTIQUE - FAITES UN DON
Sfmag No113
110
2
5
 
0
c
t
o
b
r
e
RETOUR à L'ACCUEIL
BD   CINE   COUV.   DOSSIERS   DVD   E-BOOKS  
HORS SERIES    INTERVIEWS   JEUX   LIVRES  
NOUVELLES   TV   Zbis   P. Dagon-A. Pelosato  
Encyclopédie de l'Imaginaire, plus de 16 000 articles
  Sommaire - BD -  Bob Morane L’épée du paladin


"Bob Morane L’épée du paladin " de Henri Vernes & Gérald Forton

On était si tranquilles ici, et voilà que nous allons faire un tour à l’époque de la guerre de Cent Ans ! À une époque où, sans doute, le whisky n’était pas encore inventé !

En Dordogne, l’ancien monastère appartenant à Bob Morane reçoit une visite inattendue en la personne du professeur Hunter. L’inventeur de la première machine à remonter dans le temps (1) vient leur demander d’essayer son nouveau prototype. Une blessure survenue lors d’un accident de voiture l’handicape actuellement.
Direction donc le XIV° siècle. Mais Bob et Bill ignorent qu’un espion s’est dissimulé à bord de leur engin spatio-temporel dans le but de s’en emparer.
Dans la région, ils deviennent les hôtes de la comtesse Yolande de Mauregard. Cette dernière se trouve menacée par trois seigneurs locaux : les trois frères de La Hénaurmerie (ne serait-ce pas un jeu de mots ?). Ils bénéficient d’un soutien populaire, car la comtesse de Mauregard serait la descendante de Ganelon, le félon qui avait trahi Charlemagne (2). Bob Morane décide de se montrer chevaleresque en venant en aide à une demoiselle en détresse. Il s’agit tout simplement d’aller chercher (dans le temps) la preuve que la comtesse n’est pas la descendante du traître.
Direction donc le vallon de Roncevaux en l’an 778 où Bob Morane collectionneur d’armes anciennes (comme Henri Vernes) a l’occasion de mettre la main sur Durandal l’épée de Roland.

Selon la légende, Durandal est capable de fendre un rocher en deux. Mis au défi Bob Morane tente de réitérer l’exploit de Roland et… réussit. Bill rationalise : la pierre devait avoir un défaut. De même, il constate que les trois frères de La Hénaurmerie ressemblent un peu, beaucoup à des triplés qui furent leurs adversaires dans « Le mystère de la zone Z » (en Asie et à une autre époque). Cette fois, c’est Bob Morane qui considère qu’il doit s’agir d’une coïncidence.

Cette BD, qui fut ensuite adaptée en roman, se termine de façon énigmatique et apparemment de façon irréaliste.

Mais en y réfléchissant, ce n’est pas la première anomalie de cette histoire. Le professeur Hunter désirant tester sa machine pouvait le faire lui-même. Une blessure à la jambe ne l’empêcherait pas de manier les commandes de l’appareil.

Ensuite, Bob Morane et Bill Ballantine s’aventurent à l’extérieur sans armes, dans des vêtements modernes, sans monnaie de l’époque et accessoirement sans appareil photo. En revanche, l’espion lui songe à se vêtir des vêtements d’un épouvantail pour ne pas se faire remarquer. Cependant, dans une auberge, il essaie de payer son repas avec un billet de banque quelque peu anachronique.
Il a le projet de s’emparer de la machine et de laisser sur place les deux autres voyageurs temporels (mais sans leur faire de mal). Cela signifierait que le moyen-âge compterait dès lors deux personnes connaissant le futur. L’un deux étant un polytechnicien, il pourrait faire avancer le progrès de manière significative.

Henri Vernes ne nous avait pas habitués à de telles erreurs. En fait, il a contribué tout au long de l’histoire à présenter une atmosphère d’irréalité, celle-ci atteignant son point culminant dans la fin apparemment irrationnelle.

Dans une interview (3) Henri Vernes avait évoqué un rêve ou bien l’intervention du colonel Graight, le chef de "La patrouille du temps". Mais il ne le savait pas lui-même. Il préférait laisser rêver le lecteur.

(1) cf. « Les chasseurs de dinosaures »
(2) cf. « La Chanson de Roland »
(3) présente sur le site de Science-Fiction Magazine

Damien Dhondt

Scénario : Henri Vernes, Dessin : Gérald Forton _ Bob Morane L’épée du paladin _ Edition Le Lombard _ juin 1996 _ Réédition, grand format, 48 pages couleurs _ 13,90 euros



Retour au sommaire