SF Mag
     
Directeur : Alain Pelosato
Sommaires des anciens Nos
  
       ABONNEMENT - BOUTIQUE - FAITES UN DON
Sfmag No113
110
2
5
 
0
c
t
o
b
r
e
RETOUR à L'ACCUEIL
BD   CINE   COUV.   DOSSIERS   DVD   E-BOOKS  
HORS SERIES    INTERVIEWS   JEUX   LIVRES  
NOUVELLES   TV   Zbis   P. Dagon-A. Pelosato  
Encyclopédie de l'Imaginaire, plus de 16 000 articles
  Sommaire - DVD -  G - L -  Le Métro de la mort (Death Line)


"Le Métro de la mort (Death Line)"
de Gary Sherman (1972)
Lire 2800 chroniques de films dans le livre d’Alain Pelosato, grand format 15x23, 700 pages) : 123 ans de cinéma fantastique et de SF - essais et données pour une histoire du cinéma fantastique - 1895-2019
 

Le Métro de la mort (Death Line) de Gary Sherman (1972)

Ici les « dégénérés » le sont devenus à cause de leur situation sociale : de pauvres ouvriers constructeurs du métro emmurés sous terre par les propriétaires et qui sont devenus cannibales pour se nourrir… (un peu tiré par les cheveux ? Oui, sans doute, mais on s’en fiche !)

Le générique et la musique très rythmée sont formidables.

Le film est célèbre pour son plan-séquence de plus de sept minutes. Les scènes dans la partie abandonnée du métro sont très sombres et l’acteur qui joue le monstre est « formidable ». C’est la partie effrayante du métrage, partie très efficace, avec les cadavres décomposés et une musique quelque peu ironique. Cette ironie fait le jeu du scénario. Il est vrai que le film tire un peu en longueur, mais ce n’est pas un problème, car le jeu de l’acteur Donald Pleasance est très attrayant. Christopher Lee ne fait qu’une courte apparition dans une scène tournée dans le logement du producteur.

Les suppléments du DVD sont très intéressants, particulièrement l’interview de l’acteur qui joue le monstre (Hugues Armstrong), mais aussi les dialogues « souvenirs » avec le réalisateur.

Excellent DVD !

Le réalisateur est américain. On peut donc citer Maurice Levy : « … Lovecraft qui sonde dans ses contes le passé de la Nouvelle-Angleterre et dont les sorcières et les alchimistes, les mutants et les dégénérés illustrent les aspects nocturnes de l’âme américaine. » Et faire ainsi le parallèle avec un autre film anglais dont l’action se déroule dans le métro (où il s’agit de la construction du métro…) : Les Monstres de l’espace par Roy Ward Baker (1967), troisième film d’une trilogie lovecraftienne : Le Monstre de Val Guest (1955) et La Marque de Val Guest (1957).

Quelques films avec des dégénérés qui massacrent (ou pas) des gens innocents : Deux mille maniaques de Herschell Gordon Lewis (1964) - Promenons-nous dans les bois de Lionel Delplanque (2000) - La Maison des 1000 morts de Rob Zombie (2002) - Dead and Breakfast de Matthew Leutwyler (2004 - SHROOMS (Un trip d’enfer) de Paddy Breatnach (2006) - Dorothy d’Agnès Merlet (2008) – et aussi (je cite encore de mémoire) toute l’énorme série de Massacre à la tronçonneuse de Tobe Hooper (1974), ainsi que Délivrance, Détour mortel de Rob Schmidt (2003), La Colline a des yeux (et son remake), etc. Tous ces films ne sont-ils pas, sans doute, les enfants du film Le Métro de la mort ?

Alain Pelosato































Et sa suite :
125 ans de cinéma fantastique
et de SF Deuxième partie (Mise à jour 1951-2019)

Après la parution de son monumental livre «  123 ans de cinéma fantastique et de SF – essais et données pour une histoire du cinéma fantastique 1895-2019&#8201 » paru en janvier 2019, Alain Pelosato a continué à regarder des films et des séries de télévision  ! «  Quand on écrit ce genre d’ouvrage », explique l’auteur, « c’est sans fin puisque des films et des séries, il continue à en sortir sans cesse  ! Il faut donc prendre la décision de s’arrêter pour publier. C’est pourquoi j’écris et je publie régulièrement des mises à jour depuis 1998.  » De plus, certains éditeurs de DVD ressortent des films des archives et les publient, il y a aussi la télévision et les plateformes sur Internet. Du coup, le présent livre couvre la période 1951 à 2019. Voici donc la dernière mise à jour : un livre de 500 pages avec plus de 700 entrées dans l’index, c’est dire s’il contient beaucoup de chroniques, d’analyses et aussi, la spécialité de l’auteur, de vastes mises à jour de listes thématiques de films (taxinomie du cinéma fantastique). Bonne lecture  !

ET LA TROISÈME PARTIE :

126 ans de cinéma fantastique et de SF mise à jour 1961-2020 Dossiers Graham Masterton & Stephen King Broché : https://www.amazon.fr/dp/2915512620 Kindle : https://www.amazon.fr/dp/B08ZSY723W Et voici le troisième volume des travaux de l’auteur sur le cinéma fantastique et de SF dans sa globalité, la suite logique des deux précédents : « 123 ans de cinéma fantastique et de SF… » et « 125 ans de cinéma fantastique et de SF… » (voir ci-dessous à la fin). Avec ce troisième volume, ce sont plus de 2000 pages (sur la base du format 5x8 pouces de ce livre) de textes qu’Alain Pelosato a rédigés pour mieux connaître le cinéma fantastique et de SF. Ce troisième volume peut, bien sûr, être lu sans avoir lu les deux tomes précédents. Il regroupe 266 pages de chroniques de films, de filmographies et deux dossiers sur la relation de deux écrivains avec le cinéma : Stephen King et Graham Masterton.


Retour au sommaire