SF Mag
     
Directeur : Alain Pelosato
Sommaires des anciens Nos
  
       ABONNEMENT - BOUTIQUE - FAITES UN DON
Sfmag No112
110
2
2
 
j
u
i
l
l
e
r
RETOUR à L'ACCUEIL
BD   CINE   COUV.   DOSSIERS   DVD   E-BOOKS  
HORS SERIES    INTERVIEWS   JEUX   LIVRES  
NOUVELLES   TV   Zbis   P. Dagon-A. Pelosato  
Encyclopédie de l'Imaginaire, plus de 13 000 articles
  Sommaire - Livres -  A - F -  La princesse de la nuit




"La princesse de la nuit"
de
Marion Zimmer Bradley

Editeur :
Pygmalion
 

"La princesse de la nuit"
de Marion Zimmer Bradley



- Quel âge avez-vous donc, grand-mère ? demanda Papageno, les yeux écarquillés.
Elle pouffa et répondit d’une voix jeune et claire :
- Vingt ans et un jour exactement.
- Ah ! Ce jour a du être très long, s’exclama l’homme-Oiseau incrédule.

Tamino, prince du royaume d’Occident, vient d’abattre un dragon (plus par chance que par talent). Cela ne fait-il pas de lui le candidat idéal pour délivrer une princesse ?
La Reine de la Nuit lui confie alors mission de libérer sa fille Pamina qui a été enlevée par le Prêtre-Roi Sarastro. S’il réussit dans sa mission, il pourra épouser la princesse.
Classique, n’est-ce pas ? Doublement d’ailleurs, car l’intrigue rappelle un peu (beaucoup) l’opéra « La Flûte enchantée » de Mozart.
Marion Zimmer Bradley a procédé à quelques aménagements. Ainsi, au début de l’opéra, le prince Tamino doit affronter un serpent. Ici, il s’agit d’un dragon. De quoi accentuer le côté fantasy.
De même, Papageno l’oiseleur est devenu dans le roman un homme-oiseau. Mais attention, les hybrides du roman ne semblent pas avoir une origine magique.
La légende précise que :
« Au commencement fut le serpent, puis plus tard, on raconta parmi les hommes que la race du Serpent était apparue la première, aidant en quelque sorte les mains des Créateurs à façonner l’homme. En ce temps-là, la race du Serpent n’était pas connue sous le nom de "Halflings" mais sous le nom de "Genre Humain" ou de "Fils du Singe". »
Hum, ne pourrait-on pas envisager la manipulation génétique ?

Marion Zimmer Bradley associe régulièrement la science-fiction et la fantasy. Des univers ayant l’apparence de la fantasy reposent parfois sur la science, même si les habitants de ces mondes ont parfois perdu le souvenir d’un passé technologique.
Ses autres romans décrivaient des mondes complexes et élaborés. Ici, le lecteur ne dispose que d’une modification de l’opéra de Mozart. Est-ce suffisant ?

Damien Dhondt

Auteur : Marion Zimmer Bradley _ La princesse de la nuit _ « Night’s Daughter » (1985) _ Traduction : Marie-Louise Navarro _ Edition Pygmalion, collection Fantasy _ septembre 2020 _ Réédition, grand format, 300 pages _ 19,90 euros






Retour au sommaire