SF Mag
     
Directeur : Alain Pelosato
Sommaires des anciens Nos
  
       ABONNEMENT - BOUTIQUE - FAITES UN DON
Sfmag No111
110
2
3
 
a
v
r
i
l
RETOUR à L'ACCUEIL
BD   CINE   COUV.   DOSSIERS   DVD   E-BOOKS  
HORS SERIES    INTERVIEWS   JEUX   LIVRES  
NOUVELLES   TV   Zbis   P. Dagon-A. Pelosato  
Encyclopédie de l'Imaginaire, plus de 13 000 articles
  Sommaire - Livres -  Infos -  Trois saison en enfer


Article précédent :
La Chute de la Ville Principale

Trois saison en enfer

Article suivant :
La Peste écarlate



Roman traduit de l’arabe (Égypte) par Frédéric Lagrange

PARUTI0N EN LIBRAIRIE LE I0 FÉVRIER 2021

2025. Au Caire, la rive orientale du Nil est occupée par les forces armées d’une improbable république des Chevaliers de Malte, tandis que la résistance s’organise dans Le Caire-Ouest sous l’égide d’officiers de police désireux de venger leur humiliation de 2011. Le colonel Ahmad Otared,
posté en snipers au sommet de la tour du Caire, vise les chefs de l’armée ennemie. Envoyé en mission d’infiltration en zone occupée, il découvre la situation proprement infernale du centre-ville, où les habitants volent, violent, se prostituent, se droguent et se suicident en masse. Ses chefs sont convaincus que les Égyptiens sont responsables de leur malheur et que davantage de sang doit couler pour les sortir de leur ignoble passivité...
Trois saisons en enfer est la dystopie la plus violente et la plus désespérée de tous les romans inspirés par l’échec du «  Printemps arabe  ». Elle nous dit que l’enfer est sur terre et non dans l’au-delà. Plongé dès les premières pages dans un cauchemar où les scènes de tueries et de violences sexuelles s’enchaînent sans répit, le lecteur reste fasciné par l’âpreté de la narration, l’imagination à la fois torturée et débridée de l’auteur, et la poésie qui nait inopinément de toure cette effrayante noirceur.

«  Sans concession.  » - The New York Times
«  Lire Trois saisons en enfer c’est comme avoir une main qui agrippe votre tête derrière vous, vous obligeant à regarder des photos de l’enfer.  » - The National
«  Un livre d’une violence perverse qui vous noue l’estomac. Il aurait été impensable avant la révolution de 20I1 qui l’a inspiré.  » - Times Literary Supplement
«  Le monde que dépeint Rabie me rappelle beaucoup l’ambiance terrifiante du roman de Paul Auster Au pays des choses dernières, avec sa violence, sa cruauté et ses coutumes bizarres... Aucun roman de science-fiction ne m’a frappé à ce point depuis très, très longtemps. Mohammad Rabie est une force émergente dans les lettres égyptiennes.  » - Black Gate Blog

Feuilletage

Quel beau style rapide, clair et net, sans fioritures et qui vous amène là où l’auteur veut vous emmener ! Un roman superbe et superbement effrayant.

Alain Pelosato