SF Mag
     
Directeur : Alain Pelosato
Sommaires des anciens Nos
  
       ABONNEMENT - BOUTIQUE - FAITES UN DON
Sfmag No111
110
2
3
 
a
v
r
i
l
RETOUR à L'ACCUEIL
BD   CINE   COUV.   DOSSIERS   DVD   E-BOOKS  
HORS SERIES    INTERVIEWS   JEUX   LIVRES  
NOUVELLES   TV   Zbis   P. Dagon-A. Pelosato  
Encyclopédie de l'Imaginaire, plus de 13 000 articles
  Sommaire - Films -  S - Z -  Souvenirs mortels


"Souvenirs mortels" de Alvaro Fernandez Armero

Avec Fele Martinez, Maria Esteve, Gustavo Salmeron

102 mn
Sortie le 18 juillet 2000

++++

Ça y est, même l’Espagne se met à l’heure du Slasher (voir explication dans Mortelle St Valentin) pour un film qui de prime abord, et au vu de l’affiche, fait très Scream. Au final, le résultat est plus proche dans son traitement d’un Destination finale...
Un groupe d’amis voit resurgir un drame de leur passé. Quelques années auparavant, lors d’un week-end dans une maison isolée, l’un d’eux était mort à la suite d’une blague ayant mal tourné. Décidant de se rendre sur les lieux du drame pour vérifier que le cadavre y est toujours, ils déclenchent par accident un incendie qui ravage toute la demeure. Dès le lendemain, des faits étranges surviennent et ils sont éliminés un à un, impitoyablement. Les survivants s’accusent mutuellement, craignant de découvrir que leur ami est toujours vivant et bien décidé à se venger. Mais la réalité est encore pire que ce qu’ils imaginent.

Le scénario, pour une fois, développe réellement chaque personnage. Souvenirs mortels n’est pas un simple catalogue de meurtres (d’ailleurs assez soft dans l’ensemble) mais bel et bien un film fantastique qui tente d’originaliser un concept. Les cartes sont souvent brouillées, on cherche le coupable et quand enfin on connaît la solution, on ne peut que louer le talent du réalisateur-scénariste. Souvenirs mortels ne cherche pas à être un Slasher ibérique (comme le fut le très médiocre Flashback, produit allemand, copie conforme d’un film américain), il tente vraiment de s’élever un peu plus haut que la moyenne. Et si on regrettera l’aspect “sage” des meurtres, tout le reste contribue à gagner ce pari hasardeux et fait du film une excellente surprise qu’il serait regrettable de bouder simplement parce qu’elle vient d’Espagne et non des USA !

Stéphane Thiellement



Retour au sommaire