SF Mag
     
Directeur : Alain Pelosato
Sommaires des anciens Nos
  
       ABONNEMENT - BOUTIQUE - FAITES UN DON
Sfmag No108
108
2
2
 
j
u
i
l
l
e
t
RETOUR à L'ACCUEIL
BD   CINE   COUV.   DOSSIERS   DVD   E-BOOKS  
HORS SERIES    INTERVIEWS   JEUX   LIVRES  
NOUVELLES   TV   Zbis   PD-AP  
Encyclopédie de l'Imaginaire, plus de 13 000 articles
  Sommaire - BD -  Kaijin Reijoh 1


"Kaijin Reijoh 1 " de Tetsura Tashiro

Ce cours consiste à exterminer un monstre.
– Exterminer un monstre ? Pourquoi ne pas laisser faire la police ou l’organisation secrète qui s’en charge d’habitude ?
– Cette organisation secrète, c’est nous.

Le jeune Asuma Sudô vient d’être invité à rejoindre un autre établissement scolaire. Il s’agit du prestigieux... lycée pour filles de Meidô. Pour l’adolescent, des plus intéressé par la gente féminine, il est évident que ce lieu va constituer le paradis (d’autant plus qu’il sera le seul élève masculin).
Mais à peine arrivé voici qu’il apprend qu’il va participer à un « cours spécial ». Accompagné d’un professeur et de trois élèves féminines il doit se rendre dans un lieu relativement proche, se trouvant à dix minutes de vol. En effet, le lycée de Meido dispose d’un hélicoptère. Ah ?
La perplexité d’Asuma grandit d’autant plus qu’il apprend qu’il va falloir affronter un monstre. Explication : les élèves féminines sont des utilisatrices de reliques ayant appartenu à un monstre. On les appelle les « nymphes exterminatrices ». Les reliques leur procurent une force capable de vaincre les humains qui se transforment en monstre. Seulement voilà, cette utilisation affecte le psychisme des nymphes et bien souvent elles se retrouvent possédés par les instincts meurtriers des anciens possesseurs reliques. Dans ce cas c’est à Asuma de jouer. Eh oui, dans son ancien lycée mixte Asuma avait acquis le surnom parfaitement mérité de « gros pervers ». Sa mission consiste donc à calmer les nymphes possédées. Ses « agissements » (ne précisons pas) doivent permettent de réveiller les pulsions érotiques des possédées et de calmer ainsi leurs pulsions meurtrières.
Le dessinateur de Red Eyes Sword renouvelle le thème du harem manga dans un cadre fantastique. Cela aurait pu donner lieu à un glauque total, mais il semble qu’il ait choisi la voie de la modération. Ainsi le jeune héros dispose d’une libido des plus réduite par rapport à celle de Nicky Larson.
En fait, le problème réside dans le « héros » qui n’est ni monstrueux, ni sympathique : il est juste pathétique.
Il aurait été préférable de mettre l’accent sur les héroïnes dont le destin est riche en potentiel dramatique.

Damien Dhondt

Scénario & Dessin : Tetsura Tashiro _ Kaijin Reijoh tome 1 _ Traduction : Frédéric Malet, Lettrage : San-G _ Edition Kurokawa _ juillet 2020 _ Inédit, poche, sens de lecture japonais, 300 pages dont 2 pages couleurs _ 7,95 euros



Retour au sommaire