SF Mag
     
Directeur : Alain Pelosato
Sommaires des anciens Nos
  
       ABONNEMENT - BOUTIQUE - FAITES UN DON
Sfmag No108
108
2
0
 
j
u
i
l
l
e
t
RETOUR à L'ACCUEIL
BD   CINE   COUV.   DOSSIERS   DVD   E-BOOKS  
HORS SERIES    INTERVIEWS   JEUX   LIVRES  
NOUVELLES   TV   Zbis   PD-AP  
Encyclopédie de l'Imaginaire, plus de 13 000 articles
  Sommaire - BD -  Le dernier envol du papillon

"Le dernier envol du papillon " de Kan Takahama

Dans le quartier des plaisirs de Nagasaki, Kicho est une fameuse courtisane grâce à sa beauté et le prix demandé pour sa compagnie. Même si elle est souvent comparée à une poupée inaccessible, elle est l’une des rares à accepter d’officier dans le quartier occidental. C’est ainsi qu’elle a pour client le docteur Thorn. Celui-ci s’occupe d’un patient atteint d’une tumeur au cerveau dont la courtisane semble beaucoup se soucier.

Un oneshot (manga en un seul volume) poétique, profond et sombre. L’histoire se déroule durant la fin du shogunat (fin du XIXe siècle), une époque où le Japon connaît de grands bouleversements avec son ouverture à l’Occident. Ce manga historique n’est pas une critique politique mais plutot une fenêtre ouverte sur une période remplie de magnifiques costumes et d’architectures traditionnelles immersives. La médecine sert de fil conducteur pour illustrer l’ouverture du Japon et l’avancée de ses progrès.
La plus grosse découverte pour le lecteur français non initié sera sans doute celle du milieu de la prostitution. Les occidentaux contemporains font immédiatement le raccourci entre prostituée et geisha. Ici, les courtisanes ne sont pas juste là pour vendre leur corps. Elles entretiennent une relation privilégiée avec leurs différents compagnons, marquant une fidélité certaine. Le monde des plaisirs est un lieu de faux semblants : les hommes y éprouvent beaucoup de plaisir et s’en servent pour fuir les difficultés de leur quotidien. Mais pour les femmes, c’est l’exact opposé : celles qui y font carrière ont un passé lourd et n’ont pas vraiment d’autre choix pour assurer leur survie ou celle de leur entourage. Elles sont bien souvent la cible d’individus peu scrupuleux. Elles sont victimes d’amours factices et dépendent des biens matériaux offerts par leurs différents compagnons.
Un récit intimiste sublimé par un trait fin, soigné et proche de la BD franco-belge. Une tragédie authentique et réaliste qui transportera ses lecteurs. Conseillée pour un public averti, celle-ci contient quelques scènes de nu, mais reste discrète et suggestive.

Virginie Liégeon

Le dernier envol du papillon de Kan Takahama – Editions Glénat– avril 2017 – 10,75 euros – 164 pages – 145 x 210 mm - sens de lecture japonais – pour public averti



Retour au sommaire