SF Mag
     
Directeur : Alain Pelosato
Sommaires des anciens Nos
  
       ABONNEMENT - BOUTIQUE - FAITES UN DON
Sfmag No108
108
2
2
 
j
u
i
l
l
e
t
RETOUR à L'ACCUEIL
BD   CINE   COUV.   DOSSIERS   DVD   E-BOOKS  
HORS SERIES    INTERVIEWS   JEUX   LIVRES  
NOUVELLES   TV   Zbis   PD-AP  
Encyclopédie de l'Imaginaire, plus de 13 000 articles
  Sommaire - Livres -  A - F -  Le Fils des Ténèbres (Winterheim - Volume 1)




"Le Fils des Ténèbres (Winterheim - Volume 1)"
de
Fabrice Colin

Editeur :
J’ai Lu
 

"Le Fils des Ténèbres (Winterheim - Volume 1)"
de Fabrice Colin



283 pages.
Verdict : 7/10

Le royaume de Midgard. Les dieux nordiques (les faeders) se sont retirés de ce monde pour rejoindre Asgard. Il ne reste pour veiller sur les hommes que quatre sœurs. Hell (la Mort), Izzizz (la Peur), Naewen (la Nuit) et Ever (le Rêve). Suite au décès de sa femme, un roi humain décide de capturer la Nuit afin de la violer, espérant ainsi attirer la Mort. Commence alors le règne des ténèbres car la nuit, emprisonnée, garde le royaume sous son emprise...

Ce résumé concerne le début de ce roman, dense et foisonnant de détails, qui s’intéresse à une mythologie riche et encore largement inexplorée par les auteurs de fantasy. La première partie de l’œuvre s’apparente d’ailleurs davantage à un conte de fées pour adultes et souffle une certaine fraîcheur sur un genre souvent sclérosé par ses propres conventions. Que l’on retrouve d’ailleurs, en partie, dans la suite du récit, lequel s’intéresse à un jeune homme immortel (un demi-dieu) en quête de vengeance enrôlé de force dans l’armée du méchant responsable du massacre de sa famille. Quoique agréable, le livre de Colin ne retrouve pas toute l’originalité des prémices et propose des scènes traditionnelles (mais bien racontées) comme les rivalités entre soldats, le tournoi permettant de gravir la hiérarchie militaire et les traîtrises et complots ourdis par le méchant à l’égard des royaumes voisins. L’inévitable intrigue amoureuse est également classique mais la narration alternée (la page de gauche décrit les pensées du héros, celle de droite s’intéresse à celles de son aimée) lui confère une certaine originalité narrative. Au final, voilà un agréable divertissement, qui se lit avec plaisir et procure un délassement et un dépaysement certain. C’est l’objectif numéro un de la Fantasy et il est ici largement atteint. Pas de raison donc de se priver de ce premier volume d’une trilogie. La suite critique prochainement...

Pizzoferrato Fred

Le Fils des Ténèbres (Winterheim - Volume 1) - Fabrice Colin - Edition J’ai Lu Fantasy - 283 pages.






Retour au sommaire