SF Mag
     
Directeur : Alain Pelosato
Sommaires des anciens Nos
  
       ABONNEMENT - BOUTIQUE - FAITES UN DON
Sfmag No111
110
2
3
 
a
v
r
i
l
RETOUR à L'ACCUEIL
BD   CINE   COUV.   DOSSIERS   DVD   E-BOOKS  
HORS SERIES    INTERVIEWS   JEUX   LIVRES  
NOUVELLES   TV   Zbis   P. Dagon-A. Pelosato  
Encyclopédie de l'Imaginaire, plus de 13 000 articles
  Sommaire - Films -  M - R -  Mortal Kombat


"Mortal Kombat " de Simon McQuoid




Lire 2800 chroniques de films dans le livre d’Alain Pelosato, grand format 15x23, 700 pages) : 123 ans de cinéma fantastique et de SF - essais et données pour une histoire du cinéma fantastique - 1895-2019
 

Avec Lewis Tan, Jessica McNamee, Josh Lawson
Chronique réalisée sur HBOmax en vidéo projection et Dolby Atmos.

Après ses deux adaptations sur grand écran, notamment la version de Paul Anderson de 1995, Mortal Kombat revient en version à gros budget et à très grand renfort d’effets spéciaux. Un quart de siècle plus tard, cette version amène-t-elle autre chose, est-elle meilleure que ce que beaucoup de fans ont en mémoire depuis 1995 ? Est-ce comme un bon vin, s’est-il affermi avec l’âge ou a-t-il au contraire perdu de sa saveur ? C’est ce que nous sommes allés voir du côté d’Outerword.
Lorsque les plus grands champions de la Terre sont appelés à combattre les ennemis de l’Autre Monde, ils doivent découvrir leurs véritables pouvoirs pour sauver notre planète de l’annihilation totale. Mortal Kombat est une nouvelle aventure cinématographique basée sur la franchise de jeu vidéo iconique.
On peut constater dès la toute première image que l’on n’est ni dans l’ambiance ni dans le budget du film de 1995. L’argent se voit à l’écran avec sa photo somptueuse, mais cette version se veut immédiatement sérieuse et très violente à l’inverse du film de Paul Anderson qui possède une ambiance magique et ne se prend pas trop au sérieux.
Ce Mortal Kombat revisite le scénario, il en garde la trame principale, mais les origines de ses personnages sont présentées différemment. Encore une fois la production a mis le paquet sur des effets spéciaux à gogo, parfois à mon goût beaucoup trop léché et qui perdent quelque peu l’aspect « cartoonesque » de là version originale. De plus la version de 1995 possède une production de décors absolument hallucinante qui est totalement absente ici. On sent vraiment deux versions et deux visions. De plus cette version est ultra violente et ultra gore. Intestins vous en voulez intestins vous en aurez !
J’ai personnellement toujours aimé la version d’Anderdon, très fantaisiste, et très jeu vidéo dans sa présentation. De toutes les façons le récit est identique, juste montré de façon encore une fois totalement différente. Par contre une des grosses fausses notes (à mon avis), est la conception du nouveau Goro se révélant être un CGI on ne peut plus douteux alors que celui de 95 était une animatronique exceptionnelle pour son époque. Quelque part, on y croyait.
De plus ce qui m’a vraiment manqué est la bande-son vraiment remarquable de l’original qui collait parfaitement aux images, et ce au sein même des scènes de combat.
Y aurait-il donc quelque chose qui cloche ? À mon avis les super héros sont passés par là et il règne un parfum allant de Marvel à X-Men en passant par Terminator. Tout ce qui a été fait en matière de design et de concept est ici remanié et recyclé je dirais même à outrance et très sincèrement j’ai plus d’une fois levé les yeux au ciel. Certes la version de 1995 a un peu vieilli, mais garde un charme formidable. À l’inverse celle-ci se révèle au final quelque peu fade et sans saveur.
Le budget est bel et bien là pour nous monter le monde de Mortal Kombat, mais je pense que le script et la production artistique n’ont pas été bien gérés et tout ce que l’on voit n’est qu’un recyclage de ce que l’on a déjà vu sur les écrans maintes et maintes fois.
Les chorégraphies de combat sont certes exceptionnelles, mais les combattants ressemblent plus à un mixage d’Avengers et X-Men (vous comprendrez), et on a (presque) l’impression de voir au loin un Predator. J’exagère un peu, mais pas tant que ça.
Que reste-t-il au final ? Un film sans originalité, des scènes et concepts recyclés à mort, et on resort de tout cela sans vraiment avoir vraiment compris ce que l’on a vu. Prenez un shaker, mixez tous vos super héros favoris, tous vos robots favoris (si ! si ! vous verrez......) et vous obtenez ce Mortal Kombat qui pour moi est une énorme déception.
Le comble c’est que l’on nous rebalance la musique de l’original au générique de fin avec un design de générique Marvel. Fallait oser.
Avec cette musique, le petit « clic », ce petit « quelque chose » et l’ambiance de l’original sont alors de retour, mais il est déjà bien trop tard…

Marc Sessego


Et sa 2e suite :
125 ans de cinéma fantastique
et de SF Deuxième partie (Mise à jour 1951-2019)

Après la parution de son monumental livre «  123 ans de cinéma fantastique et de SF – essais et données pour une histoire du cinéma fantastique 1895-2019&#8201 » paru en janvier 2019, Alain Pelosato a continué à regarder des films et des séries de télévision  ! «  Quand on écrit ce genre d’ouvrage », explique l’auteur, « c’est sans fin puisque des films et des séries, il continue à en sortir sans cesse  ! Il faut donc prendre la décision de s’arrêter pour publier. C’est pourquoi j’écris et je publie régulièrement des mises à jour depuis 1998.  »
De plus, certains éditeurs de DVD ressortent des films des archives et les publient, il y a aussi la télévision et les plateformes sur Internet. Du coup, le présent livre couvre la période 1951 à 2019.
Voici donc la dernière mise à jour : un livre de 500 pages avec plus de 700 entrées dans l’index, c’est dire s’il contient beaucoup de chroniques, d’analyses et aussi, la spécialité de l’auteur, de vastes mises à jour de listes thématiques de films (taxinomie du cinéma fantastique). Bonne lecture  !

La 3e suite est désormais disponible :
"126 ans de cinéma fantastique et de SF ..."

https://www.amazon.fr/dp/2915512620/



Retour au sommaire