SF Mag
     
Directeur : Alain Pelosato
Sommaires des anciens Nos
  
       ABONNEMENT - BOUTIQUE - FAITES UN DON
Sfmag No108
108
2
2
 
j
u
i
l
l
e
t
RETOUR à L'ACCUEIL
BD   CINE   COUV.   DOSSIERS   DVD   E-BOOKS  
HORS SERIES    INTERVIEWS   JEUX   LIVRES  
NOUVELLES   TV   Zbis   PD-AP  
Encyclopédie de l'Imaginaire, plus de 13 000 articles
  Sommaire - Livres -  Infos -  Le Tunnel de Bernhard Kellermann (PRNG)

Article précédent :
Tales of Berseria chez Mana Books

Le Tunnel de Bernhard Kellermann (PRNG)

Article suivant :
Lumikko



Le Tunnel est un des grands romans d’anticipation allemand du XXe siècle. Immense succès éditorial dès avant-guerre qui lui vaudra d’être traduit en vingt-cinq langues. Par deux fois il fut porté à l’écran, en 1915 et en 1933.
L’ingénieur américain Mac Allan , inventeur de l’allanite , un métal dur et résistant comme le diamant, cherche à financer un gigantesque projet technique : creuser un tunnel ferroviaire qui relierait l’Europe aux États-Unis. Le roman relate les différentes étapes de la construction de ce tunnel ferroviaire transatlantique qui doit relier les continents européen et américain, les travaux gigantesques et leurs conséquences humaines, psychologiques, économiques et sociales. Malgré ses nombreuses pertes humaines, ses grèves massives, les crises boursières mondialisées qui l’affectent et les procès retentissants qui le menacent, le projet s’achève enfin, vingt-cinq ans plus tard...

Bernhard Kellermann, écrivain allemand, né à Fürth (1879-1951), publie , en 1913 , ce roman : derTunnel. Il paraîtra en français en premier dans la revue Je sais tout mais sa publication sera arrêtée en raison de la guerre en 1914, puis en livre (en deux tomes) en 1922 et, enfin en 1934, dans une version abrégée en un seul tome. En voici la version intégrale en deux tomes, entlèrement recomposée et qui permettra enfin de pouvoir lire en français ce texte majeur de la SF technique.

Feuilletage

Les éditions PRNG ont été dénicher là une belle pépite ! Dites-donc un tunnel sous l’Atlantique. Je l’ai feuilleté. D’abord je trouve que la maison d’édition a amélioré sa mise en page et le choix de sa police de caractères. C’est agréable à lire. Ensuite la traduction est belle et plaisante. J’imagine que c’est grâce au talent des traducteurs, mais aussi à celui de l’auteur. Il est en deux tomes : je vous le conseille vivement. Cette édition sort réellement des sentiers battus actuels (et ça fait longtemps que ça dure) de la SF. Tant mieux. C’est toujours intéressant de revenir sur des pépites anciennes...

Alain Pelosato