SF Mag
     
Directeur : Alain Pelosato
Sommaires des anciens Nos
  
       ABONNEMENT - BOUTIQUE - FAITES UN DON
Sfmag No108
108
2
2
 
j
u
i
l
l
e
t
RETOUR à L'ACCUEIL
BD   CINE   COUV.   DOSSIERS   DVD   E-BOOKS  
HORS SERIES    INTERVIEWS   JEUX   LIVRES  
NOUVELLES   TV   Zbis   PD-AP  
Encyclopédie de l'Imaginaire, plus de 13 000 articles
  Sommaire - Films -  A - F -  Les Heures Sombres (Darkest Hours)


"Les Heures Sombres (Darkest Hours) " de Joe Wright

 

Scénariste : Anthony McCarten
Avec : Gary Oldman, Kristin Scott-Thomas, Lily James, Stephen Dillane, Ronald pickup
Distribué par Universal Pictures International
125 mn - Sortie le 3 Janvier 2018 - Note : 8/10

Décidément, l’Angleterre dans la seconde guerre mondiale est source d’inspirations en ce moment. Après « Dunkerque », voici un autre pan de l’histoire, via ce personnage haut en couleurs en cette période que fut Winston Churchill. Mais ce n’est pas une biographie, non, juste un moment de la vie de ce grand diable d’homme, qui par sa vision des évènements, son courage – parce qu’à côté, une bonne partie de ses pairs se la jouait « loin de tout ça » ! -, et sa ténacité, finit par faire prendre conscience à son peuple et surtout aux politiques de son pays de la guerre mondiale qui frappait à leur porte.
En mai 1940, Hitler a déjà bien avancé dans ses projets de conquête mondiale. Après les accords de Munich, le 1er ministre britannique Neville Chamberlain était revenu au pays acclamé en héros. Mais aujourd’hui, au vu de la dramatique situation, il n’a d’autre choix que de démissionner. Dans la panique et la tourmente, et après le désistement d’un potentiel candidat au poste, les parlementaires nomment Winston Churchill premier ministre et ce malgré les négatives opinions de lui qu’ont ses pairs. Mais si Churchill fut décrié, c’est à la suite d’échecs de décisions pourtant sensées. Aujourd’hui, l’homme doit relever le plus grand défi de sa carrière et de sa vie, et il ne sait pas comment l’aborder, et il en est même terrifié…
Comment apprendre encore des choses – à moins d’être un historien digne de ce nom – sur ce qui s’est passé durant la seconde guerre mondiale, dans chaque pays, et dans l’ombre. L’Angleterre subit la couardise de certains de ses dirigeants, avant de découvrir et d’être galvanisé par la personnalité d’un homme hors-pair, Churchill. L’histoire décrite ici concerne quelques jours avant l’entrée officielle du pays en guerre contre l’Allemagne hitlérienne. Beaucoup de discours donc, d’entretiens, de réflexions, donc de ce qui pourrait donner sans problème une grande pièce de théâtre – bon courage quand même ! – ou au cinéma, une œuvre bien pesante pour rester poli. Le scénario est pourtant passionnant mais entre certaines mains, cela peut devenir très lassant – toujours pour rester poli. Sauf que pour narrer cette incroyable histoire, derrière la caméra, il y a Joe Wright. Joe Wright, qui réussit à dynamiser « Orgueil et préjugés » en signant la meilleure des adaptations de ce classique, Joe Wright qui signa une love-story sur fond de guerre absolument remarquable avec « Reviens-moi », Joe Wright qui réussit à faire revivre « Anna Karenine », Joe Wright qui donna enfin la meilleure adaptation cinéma consacrée à Peter Pan. Dans le cas présent, Joe Wright réussit à faire du théâtre un film. Et donc de transcender cette histoire, à donner un rythme à ces longues discussions, à donner une vie à ces sombres journées en n’oubliant pas de traverser les extérieurs via une foule, la vie du peuple, les bombardements aériens vus d’un avion, etc… C’est grâce à Joe Wright que ces « Heures sombres » gagnent en force, sans oublier bien entendu, la remarquable composition de Gary Oldman, qui au-delà d’un maquillage saisissant, réussit surtout à puiser en lui la force nécessaire pour faire oublier le physique et nous faire croire qu’il s’agit vraiment de Churchill qui revit sur cet écran. Alors oui, sans ces deux fers de lance, « Les heures sombres » aurait pu être un assommant pamphlet historique ; avec ces deux fers de lance, « Les heures sombres » est un excellent film historique, prouvant de nouveau l’excellence du cinéma britannique, un des meilleurs au monde.

Stéphane THIELLEMENT

Lire 2800 chroniques de films dans le livre d’Alain Pelosato :
123 ans de cinéma fantastique et de SF : Essais et données pour une histoire du cinéma fantastique 1895-2019



Retour au sommaire