SF Mag
     
Directeur : Alain Pelosato
Sommaires des anciens Nos
  
       ABONNEMENT - BOUTIQUE - FAITES UN DON
Sfmag No108
108
2
2
 
j
u
i
l
l
e
t
RETOUR à L'ACCUEIL
BD   CINE   COUV.   DOSSIERS   DVD   E-BOOKS  
HORS SERIES    INTERVIEWS   JEUX   LIVRES  
NOUVELLES   TV   Zbis   PD-AP  
Encyclopédie de l'Imaginaire, plus de 13 000 articles
  Sommaire - Livres -  A - F -  Le Monde Vert




"Le Monde Vert "
de
Brian Aldiss

Editeur :
Folio - Gallimard
 

"Le Monde Vert "
de Brian Aldiss



Astronautes végétaux, monstrueux et insensibles, les travertoises, errant de l’un à l’autre, les filaient à leur guise, tissant un réseau indifférent, piège où s’étaient prises la Terre et la Lune.
La Lune et la Terre étaient engluées dans une surprenante toile d’araignée.

Il arrive que dans des conditions extrêmes des femmes soient exclues de la tribu. Mais jamais un homme ne l’a été. Ils sont trop rares. Pourtant Gren, suite à une nouvelle indiscipline s’étant traduite une fois de plus par des morts, a été bannie par la femme-chef de son clan. Dès lors, il va errer dans le monde vert où les végétaux traquent les derniers mammifères pour les dévorer, tandis que les Volants (les hommes ailés), cherchent à capturer les humains. Seule la jeune Poyli a décidé de l’accompagner dans son exil.

Curieusement, le comportement de Gren va changer. Il va devenir plus savant, apprenant à sa compagne que la planète ne tourne plus sur elle-même depuis des milliards d’années. Une mince zone tempérée demeure la seule viable. Mais la végétation la recouvre presque entièrement, allant même jusqu’à relier la Terre à la Lune. Gren tient son nouveau savoir d’un champignon. Celui-ci, doué de raison, est entré en contact avec le cerveau de Gren et lui procure des connaissances, afin d’accomplir un grand dessein. Mais Poyli s’inquiète. Qui s’adresse à elle ? Gren ou le parasite ?

Pourvu d’un héros « original », ce roman, situé sur notre Terre dans cinq milliards d’années nous fait découvrir différents groupes humains (ou apparentées) et des végétaux divers (le plus souvent prédateurs) et même des buissons ardents (!).

Cette errance dans « l’enfer vert » doit sans doute son origine à l’expérience militaire de Brian Aldiss lorsqu’il combattit en Birmanie durant la Seconde Guerre Mondiale. On se rappellera l’arbre-explosif d’Helliconia et la jungle du vaisseau dans « Croisière sans escale ». Dans ce roman, paru trois ans avant « Le monde Vert », le héros vivait au cœur d’une société tribale au sein du clan des Green (vert).

Ici, l’auteur de science-fiction britannique a choisi la démesure dans la description de ce monde végétal. Le propos est audacieux (1). Cependant, l’éloignement dans le temps rend difficile au lecteur l’identification aux protagonistes.

(1) ce roman obint le prix Hugo en 1962

Damien Dhondt

Auteur : Brian Aldiss _ Le Monde Vert _ Titre original : « Hothouse » , traduction : Michel Deutsch _ Édition Gallimard, Collection Folio n°328 _ février 2009 _ Réédition, poche, 336 pages _ 8,20 euros






Retour au sommaire