SF Mag
     
Directeur : Alain Pelosato
Sommaires des anciens Nos
  
       ABONNEMENT - BOUTIQUE - FAITES UN DON
Sfmag No108
108
2
2
 
j
u
i
l
l
e
t
RETOUR à L'ACCUEIL
BD   CINE   COUV.   DOSSIERS   DVD   E-BOOKS  
HORS SERIES    INTERVIEWS   JEUX   LIVRES  
NOUVELLES   TV   Zbis   PD-AP  
Encyclopédie de l'Imaginaire, plus de 13 000 articles
  Sommaire - Livres -  A - F -  Projet Mars




"Projet Mars"
de
Andreas Eschbach

Editeur :
L’Atalante
 

"Projet Mars"
de Andreas Eschbach



7/10

Andreas Eschbach est entré dans l’univers de la SF française avec deux cartes de visite remarquables : Des milliards de tapis de cheveux et Jésus Vidéo. Avec ces seuls romans, il a acquis une notoriété tout à fait justifiée et mérite d’être au pinacle des auteurs sur lesquels on peut fonder les meilleurs espoirs pour assurer un renouvellement du genre. Aussi, la parution de Projet Mars est-elle attendue avec beaucoup d’intérêt.

Des colonies humaines sont installées depuis plus de trente ans sur la Planète Rouge. La plus ancienne est financée par La Fédération des Etats de la Terre. Une autre, plus récente, est installée par L’Alliance asiatique. Dans la première, un groupe de quatre adolescents partage la vie dans la station avec les adultes. Elinn est même née sur Mars il y a treize ans. Elle est la seule à trouver des artefacts étranges et à soutenir qu’une civilisation martienne existe. De plus, elle perçoit une lueur qu’elle ne sait pas situer par rapport à la station. Le groupe a une « bête noire » en la personne de Pigrato l’administrateur, qui déteste Mars et entend faire régner un ordre administratif.
Elinn et son frère surprennent une conversation entre Pigrato et ses seconds : le sénateur Bjornstadt, qui préside la commission des affaires spatiales, veut faire voter un projet de loi pour arrêter la colonisation de Mars jugée trop coûteuse. Tous les humains seront rapatriés. Cela ne fait pas du tout l’affaire des adolescents, d’autant moins que la petite fille est médicalement menacée par un tel transfert. Ses poumons ne pourront pas s’adapter à l’atmosphère terrienne.
Mais que représente une vie d’enfant quand des budgets colossaux sont en jeu ? Les adolescents organisent la résistance. Mais les colons peuvent-ils lutter contre un gouvernement dont la station dépend totalement ?

Le sentiment ressenti à la lecture fait penser à un roman pour jeunes. Est-ce parce que l’intrigue est quelque peu linéaire, que l’action passe par un groupe d’adolescents, que le vocabulaire utilisé s’adresse à un public qui découvre la SF plutôt qu’à une génération qui attend des approches nouvelles et des personnages aux profils psychologiques plus tourmentés, plus torturés ? Le découpage même, en chapitres courts titrés, rejoint la présentation habituelle des collections « Jeunesse », avec une conclusion qui s’inscrit dans la tradition du genre. La vision est dichotomique et le ton général est didactique et quelque peu moralisateur.
Attention ! Que l’on ne se méprenne pas sur mes propos. Il n’y a pas de dédain pour ce livre, ni pour un genre que j’apprécie particulièrement. En effet, c’est dans cette catégorie qu’on trouve actuellement la richesse qui a fait la littérature dite populaire, avec des coups de théâtre, de l’action, des sentiments exacerbés, avec pour les héros, des « palanquées » de problèmes à résoudre, de difficultés à surmonter et à vaincre, avec de l’énergie dans le rythme des intrigues.
Cela dit, Projet Mars contient tout ce qui fait la qualité d’un roman de SF et ce qui est la marque de fabrique de l’auteur. Il se permet même ici, une charge violente contre les politiciens, accusant, par exemple, ceux-ci à travers le sénateur : « ...ne rechignant jamais à la dépense dès lors qu’il s’agissait de défendre ses propres intérêts... »
Un livre à découvrir et à faire lire aux jeunes autour de nous pour les préparer déjà aux œuvres plus ambitieuses d’Andreas Eschbach.

Serge Perraud

Projet Mars, Andreas Eschbach, L’Atalante, collection La Dentelle du Cygne, mai 2004, 278pages, 13,40 euros.






Retour au sommaire