SF Mag
     
Directeur : Alain Pelosato
Sommaires des anciens Nos
  
       ABONNEMENT - BOUTIQUE - FAITES UN DON
Sfmag No108
108
2
2
 
j
u
i
l
l
e
t
RETOUR à L'ACCUEIL
BD   CINE   COUV.   DOSSIERS   DVD   E-BOOKS  
HORS SERIES    INTERVIEWS   JEUX   LIVRES  
NOUVELLES   TV   Zbis   PD-AP  
Encyclopédie de l'Imaginaire, plus de 13 000 articles
  Sommaire - Films -  S - Z -  The Last girl – elle qui a tous les dons


"The Last girl – elle qui a tous les dons " de Colm McCarthy

 

Avec Gemma Aterton, Glenn Close, Paddy Considine, Sienna Nanua
Sortie en salles le 28 juin 2017

Melanie est une toute jeune adolescente studieuse et particulièrement agréable. Pourtant, elle est enfermée tout le temps qu’elle ne passe pas en cours dans une cellule ascétique. Chaque matin, elle et ses petits camarades doivent au sortir du lit s’asseoir dans une chaise roulante en attendant d’être attachés par des militaires surarmés... Car nous sommes dans un monde apocalyptique où un champignon a colonisé la population humaine les transformant en zombies : les Affamés.

Les jeunes écoliers sont la deuxième génération des Affamés, a priori contaminés durant la gestation. Le docteur Caldwell voit en eux la possibilité de synthétiser un vaccin pour sauver l’humanité. Mais le camp fortifié où ils sont abrités est pris d’assaut et seuls le docteur, Melanie et l’institutrice qui s’est prise d’affection pour elle, ainsi que quelques militaires arrivent à s’échapper.

Ce film de genre bénéficie des codes horrifiques des histoires de zombies, mais également d’une réflexion extrêmement poussée sur la transmission, la filiation par l’éducation et l’émancipation. Le spectateur est touché par la délicatesse de la jeune fille alors qu’elle fait partie de la race des prédateurs, comme la rudesse de certains humains, prêts à tout pour survivre.

La magie opère grâce à la finesse d’interprétation des acteurs, et aussi, car la réalisation n’oublie pas l’horreur derrière le questionnement et vice et versa. On a peur autant que l’on réfléchit et qu’on est touché par cette jolie histoire d’affection.

Un très bon film de science-fiction, tourné sans gros moyens, mais avec beaucoup d’ingéniosité et de talent.

Valérie Revelut

Lire 2800 chroniques de films dans le livre d’Alain Pelosato :
123 ans de cinéma fantastique et de SF : Essais et données pour une histoire du cinéma fantastique 1895-2019



Retour au sommaire