SF Mag
     
Directeur : Alain Pelosato
Sommaires des anciens Nos
  
       ABONNEMENT - BOUTIQUE - FAITES UN DON
Sfmag No108
108
2
0
 
j
u
i
l
l
e
t
RETOUR à L'ACCUEIL
BD   CINE   COUV.   DOSSIERS   DVD   E-BOOKS  
HORS SERIES    INTERVIEWS   JEUX   LIVRES  
NOUVELLES   TV   Zbis   PD-AP  
Encyclopédie de l'Imaginaire, plus de 13 000 articles
  Sommaire - Films -  A - F -  Braquage à l’ancienne (Going In Style)

"Braquage à l’ancienne (Going In Style) " de Zach Braff

 

Scénario : Theodore Melfi, d’après une histoire de Edward Cannon
Avec : Michael Caine, Morgan Freeman, Alan Arkin, Ann-Margret, Christopher lloyd, Matt Dillon
Distribué par Warner Bros. France
96 mn - Sortie le 3 Mai 2017 - Note : 8/10

De prime abord, on peut légitimement avoir peur, et craindre le pire. Les films sur les « vieux », et ce sans vouloir choquer personne, souvent sont ratés, lents, mauvais, redondants, moralisateurs, etc… Pas réalistes même. Le pire étant les comédies romantiques avec retraités en action. Et là, on voit trois grands noms du cinéma, un titre « facile », une histoire dont on se dit qu’elle va nous balancer tous les poncifs qu’on peut s’attendre à trouver et au final… Rien de tout ça, et c’est pour cela qu’on commence par le final – en fait, je me rends compte que je le fais souvent… -, pour mieux accrocher celle ou celui qui va lire cette chronique : « Braquage à l’ancienne » est une très bonne petite comédie policière, vivante, drôle, bien foutue, pétillante, menée sur un tempo certain, bref on va voir ça en détail parce que là, pour une fois, ça en vaut le coup !
Ce matin-là, Joe en allant voir son conseiller bancaire, vécut en live un braquage, orchestré de main de maître par des pros qui ne blessèrent personne, mais repartirent avec la cagnotte. Quelques heures plus tard, avec ses deux amis Al et Willie, il apprenait que sa retraite ne serait plus versée, sa compagnie étant en liquidation, tout est gelé. Comble de bonheur, sa banque va gérer cette crise en soignant dirigeants et actionnaires, et rien pour les licenciés, encore moins pour les retraités. Et c’est au petit-déjeuner que l’idée lui vint : braquer leur banque. Sauf qu’en amateurs, ils sont parfaits. Donc il va falloir trouver un spécialiste, lui demander des conseils, et… passer à l’action !
Dès le début, une musique très jazzy, très « Ocean’s 11 » va rythmer le film. Et via ces notes, l’histoire va vivre. Certes, les héros sont trois retraités septuagénaires ou octogénaires, mais ils ne s’apitoient pas sur leur sort, ils se révoltent, ils vivent en parallèle leurs problèmes de vieux, et tout le scénario et les dialogues sont au diapason de ces situations pour une fois traitées avec naturel, à savoir un certain dynamisme tout à fait légitime, et un grand bras d’honneur aux clichés sur des films ciblant les anciens. Bon, il faut admettre que le trio est excellent, et Michael Caine, morgan Freeman et Alan Arkin en ont encore et savent tirer le meilleur de leur âge actuel pour servir au mieux ce scénario. Lequel est en plus réalisé par Zach Braff dont on peut se souvenir via « Garden State » de son talent dans le genre, à savoir qu’il n’est pas le pépère qui aurait pu être engagé pour un tel film, mais bien un bon dans sa catégorie, ce qui confère un autre point positif au projet. Et au bout du compte, même si tout cela n’a pas l’ambition des plus grands braquages du 7ème Art, cette histoire où il est aussi question d’un problème humain actuel, se révèle réussie tout simplement. Musique, acteurs, réalisation, mise en scène, intrigue, tout est réuni pour concrétiser une très bonne comédie socialo-policière jamais posée, jamais terne, jamais fainéante, jamais vieille, mais dynamique, moderne, sensible, le tout traité sans aucune once de cynisme pour une fois. « Braquage à l’ancienne » arrivant même à susciter plus d’émotions et de sourires que bien des nanars dans le genre sortis récemment en salle, plus affligeant les uns que les autres. Contre toute attente, ce « Braquage à l’ancienne » avec ses vieux, constitue l’excellente surprise qu’on n’attendait pas du tout, et ça, quand ça arrive, ça fait un bien fou.

Stéphane THIELLEMENT

Lire 2800 chroniques de films dans le livre d’Alain Pelosato :
123 ans de cinéma fantastique et de SF : Essais et données pour une histoire du cinéma fantastique 1895-2019



Retour au sommaire