SF Mag
     
Directeur : Alain Pelosato
Sommaires des anciens Nos
  
       ABONNEMENT - BOUTIQUE - FAITES UN DON
Sfmag No108
108
2
0
 
j
u
i
l
l
e
t
RETOUR à L'ACCUEIL
BD   CINE   COUV.   DOSSIERS   DVD   E-BOOKS  
HORS SERIES    INTERVIEWS   JEUX   LIVRES  
NOUVELLES   TV   Zbis   PD-AP  
Encyclopédie de l'Imaginaire, plus de 13 000 articles
  Sommaire - Films -  G - L -  Logan (Id.)

"Logan (Id.) " de James Mangold

 

Scénario : James Mangold, Scott Frank & Michael Green d’après une histoire de James Mangold
Avec : Hugh Jackman, Patrick Stewart, Dafne Keen, Boyt Holbrook, Richard E. Grant, Eriq La Salle.
Distribué par 20th Century Fox - 137 mn - Sortie le 1er Mars 2017 - Note : 9/10

Encore un Marvel, serait-on tenté de dire. Car il est vrai qu’à force de spectacle décérébré, destructeur, apocalyptique, baignant dans un humour parfois lourdingue, on commence à saturer. Sauf que « Logan » est vraiment différent. « Logan » est intelligent, et surtout adulte. « Logan », c’est « La Horde sauvage » du film de super-héros Marvel.
Dans un futur proche, les mutants n’existent quasiment plus. Logan s’est fondu dans la masse. Il passe ses soirées à se saouler, avant de rejoindre ses deux seuls compagnons, Caliban l’albinos et surtout Charles Xavier, devenu un vieillard sénile aux crises psychiques meurtrières. Un jour, une femme amène une gamine qu’il baptise Laura et qui s’avère avoir les mêmes particularités que Logan, et qui en plus est recherchée par une agence secrète dirigée par un savant dont le but ultime est de créer des super-soldats avec des gênes de mutants inoculés aux gamins. Malgré son extrême réticence, et poussé par le professeur Xavier, Logan va accepter d’emmener Laura dans un sanctuaire pour mutants, un paradis pour ces monstres rejetés par l’humanité. Et de ce voyage Logan y puisera la force nécessaire pour vivre, et retrouvera également des valeurs humaines qu’il avait oubliées.
Comment dire ?... Il ne faut pas s’attendre à un « X-Men », encore moins à un « Avengers ». « Logan », c’est la vision encore une fois adulte de scénaristes intelligents (James Mangold, le gars qui a donné à Stallone son plus beau rôle avec Copland », qui a signé un remake surpassant l’original avec « 3h10 pour Yuma », qui a réalisé également un bon Marvel avec « Wolverine : le combat de l’immortel », associé à Scott Frank, l’auteur de « Hors d’atteinte », de « The lookout » et de « Balade entre les tombes »), associé à un acteur conscient des limites du genre. Et de tout cela nait « Logan », certainement le plus violent (en mode sérieux, pas bouffonesque à la « Deadpool ») de tous les films Marvel, au point de tomber dans le gore, où on prend le temps de découvrir les personnages, où les super-héros sont fatigués, où ils se posent des questions, remettant en question leur propre existence, errant dans des décors pré-apocalyptiques (Mad Max n’est pas loin…), vivant chaque jour comme le dernier crépuscule de leur destin. Et de découvrir une œuvre peut-être un poil trop longue (mais bon, c’est James Mangold, hein, donc on le sait !...) mais ô combien salvatrice, qui s’assume complètement par rapport à son histoire, avec un parallèle avec le héros de « L’homme des vallées perdues » - « Shane » en vo – qui élimine les méchants avant de partir seul dans le loin. Au passage, on verrait bien Mangold en signer un remake de ce classique à qui ça ferait du bien un coup de lifting, Alan Ladd n’ayant jamais été selon mon humble avis personnel, un modèle de charisme… Et voilà ce qu’est « Logan » : un baroud d’honneur de la part de l’acteur qui a su tellement bien faire exister Wolverine, un film crépusculaire sur le genre, et qui en plus ne cherche pas à éviter l’émotion – et il y en a ! -, pour bien prouver qu’avant tout, l’humain est là. Oui, il n’a pas à dire, « Logan » est un grand film Marvel, tout simplement.

Stéphane THIELLEMENT

à propos de ce film, lire les interviews de Hugh Jackman, Patrick Stewart et James Mangold (réalisateur) dans le sfmag No 95 en kiosques du 15 mars 2017 au 15 juin .

Lire 2800 chroniques de films dans le livre d’Alain Pelosato :
123 ans de cinéma fantastique et de SF : Essais et données pour une histoire du cinéma fantastique 1895-2019



Retour au sommaire