SF Mag
     
Directeur : Alain Pelosato
Sommaires des anciens Nos
  
       ABONNEMENT - BOUTIQUE - FAITES UN DON
Sfmag No109
109
2
 
n
o
v
e
m
b
r
e
RETOUR à L'ACCUEIL
BD   CINE   COUV.   DOSSIERS   DVD   E-BOOKS  
HORS SERIES    INTERVIEWS   JEUX   LIVRES  
NOUVELLES   TV   Zbis   P. Dagon-A. Pelosato  
Encyclopédie de l'Imaginaire, plus de 13 000 articles
  Sommaire - Films -  S - Z -  Tous en scène (Sing)


"Tous en scène (Sing)" de Garth Jennings

 

Réal. & scénario : Garth Jennings
Co-réalisateur : Christophe Lourdelet
Avec les voix de : Matthew McConaughey, Reese Witherspoon, Scralett Johansson, Taron Egerton, John C. Reilly (en v.o.), Patrick Bruel, Laurent Gerra, Jenifer Bartoli, Sacha Perez, Elodie Martelet (en v.f.)
Distribué par UNIVERSAL PICTURES INTERNATIONAL
108 mn - Sortie le 25 Janvier 2017 - Note : 8 /10

D’accord, l’animation est dominé par la souveraineté de l’empire Disney – et Pixar qui leur a fait un bien immense – mais il n’empêche qu’en parallèle, certains studios ont développé leur département, et même certaines boites se sont créées et se sont associées à des majors pour la distribution de leurs œuvres et qu’aujourd’hui, commercialement parlant, ces outsiders s’en sortent plus que bien. Des succès critiques et financiers tels que la trilogie « Kung-fu Panda », « Dragons », le superbe « Les cinq légendes », et d’autres plus modestes tels que l’épatant « Kubo et l’armure magique » le prouvent. Parfois, un studio produit un film, les suivants cartonnent sans être cependant des réussites (Blue Sky, le premier « Age de glace » excellent ; tous leurs produits suivants peuvent s’oublier…). Et il y a Illumination. Une société de production qui inclut des talents français, connue pour ses « Moi, moche et méchants », qui a dépassé le milliard de recettes avec les « Minions » (pourtant moins que moyen mais bon, ceci est une autre histoire…), et qui a l’intelligence de se lancer dans de nouvelles histoires au lieu de ne vivre que de ses acquis – comme Blu Sky… Ainsi, après la très bonne surprise que fut « Comme des bêtes », Illumination revient aujourd’hui avec « Tous en scène » et… C’est encore plus fort !
Le milieu du show-business, dans un monde d’animaux… Buster Moon est un koala manager d’un grand théâtre qui ne rencontre plus de succès. Lui vient alors une idée de génie qui, conjuguée à une malencontreuse erreur, va l’aider à ramener le succès dans sa salle : un concours de chant ouvert à tous, à savoir tous les amateurs ayant un don extraordinaire et une modestie en osmose, qui les empêche de crever l’écran. Et au-delà de toutes ses espérances, ce concours va devenir le plus grand évènement de sa ville, donnant une chance à chacun, ce qui lui permettra d’accomplir enfin son rêve : que tous soient en scène !
Bien sûr que cela rappelle quelque chose, à savoir « The voice » voir même « La France a un incroyable talent » ! OK le concept est connu, reste maintenant à faire tenir ça en film, et qui plus est, d’animation. Et c’est là que « Tous en scène » réussit son pari : sur une histoire copiée sur ces émissions de télé, Garth Jennings prend des animaux, et surtout, sur des chansons et airs musicaux ultra-connus, il adapte un animal en parfaite adéquation avec le titre choisi. Et ça marche ! Mené sur un rythme musical endiablé, entrainant, « Tous en scène » suscite le rire, l’amusement, l’émotion – la scène entre les gorilles père et fils -, l’étonnement, et fait tout fonctionner avec inventivité ! Alors oui, l’animation pourra, par moments, sembler être traitée un peu « légèrement », mais qu’importe puisque le sentiment général qu’on a en fin du film, est d’avoir une pêche pas possible d’avoir vibré aussi bien avec chaque bestiole. En plus, l’humour est parfois vraiment drôle, et pour une fois, le choix des voix – en vo comme en vf – s’avère excellent. Ainsi, Bruel en koala se reconnait aisément, et on le « voit ». Bref, pour une surprise, c’est une excellente surprise, pas parfaite, mais qui emporte quand même très aisément l’adhésion de tous. Ce n’est ni Disney, ni Pixar, mais là-encore, pas grave, le résultat final est d’excellent niveau.

Stéphane THIELLEMENT

Lire 2800 chroniques de films dans le livre d’Alain Pelosato :
123 ans de cinéma fantastique et de SF : Essais et données pour une histoire du cinéma fantastique 1895-2019



Retour au sommaire