SF Mag
     
Directeur : Alain Pelosato
Sommaires des anciens Nos
  
       ABONNEMENT - BOUTIQUE - FAITES UN DON
Sfmag No108
108
2
2
 
j
u
i
l
l
e
t
RETOUR à L'ACCUEIL
BD   CINE   COUV.   DOSSIERS   DVD   E-BOOKS  
HORS SERIES    INTERVIEWS   JEUX   LIVRES  
NOUVELLES   TV   Zbis   PD-AP  
Encyclopédie de l'Imaginaire, plus de 13 000 articles
  Sommaire - Films -  M - R -  Rogue One


"Rogue One" de Gareth Edwards

 

Attention spoilers

Le voilà enfin ! Après avoir été annoncé comme le film « à part » dans l’univers STAR WARS, « Rogue One » se place juste avant le film de 1977. Casting sans prestige, un réalisateur avec juste deux films à son actif...Que peut-on attendre d’un tel spin-off avec la marque « Star Wars - Disney – Lucasfilm »...Verdict.

Un groupe de rebelles va tout mettre en place pour dérober les plans de la célèbre étoile noire.....

L’histoire on la connait déjà mais on ne sait pas comment les plans de la célèbre étoile noire ont été dérobés et c’est ici tout l’enjeu du métrage de deux heures dix. Le film démarre très étrangement car ici pas de pré-générique pétaradant, on est bel et bien dans un "spin off" ou « film dérive » si vous préférez. Que ce soit un choix calculé et décidé m’a vraiment surpris. Puis on se retrouve sur une planète et très sincèrement on a du mal à entrer dans cet univers car on se demande si on est dans « Star Wars ». Pour ma part je n’y étais pas, du moins pas tout de suite. On présente le personnage de Jyn Erso (Felicity Jones) et le film met un certain temps à s’enclencher. Le scénario est quelque peu bancal et le début intéressant mais pas passionnant. La mise en place est laborieuse et on sent Gareth Edwards, le réalisateur, pas vraiment à l’aise et ne sachant pas réellement dans quelle direction aller. Une fois les enjeux donnés « on dérobe les plans, allons-y », l’univers Star Wars se met alors en place mais quelle galère pour en arriver là. La réalisation est bonne, parfois très bonne mais pas excellente et Greth Edwars se débrouille alors très bien aux commandes d’un tel mastodonte mais cela s’arrête la. Les scènes d’action sont livrées par l’excellent et géant régleur de cascades Simon Crane et là ça bouge : heureusement.

Vous retrouverez avec grand plaisir un Peter Cushing entièrement géré par ordinateur jouant Moff Tarkin, surprenant et effrayant à la fois. Le second retour d’un personnage clé de la saga se fera dans le tout dernier plan et là le résultat est à mon opinion totalement raté. Je ne vous en dirai pas plus.

Quand a Darth Vader il est bel et bien de retour mais son interprète n’a ni l’envergure, ni la démarche ni la présence de David Prowse des trois premiers épisodes originaux. Pas bien méchant mais décevant tout de même. Vador est impressionnant certes, mais n’a plus le « petit » quelque chose qui en faisait une menace horrifique au premier coup d’œil.

Je laisserai également de côté tout l’aspect esthétique et visuel fort bien rendu et forcément là on est dans « Star Wars ».

Viennent se greffer à cela un nombre très impressionnant de caméos, d’hommages et de clins d’œil vraiment sympathiques mais dont certains sont amusants mais absolument pas nécessaires. Disney a donc voulu faire plaisir aux fans et visiblement cela montre une énorme nostalgie pour la saga originale.

Pour terminer un petit mot du casting, du vrai : J’ai eu vraiment un sentiment mitigé sur Felicity Jones, ni excellente ni mauvaise, j’ai été très impressionné par la prestation ultra naturelle de Diego Luna et je décerne la palme à celui qui vole la vedette à tous : l’asiatique Donnie Yen. Magistral en tous points avec d’ailleurs une phrase qui déjà à présent remplacera peut être "May the force be with you".

« Rogue One » est donc un très bon film mais, en écrivant ces lignes, je suis horrifié d’écrire juste « très bon film ». J’attendais énormément de « Rogue One », et je me rends compte que le film de 77’ et sa suite « L’empire contre-attaque » ne pourront probablement jamais être égalés et il arrive même largement derrière « Le retour du Jedi »

Un très bon film donc (je sens déjà les fans voulant me couper en rondelles, eu importe), mais qui ne décolle que dans sa seconde partie et qui aurait pu être beaucoup mieux sans une première partie laborieuse mais contrebalancée par une seconde partie excellente. Gareth Edwards a quelque peu raté le coche (à mon avis), mais le public sera je pense ravi de se replonger pendant deux heures dix dans un univers dont il peut mal se passer : « Star Wars », deux mots qui vont encore faire tourner la terre.

« Rogue One » reste un excellent divertissement mais, au final, je m’attendais à tellement mieux. Pour moi Star Wars se doit de dépasser l’excellence et « Rogue One » n’y parvient pas.

Marc Sessego
Correction Andrée Cormier

Voir dans le sfmag No 94 actuellement en kiosques (du 13 décembre 2016 au 13 mars 2017) les interviews des deux acteurs principaux : Felicity Jones et Diego Luna :
http://www.sfmag.net/une.php

Lire 2800 chroniques de films dans le livre d’Alain Pelosato :
123 ans de cinéma fantastique et de SF : Essais et données pour une histoire du cinéma fantastique 1895-2019



Retour au sommaire