SF Mag
     
Directeur : Alain Pelosato
Sommaires des anciens Nos
  
       ABONNEMENT - BOUTIQUE - FAITES UN DON
Sfmag No108
108
2
0
 
j
u
i
l
l
e
t
RETOUR à L'ACCUEIL
BD   CINE   COUV.   DOSSIERS   DVD   E-BOOKS  
HORS SERIES    INTERVIEWS   JEUX   LIVRES  
NOUVELLES   TV   Zbis   PD-AP  
Encyclopédie de l'Imaginaire, plus de 13 000 articles
  Sommaire - Films -  A - F -  Agents presque secrets (Central Intelligence)

"Agents presque secrets (Central Intelligence)" de Rawson Marshall Thurber

 

Réalisateur & co-scénariste : Rawson Marshall Thurber
Scénaristes : Ike Barinholtz & David Stassen, d’après une histoire d’Ike Barinholtz & David Stassen
Avec : Dwayne Johnson, Kevin Hart, Amy Ryan, Jason Bateman, Aaron Paul, Thomas Kretschmann, Danielle Nicollet
Distribué par Universal Pictures International France
107 mn - Sortie le 24 Août 2016 - Note : 4/10

Il fut un temps où les américains ne comprenaient pas pourquoi Jerry Lewis faisait rire les français. Bon, maintenant, à un âge plus sage, on peut se poser la même question. En même temps, on a aussi nos comiques qui ne font rire que nous. Et encore. Et donc les américains ont leurs comiques qui ne font rire qu’eux. Autant on peut admettre que l’humour de Will Ferrel est vraiment trèèèès spécial, au moins on lui reconnait une certaine originalité et une certaine recherche dans son humour. Par contre, il y en a d’autres avec un humour très basique qui cartonnent là-bas… Et on ne comprend pas trop pourquoi ce qu’il y a de drôle. Prenez Martin Lawrence : ça pase dans « Bad boys », mais dans les « Big Mamma », ça coince. La série des « Barbershop », c’est le flop assuré ici ; Kevin James, le super vigile des supermarchés, nous laisse de marbre. Et il en arrive chaque année de petits nouveaux. Comme l’hystérique Kevin Hart. Un petit nerveux. Et là, il vient de casser la baraque en duo avec Dwayne Johnson. Et pourtant…
Calvin est un modeste employé de bureau. Un jour, il reçoit un message Facebook d’un ancien élève de sa promotion, Bob. A l’époque du collège, Calvin était sportif et star de son école ; Bob était un peu trop gros et risée de cette même école. Pourtant, Calvin prit plusieurs fois sa défense. Acceptant un rendez-vous de retrouvailles, quelle n’est pas la surprise de Calvin de découvrir que Bob est une montagne de muscles de près de deux mètres et qu’en plus, il est un redoutable espion aguerri aux missions les plus dangereuses et dont la dernière va demander la participation malgré lui de Calvin. Une nouvelle vie peut commencer, et une longue amitié peut continuer…
Réalisé par celui qui nous donna des chefs-d’œuvre tels que « Dodgeball » (avec Ben Stiller, ça va encore), « Les Miller » (avec Jason Sudeikis, ça va aussi… Non, c’est même mieux que ça, plutôt réussi dans le genre !) et scénarisé par des inconnus, voici l’exemple type de la petite comédie flemmarde, dont on attend au moins de rire de gags énormes mais qui font mouche, le tout enrobé dans un nappage d’action dont la conjugaison avec l’humour rehausse l’ensemble… Ben non : intrigue minimaliste, le meilleur est dans la bande-annonce – comprenez les gags « stars » -, et l’ensemble se suit en esquissant des sourires – dus entre autres aux différences de taille monstrueuses parfois entre les deux acteurs, et quelques crises de Hart quand même - et c’est tout. Alors oui, Kevin Hart peut agacer très vite et pourtant, il est en mode « retenue » ici, et il y a Dwayne Johnson. Johnson, c’est comme Statham, il se sous-estime. Son « San Andreas » était très regardable mais sans être mémorable, ses participations aux « Fast & Furious » sont bonnes, il était excellent dans « No pain, no gain », et parfait dans « Infiltré » et « Faster ». Mais on l’attend encore dans un vrai rôle, son premier grand rôle. On espère que le « Doc Savage » de Shane Black sera ce film. Entre temps, on le verra dans la version cinéma de « Alerte à Malibu ». Bon, et ici, il fait du Dwayne Johnson qui se sent à l’étroit dans cette histoire. Donc rien de mémorable, comme l’ensemble de cette comédie policière estivale, qui se regarde d’un œil, sans fatiguer les zygomatiques.

Stéphane THIELLEMENT

Lire 2800 chroniques de films dans le livre d’Alain Pelosato :
123 ans de cinéma fantastique et de SF : Essais et données pour une histoire du cinéma fantastique 1895-2019



Retour au sommaire