SF Mag
     
Directeur : Alain Pelosato
Sommaires des anciens Nos
  
       ABONNEMENT - BOUTIQUE - FAITES UN DON
Sfmag No108
108
2
0
 
j
u
i
l
l
e
t
RETOUR à L'ACCUEIL
BD   CINE   COUV.   DOSSIERS   DVD   E-BOOKS  
HORS SERIES    INTERVIEWS   JEUX   LIVRES  
NOUVELLES   TV   Zbis   PD-AP  
Encyclopédie de l'Imaginaire, plus de 13 000 articles
  Sommaire - Films -  A - F -  American Nightmare 3 : Elections (The Purge 3 : Election Year)

"American Nightmare 3 : Elections (The Purge 3 : Election Year)" de James De Monaco

 

Réalisateur & scénariste : James De Monaco
Avec : Frank Grillo, Elizabeth Mitchell, Mykelti Williamson, Raymond J. Barry
Distribué par Universal Pictures International France
110 mn - Sortie le 20 Juillet 2016 - Note : 7/10

Produit par Jason Blum, devenu depuis quelques années le spécialiste des petites productions horrifiques de tous niveaux – comprenez de la meilleure à la pire -, le premier « American Nightmare » (dont le titre original « The Purge » pouvait être péjorativement utilisé chez nous d’où ce titre « français » pour une fois judicieux…) eut son succès et fit son effet : une fois par an, la police ferme les yeux, pendant toute une nuit, on peut tuer qui on veut. Sur le papier, très con faut l’avouer ; de visu, ben ça tient bien la route. Assez flippant quelque part, même. Deux anx plus tard, on remet le couvert avec un scénario moins original, juste une chasse à l’homme orchestrée par les riches qui s’amusent à dégommer du pauvre, toujours lors de cette fameuse nuit. Et voici aujourd’hui le troisième opus. On remarquera qu’au fil du temps, De Monaco tente au mieux du mieux de rendre plus intelligent son concept, plus réfléchi, tout en n’échappant pas, toujours au vu du sujet de base, à une certaine satire plus maladroite que pertinente. Qu’importe, le public suit et dans ce dernier cas, on peut reconnaitre que ce plaisir coupable le mérite bien.
Parce qu’elle vécut une nuit de la Purge qui la laissa seule survivante de sa famille, la sénatrice Charlie Roan, en lice pour la présidence des USA, annonce dans son programme, l’éradication de cette manifestation simplement barbare. Ce qui n’est pas du goût de ses opposants qui décident de profiter de ce qui sera peut-être leur dernière nuit pour l’éliminer. Devenu son garde du corps, Léo Barnes qui ne cache pas sa haine de la Purge, devra compter sur l’aide extérieure pour sauver Charlie de cette mise à mort annoncée, car autour d’eux, il ne faut plus faire confiance à personne.
Pris au premier degré, « American Nightmare 3 : Elections » peut vite être catalogué de série Z. Pris avec un certain recul, on obtient une série B violente et sans temps morts, qui va un peu très vite dans le n’importe quoi, ce qui a pour conséquence d’annihiler le message du film – on pense aux élections US de cette année. Donc on va se focaliser sur ce second postulat, et confirmer que tout cela est très fun, quand même aussi très manichéen et primal, avec un retour au bon vieux temps des riches très riche qui avaient le droit de vivre par rapport aux pauvres très pauvres qui avaient le droit de crever. Bon, le jour où les USA en seront là, ce sera très grave ! Aujourd’hui, on a juste sous les yeux une série B à la réalisation loin d’être des plus novatrices et fouillées, mais qui a le mérite de suivre son concept et de s’y tenir, avec toute la caricature qui end écoule. En soi, c’est plus « recherché » que le précédent volet, et quelque part on devrait s’arrêter là. Mais Blum ne doit pas être de cet avis au vu des chiffres excellent que fait le film. On retiendra également que Frank Grillo a un sacré potentiel, que l’originalité du premier n’est plus, qu’aujourd’hui on mélange un peu tout et n’importe quoi pour obtenir cette série B donc, qui aurait quand même pu avoir un peu plus d’attentions, ce qui ne lui aurait pas fait de mal. Une seconde séquelle plus « riche » que la précédente, tout en laissant un petit parfum d’amateurisme, ce qui ne l’empêche pas de procurer un moment agréable où on repense à d’autres films, qui avaient l’avantage d’être mieux maitrisés. Plaisir coupable qu’on vous dit !

Stéphane THIELLEMENT

Lire 2800 chroniques de films dans le livre d’Alain Pelosato :
123 ans de cinéma fantastique et de SF : Essais et données pour une histoire du cinéma fantastique 1895-2019



Retour au sommaire