SF Mag
     
Directeur : Alain Pelosato
Sommaires des anciens Nos
  
       ABONNEMENT - BOUTIQUE - FAITES UN DON
Sfmag No108
108
2
2
 
j
u
i
l
l
e
t
RETOUR à L'ACCUEIL
BD   CINE   COUV.   DOSSIERS   DVD   E-BOOKS  
HORS SERIES    INTERVIEWS   JEUX   LIVRES  
NOUVELLES   TV   Zbis   PD-AP  
Encyclopédie de l'Imaginaire, plus de 13 000 articles
  Sommaire - Livres -  A - F -  Dreamericana




"Dreamericana"
de
Fabrice Colin

Editeur :
J’Ai Lu
 

"Dreamericana"
de Fabrice Colin



10/10

Erik Suncliff est un idiot hébergé par Vickers Colt et son épouse Sophia. Jusqu’au jour où son esprit réintégrant son corps, il redevient partiellement celui qu’il était. Immédiatement, il se retrouve au centre d’une complexe partie d’échec. Sur Antiterra, les Gardiens tentent d’empêcher les Voyageurs de détruire la planète, qui représente pour eux un obstacle dans leurs recherches du Créateur. Les Antiludes cherchent quant à eux à éliminer Gardiens et Voyageurs afin de libérer Antiterra. Erik, mandaté par un Gardien peu apprécié de ses neuf confrères, doit retrouver le président disparu de l’Americana malgré sa perte de mémoire quasi totale. Il se retrouve bien vite aux prises avec des tueurs impitoyables, des jumeaux loufoques mais dangereux, et retombe amoureux de celle qui l’a déjà trahit, la sublime et volcanique Ana. Mais surtout, il tente en permanence de deviner qui le manipule et dans quel but. Sa mission reste néanmoins fondamentale : retrouver le président afin de sauver Antiterra de la destruction.
Hades Shufflin nous offre un univers steampunk cohérent, plantant un décor politique grandiose où le héros tente vainement de comprendre ce qui lui arrive. La touche victorienne est caractéristique des préférences historiques de l’auteur, et l’atmosphère du monde présentée rappelle celle d’avant la guerre 14-18. Le récit est mené tambour battant, avec nombre de rebondissements et de surprises. L’auteur revient de loin après sa panne d’inspiration et sa dépendance à l’alcool. Grâce à Fabrice Colin, qui décrit cette période délicate pour Shufflin dans la première partie de Dreamericana, on découvre la lente chute d’un auteur paranoïaque dans l’univers de son œuvre.
Dans ce roman, F. Colin apporte une démonstration éclatante de l’avancée de sa réflexion sur le lien entre fiction et réalité. Ce livre aboutit demande un effort de la part du lecteur, et le laisse s’interroger sur le lien entre les réalités des trois mondes. Avec Dreamericana, toute les réalités sont liées : celle de Suncliff, celle de Shufflin, celle de Colin. Les caméras de S. Kubrick (qui n’est donc pas mort) sont le symbole de cette vision où toute les réalités n’ont pas de frontières fixes. Jeux sur les mots, transposition d’un élément d’une réalité dans une autre, rappels et correspondances font de Dreamericana une œuvre qui devrait devenir une référence du genre.

C. Del Rosario

Dreamericana, Fabrice Colin, Ed. J’ai Lu Millénaires, 442 pages






Retour au sommaire