SF Mag
     
Directeur : Alain Pelosato
Sommaires des anciens Nos
  
       ABONNEMENT - BOUTIQUE - FAITES UN DON
Sfmag No111
110
2
3
 
a
v
r
i
l
RETOUR à L'ACCUEIL
BD   CINE   COUV.   DOSSIERS   DVD   E-BOOKS  
HORS SERIES    INTERVIEWS   JEUX   LIVRES  
NOUVELLES   TV   Zbis   P. Dagon-A. Pelosato  
Encyclopédie de l'Imaginaire, plus de 13 000 articles
  Sommaire - DVD -  S à Z -  The Walk (Id.)


"The Walk (Id.)"
de Robert Zemeckis
 

Réal. & scénario : Robert Zemeckis
Co-scénariste : Christopher Browne
Inspiré du livre de Philippe Petit, « To reach the clouds »
Avec : Joseph Gordon-Levitt, Ben Kingsley, Charlotte Le Bon, Clément Sibony.
Sony Pictures Home Entertainment

Il en a fait du chemin Robert Zemeckis, depuis ses débuts dans la comédie US – « Crazy Day », « La grosse magouille » -, avant de sortir de l’anonymat grâce à « A la poursuite du diamant vert »et ien sûr la trilogie « Retour vers le futur ». La suite, des films divers et variés, tous réussis, des Oscars pour « Forrest Gump », des paris risqués et finalement gagnants – « Seul au monde » (version moderne et ô combien plus passionnante que « Robinson Crusoë » !), « Flight » -, et des défis technologiques qui ont leur place dans les avancées du septième Art aujourd’hui, avec les premiers pas dans la « performance capture » via « Beowulf » et « Le Pôle Express ». Reconnu aujourd’hui comme une des personnalités les plus puissantes dans le milieu et surtout toujours voulant aller de l’avant, Zemeckis s’attaque aujourd’hui à l’adaptation du récit du funambule Philippe Petit quand ce dernier se décida et se lança dans la traversée sur un câble entre les deux tours du World Trate Center en Août 74, juste à la fin de la construction des jumelles. Et le résultat ? Certainement une des plus belles réussites du cinéaste, qui réussit non seulement à nous faire partager cette expérience vertigineuse – on va y revenir – mais aussi à cerner la personnalité de Philippe Petit, et des funambules en général. Car comme Zemeckis l’explique dans un des modules des bonus, le funambulisme est un Art à part entière, et ceux qui en ont fait leur profession sont de purs artistes au sens le plus noble du terme. Donc, on va suivre petit à petit - ! – le parcours du français, ses défis, du plus « bas » au plus haut, à savoir ces deux tours jumelles en construction. Ensuite, il y aura tout le processus de mise en place, totalement hors la loi, et la détermination de petit et de ses acolytes, du fan le plus sincère au simple ami agissant par curiosité avant de prendre la poudre d’escampette quand il se rend compte que tout cela peut être source d’ennuis monumentaux, surtout aux USA ! Ça, c’est pour le côté suspense. Maintenant, il fallait aussi rendre les impressions ressenties par le funambule quand il commence à marcher sur le fil, et de plus en plus haut… Déjà, Zemeckis a pu compter sur l’implication de son acteur principal, Joseph Gordon-Levitt, qui n’en est pas à un premier défi à relever et à un rôle digne de ce nom. Mais surtout, l’acteur s’est entrainé, allant jusqu’à ressentir le goût du plaisir unique de tout funambule, tout ça en travaillant avec son mentor, Philippe Petit himself. Des répétitions et autres échanges là-aussi bien montrés dans les bonus. Jusque-là, on est pris dans l’histoire, mais on reste encore « à terre ». Et c’est là qu’arrive le « monstre », la célébrissime traversée des deux tours. Et de voir le génie de Zemeckis exploser, le cinéaste ayant opté pour beaucoup d’infographies sophistiquées et tournées en 3D sans les énormes caméras habituelles, juste en projetant des plans magnifiquement retraduits informatiquement pour un effet 3D impressionnant – testé lors de la sortie en salles, le Blu-ray ici traité est en 2D -, et bénéficiant d’une recréation du célèbre décor simplement époustouflant. Alors tout cela, encore une fois, on le découvre via les trois modules constituant les bonus, d’une vingtaine de minutes chacun, qui vont directement à l’essentiel. En soi, on pourrait dire que c’est suffisant. Paradoxalement, ils donnent envie d’en savoir plus. Maintenant, côté blu-ray, rien à dire si ce n’est que l’ensemble est prodigieusement parfait. Rien ne fait défaut, aucun effet tombe à plat, tout est juste, nous faisant croire à l’impossible – les deux tours sont toujours là ! – et plus fort encore – et cela doit être encore plus renforcé avec la version 3D -, Zemeckis est arrivé à recréer l’impression de vertige, constituant le « monstre » du film, le « clou », « la » scène qu’on attendait de voir et de vivre. Effet garanti, terrifiant ou époustouflant, du jamais vu ! Voilà ce qu’est « The Walk » et si vous l’avez raté en salles – vu le peu d’engouement suscité et de son flop commercial -, rattrapez-vous avec le Blu-ray, même en 2D et vous vivrez une expérience inédite, constituant donc une nouvelle réussite de la part de cet Artiste avec un grand A qu’est Robert Zemeckis !

Note film : 9/10
Blu-ray : copie magnifique, format d’origine haute définition 2.40 :1, 1920x1080p - 123 mn.
Bonus : 7/10 : Scènes additionnelles – L’incroyable marche – Premiers pas : apprendre à marcher sur le fil – Les piliers - bandes-annonce prochaines sorties.

Stéphane THIELLEMENT



Retour au sommaire