SF Mag
     
Directeur : Alain Pelosato
Sommaires des anciens Nos
  
       ABONNEMENT - BOUTIQUE - FAITES UN DON
Sfmag No111
110
2
3
 
a
v
r
i
l
RETOUR à L'ACCUEIL
BD   CINE   COUV.   DOSSIERS   DVD   E-BOOKS  
HORS SERIES    INTERVIEWS   JEUX   LIVRES  
NOUVELLES   TV   Zbis   P. Dagon-A. Pelosato  
Encyclopédie de l'Imaginaire, plus de 13 000 articles
  Sommaire - DVD -  S à Z -  The Visit (Id.)


"The Visit (Id.)"
de M. Night Shyamalan
 

Réalisateur & scénariste : M. Night Shyamalan
Avec : Olivia DeJonge, Ed Oxenbould, Peter McRobbie, Kathryn Hahn, Deanna Dunagan
Universal Vidéo
On a déjà dit tout le bien qu’on pensait du nouveau film de M. Night Shyamalan lors de sa sortie en salles il y a un peu moins de six mois. Ce conte revu par l’auteur de « Sixième sens », « Incassable », « Signes » - pour ne citer que les meilleurs – plongeait au final dans une horreur inédite dans le genre, le tout filmé en found-footage, ce style cinématographique au final assez pourri car vulgarisé par bien des navets – comme les « Paranormal Activity » - et seulement dignement représenté par deux ou trois références – comme « Rec » - qui n’ont jamais appelé à multiplier les essais. La sortie aujourd’hui en DVD et Blu-ray permet de conforter toutes ces qualités. Mais avant un petit retour sur l’histoire en quelques lignes : deux enfants sont envoyés chez leurs grands-parents qu’ils n’ont jamais connu par leur mère pour les vacances d’hiver. L’ainée utilise sa caméra pour raconter ces vacances pour son frère et elle. Mais très vite, de petits détails commencent à inquiéter les enfants, des détails liés à la vie de leurs grands-parents, et qui les amènent à penser qu’au bout du compte, ils sont bien plus en danger qu’autre chose.
Revoir « The visit », c’est repartir dans cet inquiétant voyage au travers des images filmées par Becca, l’ainée des deux enfants, et de découvrir comme eux que quelque chose ne va pas dans cette maison, avec ces grands-parents qui s’amusent à se balader à poil la nuit, à stocker des immondices dans un cabanon, et qui persistent à vouloir nettoyer un four en faisant rentrer un enfant à l’intérieur ! Oui, « Hansel & Gretel » n’est pas loin. Mais ici s’arrête la comparaison, Shyamalan ayant écrit son conte. Et c’est au travers des bonus – très courts en soi, le strict minimum mais qui parvient cependant à nous en apprendre beaucoup – qu’on va découvrir que Shyamal a retrouvé la niaque, qu’il s’est éloigné d’un système hollywoodien qui lui a quand même bouffé un peu de son talent et de ses libertés. Ici, plus de problème : un budget de cinq millions de dollars vous permet d’avoir une paix royale, et en plus, le film a rapporté vingt fois sa mise. Et Shyamalan de surenchérir avec lucidité sur un plaisir retrouvé de filmer et d’exercer enfin son métier comme bon lui semble, sans avoir de pressions diverses et variées sur le dos. C’est le meilleur moment des bonus, un petit making-of qui confirme ce qu’on ressentait à la vision de son film. Le reste des bonus est constitué de scènes coupées qui n’ont rien d’exceptionnel ni d’indispensable au film, ni même cette fin alternative qui appuie un peu trop sur la situation familiale des enfants. Et il reste un album-photos signé Becca, là-encore très vite oubliable. Qu’importe, le film mérite sa place dans votre Blu-raythèque de par ses autres qualités, et redonne espoir dans le talent de M. Night Shyamalan. Et ça, c’est une excellente nouvelle.
Note film : 9/10
Blu-ray : copie excellente, encodage 1080p, format d’origine 1.85, image 16/9ème - 94 mn.
Bonus (vostf) : 6/10 : making-of – scènes coupées – fin alternative – les photos de Becca.

Stéphane THIELLEMENT



Retour au sommaire