SF Mag
     
Directeur : Alain Pelosato
Sommaires des anciens Nos
  
       ABONNEMENT - BOUTIQUE - FAITES UN DON
Sfmag No108
108
2
2
 
j
u
i
l
l
e
t
RETOUR à L'ACCUEIL
BD   CINE   COUV.   DOSSIERS   DVD   E-BOOKS  
HORS SERIES    INTERVIEWS   JEUX   LIVRES  
NOUVELLES   TV   Zbis   PD-AP  
Encyclopédie de l'Imaginaire, plus de 13 000 articles
  Sommaire - Films -  A - F -  Crimson Peak


"Crimson Peak" de Guillermo del Toro

 

Scénaristes : Guillermo Del Toro & Matthew Robbins
Avec : Mia Wasikowska, Tom Hiddleston, Jessica Chastain, Charlie Hunnam, Jim Beaver
Distribué par Universal Pictures International France
119 mn - Sortie le 14 Octobre 2015 - Note : 10/10
Certainement un des films les plus attendus de cette fin 2015. Parce qu’il s’agit du nouveau Guillermo Del Toro. Del Toro qu’on ne présente plus, Del Toro qui a signé des œuvres fantastiques parmi les plus puissantes, belles, originales, passionnées du Septième Art, Del Toro qui arrive à insuffler une « patte » typique dans des projets pourtant bien commerciaux. Alors, faites le tri entre ce qui vient d’être écrit et « L’échine du Diable », « Pacific Rim », les deux « Hellboy », « Mimic », « Blade 2 », « Le labyrinthe de Pan », sans oublier ses productions telles que « L’orphelinat », « Mama », « Les cinq légendes », La légende de Manolo », « Don’t be afraid of the dark ». Certes, parfois, ça foire comme « Le chat potté », mais bon, une bourde sur autant de réussites, hein !... Et donc, Guillermo Del Toro revient avec « Crimson Peak ». Une œuvre simplement sublime formellement, d’une force peu commune en ce domaine, qu’au bout du compte, le film laisse son empreinte si indélébile qu’on retourne le voir et qu’on découvre au bout du compte une véritable merveille, un magnifique film fantastique doublé d’une love-story qui arrive à émouvoir là où on ne s’y attendait pas, car « Crimson Peak » n’est pasd un film d’épouvante, c’est tellement bien plus que ça…
La jeune Edith Cushing (Mia Wasikowska) en plus d’être doué pour écrire des histoires, possède le don de parler aux fantômes depuis qu’elle a vu celui de sa mère quand elle était enfant. En ce début de siècle, vivant seule avec son père, richissime industriel, Edith s’ennuie jusqu’au jour où elle rencontre Sir Thomas Sharpe (Tom Hiddleston, impérial) pour lequel un coup de foudre s’opère, réciproquement en plus. Suite au mystérieux décès de son père, Edith suit Thomas en Angleterre, dans son immense manoir familial, seulement partagé avec la sœur de ce dernier, Lucille (Jessica Chastain). Très vite, Edith va découvrir que des âmes en peine habitent la demeure. Menant son enquête, elle se rendra compte que les fantômes habitant l’endroit ont bien des secrets à révéler. D’avertissements en menaces, Edith se rend compte que sa vie est plus qu’en danger…
Film d’épouvante, « Crimson Peak » ? Non, vraiment pas. Et c’est certainement là que le bât peut blesser, car c’est certainement – au vu des images, des premières lignes d’histoire – ce qu’on peut / veut s’attendre à voir. Visuellement, « Crimson Peak » est d’une rare beauté, ce qu’on a vu de mieux dans un certain genre au cinéma depuis des lustres. Maintenant, il faut lire, entendre ce que Guillermo Del Toro a voulu faire avec ce film. A savoir une « romance gothique ». Son « Hauts de Hurlevent » à lui, son « Jane Eyre », avec un fantastique un peu plus poussé. Et tel est « Crimson Peak », pas un film à faire peur – même si certaines séquences feront leur effet -, mais plus une histoire d’amour gothique, enrobé d’éléments fantastiques de toutes sortes, qui n’en font pas qu’un simple drame, mais bel et bien ce qu’il souhaitait voir depuis longtemps. Et une fois ce postulat admis, reconnu, force est de constater qu’une nouvelle vision s’impose, nouvelle vision même sans ça obligatoire – et malgré cette pointe de désappointement de ne pas voir une épouvante « inédite » telle que celle qu’on attendait - vu comment le film envoûte, voir ensorcelle l’esprit par la richesse de sa production, par le souci des détails, par la qualité de l’ensemble. Et de revoir ainsi « Crimson Peak » peut confirmer qu’on peut passer complètement à côté la première fois. Et de conclure que oui, Guillermo Del Toro a réussi son œuvre, a ressuscité un genre oublié – même si l’excellent « Jane Eyre » de Cary Joji Fukunaga (un p…. de réalisateur lui-aussi, on lui doit l’intégrale de la première saison de « True detective », et dire qu’il devait signer une nouvelle adaptation de « Ca » de Stephen King…) en fait partie, tout en ayant eu une carrière limite anonyme alors que pourtant, tout y est… - , le magnifiant au-delà de toutes espérances dans un film qui a défaut d’être reconnu comme tel peut-être aujourd’hui, gagnera au fil du temps son statut d’œuvre majeure, de chef-d’œuvre de romance gothique.

Stéphane THIELLEMENT

Tout sur Crimson Peak dans science fiction magazine No 89 en kiosques fin octobre, en appli Androïd et Iphone à partir du 15 octobre : chronique du film, interviews de Guillermo del Toro par Stéphane Thiellement, interviews de Mia Wasikowska et Tom Hiddleston par Marc Sessego.
Il y a aussi bien d’autres choses dans sfmag no 89 avec sa nouvelle maquette de couverture !

Le sommaire complet sur notre site ici :
http://www.sfmag.net/Sommaire89.php



Retour au sommaire