SF Mag
     
Directeur : Alain Pelosato
Sommaires des anciens Nos
  
       ABONNEMENT - BOUTIQUE - FAITES UN DON
Sfmag No111
110
2
3
 
a
v
r
i
l
RETOUR à L'ACCUEIL
BD   CINE   COUV.   DOSSIERS   DVD   E-BOOKS  
HORS SERIES    INTERVIEWS   JEUX   LIVRES  
NOUVELLES   TV   Zbis   P. Dagon-A. Pelosato  
Encyclopédie de l'Imaginaire, plus de 13 000 articles
  Sommaire - Films -  S - Z -  Un crime dans la tête


"Un crime dans la tête" de Jonathan Demme

 

Un crime dans la tête
(THE MANCHURIAN CANDIDATE)

Date de sortie en France : 03 Novembre 2004
Avec Denzel Washington, Liev Schreiber, Meryl Streep, Jon Voight
Réalisé par Jonathan Demme

Remake du film de 1962 de Frankenheimer, The Manchurian candidate nous entraîne dans les coulisses de la politique américaine où une méga compagnie "Manchurian Global" - que l’on pourrait sans problème comparer à Halliburton ou Enron - bouleverse le système démocratique en place : C’est plausible, c’est effrayant et Jonathan Demme n’a pas peur de nous suggérer des similitudes avec la politique actuelle !

Le film commence dans le désert du Koweït où une patrouille US commandée par le Capitaine Ben Marco (Denzel Washington) et le Sergent Raymond Shaw (Liev Schreiber) part en mission de reconnaissance. Leur convoi est attaqué et ils sont capturés....

3 jours plus tard la patrouille est retrouvée mais 2 d’entre eux sont morts... Apparemment, ils ont été sauvés par l’action héroïque du Sergent Shaw qui ainsi obtient la Médaille d’Honneur.... et... c’est ce qui va lancer sa carrière politique : Mais le Sergent Shaw a-t-il vraiment sauvé sa patrouille ??

13 ans plus tard, sous la constante influence de sa mère, la redoutable Sénateur Eleanor Prentiss Shaw (Meryl Streep), Raymond Shaw fait campagne pour la vice-présidence des États-Unis et Ben, lui, a d’horribles cauchemars. Il a le sentiment que quelque chose de terrible est arrivé au Koweït et que Raymond n’est pas le héros que l’on croit... Il ne se rappelle pas de quelle manière Shaw l’a sauvé et tout ce qu’il est capable de se rappeler est le même et terrifiant cauchemar de Shaw étranglant et tuant un de leur camarade de platoon. Ben constate également que tous les membres de la patrouille utilisent exactement les mêmes mots pour décrire cette épreuve qu’ils ont traversée et Shaw lui-même ne vient-il pas de lui dire "Je me rappelle que c’est arrivé, mais je ne me rappelle pas l’avoir vécu !".

Convaincu d’avoir subi un lavage de cerveau et que la Vérité dort dans son subconscient, Marco décide d’enquêter et de déjouer la machination dont Raymond et la future élection présidentielle semble le centre. Il découvrira ainsi que la Compagnie "Manchurian global" est étroitement liée à sa mère, le Sénateur Eleanor Prentiss et qu’ils font des expérimentation pour la mise au point d’une puce électronique pouvant influer et transformer completement la mémoire humaine.

Arrivera-t-il à faire échouer la sombre conspiration ? Je vous laisse le soin de le découvrir......

Sans aucun doute, ce film est à classer dans la catégorie : thriller psychologique. Il est profond, intense et fait peur mais, le plus terrible, est sans hésitation la relation existant entre Raymond et sa mère. Dans le film de 1962 la mère jouée par Angela Lansbury était certes une manipulative harpie qui n’aurait hésité devant rien pour que son mari soit le prochain Président mais celui-ci va beaucoup plus loin dans l’attraction incestueuse existant entre cette mère à l’amour megalo maniaque et son fils.

En Sénateur Eleanor Shaw, Meryl Streep est absolument magnifique et vole la vedette chaque fois qu’elle est à l’écran : Elle vous donne froid dans le dos et lorsque dans un restaurant, sous l’effet d’une épouvantable et implacable colère, elle croque à pleines dents les glaçons de son verre.. brrrr ! Force nous est de constater l’appétit carnivore de cette femme pour la politique ! Elle vous glace d’effroi......

Le talent et le professionnalisme de Denzel Washington ne sont plus à prouver et à Hollywood il reste l’un des plus grands acteur dont le choix des films ne se limite pas au genre "pop-corn et effets spéciaux". Il choisit avec discernement et souvent ce sont des sujet ardus.... Mais jamais auparavant nous ne l’avions senti aussi perdu, aussi démuni et à la limite de l’instabilité mentale que dans ce rôle.

Liev Schreiber, lui, émerge en un pathétique caractère : une marionnette dont la maman tire les ficelles et qui oscille continuellement entre le machiavélisme et le besoin désespéré de se trouver un ami (en l’occurrence Marco) avec lequel il pourra partager ses cauchemars.

Jonathan Demme nous suggère que le système entier et chaque parti ont été compromis par le pouvoir de certaines corporations. Posons nous la question : Est-ce que certaines puissantes multinationales peuvent être un danger pour la sécurité d’un pays ? Certaines le sont sans aucun doute : Rappelez vous l’immense coût en vies et en dollars qu’a été la fausse crise d’électricité en Californie alors qu’en réalité il s’agissait d’un "acte de terrorisme corporatif".... Mr Demme vous avez le point !

Mais ce film a également le merite de nous montrer l’usage abusif qui peut etre fait de la Science, la corruption d’un procédé électoral, les liens étroits qui peuvent attacher des Gouvernements et des multinationales et surtout le fait important de citer la sécurité d’un pays et de s’en servir d’excuse pour aliéner une démocratie...

Ce sont juste quelques uns des messages que nous adresse Jonathan Demme. Bien sur ce n’est pas "Fahrenheit 9/11" mais dans son genre "Manchurian Candidate" est une addition à la prise de conscience que nous procure le cinéma de cette année 2004 et, en tant que thriller, c’est certainement l’un des meilleurs de l’année. Un conseil : n’hésitez pas vous ne le regretterez pas !

Andrée Cormier



Retour au sommaire