SF Mag
     
Directeur : Alain Pelosato
Sommaires des anciens Nos
  
       ABONNEMENT - BOUTIQUE - FAITES UN DON
Sfmag No108
108
2
2
 
j
u
i
l
l
e
t
RETOUR à L'ACCUEIL
BD   CINE   COUV.   DOSSIERS   DVD   E-BOOKS  
HORS SERIES    INTERVIEWS   JEUX   LIVRES  
NOUVELLES   TV   Zbis   PD-AP  
Encyclopédie de l'Imaginaire, plus de 13 000 articles
  Sommaire - Films -  A - F -  ANT-MAN (Id.)


"ANT-MAN (Id.) " de Peyton Reed

 

Scénario : Edgar Wright & Joe Cornish, Adam McKay & Paul Rudd, sur une histoire d’Edgar Wright & Joe Cornish
Avec : Paul Rudd, Michael Douglas, Evangeline Lilly, Michael Pena, Corey Stoll, Bobby Cannavale.
Distribué par The Walt Disney Company France
117 mn - Sortie le 14 Juillet 2015 - Note : 7/10
Les Marvel se suivent… Oui, un petit air de déjà-lu. Et pourtant, cela sied parfaitement à cette nouvelle adaptation d’un comics de la boite à dollars la plus lucrative du moment – mais jusqu’à quand ?... - , la machine aux super-héros, la Marvel. Sauf que là, la fréquence s’accélère et on pourrait vite s’en lasser. Ce serait pourtant dommage que ce « Ant-Man » en fasse les frais, car même si il n’est pas le grand film qu’il aurait pu être –on verra plus tard pourquoi, il n’en demeure pas moins une petite bouffée d’oxygène dans le paysage cinématographique estampillé Marvel.
Cambrioleur surdoué, Scott Lang est assez malchanceux. A sa sortie de prison, il se voit contacté par le Dr Hank Pym qui va lui révéler et surtout lui faire partager un incroyable secret : une substance chimique capable de rapetisser un homme à la taille d’une grosse fourmi tout en décuplant sa force. Cette invention révolutionnaire intéresse énormément de monde mais pour des raisons néfastes. Aussi Pym a-t’il choisi Scott pour endosser à sa place le costume d’Ant-Man et prendre ainsi sa place pour déjouer les plus vils desseins de son ancien disciple.
Peu connu du monde Marvel, « Ant-Man » devient donc un film, au budget pas aussi pharaonique que les destructeurs « Avengers » et autres « Iron man », car la notoriété étant limitée, on limite les crédits. Par contre, le film a bénéficié à ses débuts de mise en chantier du talent d’Edgar Wright, connu pour avoir offert le meilleur de la comédie britannique avec « Shaun of the dead », « Hot fuzz » et « Dernier pub avant la fin du monde ». Wright qui s’enthousiasme pour le projet, qui est promu scénariste et réalisateur, Wright dont les idées ne vont pas toutes dans le sens du grand manitou de Marvel qui le destitue au profit de Peyton Reed, réalisateur de « Yes Man » avec Jim Carrey ou « La rupture » avec Jennifer Aniston. De grands films. Paul Rudd – connu pour ses talents comiques plus ou moins drôle - vient tremper dans la réécriture. Et au final, on découvre certes un bon produit Marvel mais grâce au talent de Wright qui a su tirer l’histoire vers le haut, ce qui se ressent encore malgré une reprise par d’autres qui le tirent vers le bas à la façon des pires produits Marvel. En l’état, le spectacle fait de surprises et de scènes parfois étourdissantes est là, mais en même temps, il y a un sentiment de déséquilibre qui nuit à l’unité du film.

Stéphane THIELLEMENT



Retour au sommaire