SF Mag
     
Directeur : Alain Pelosato
Sommaires des anciens Nos
  
       ABONNEMENT - BOUTIQUE - FAITES UN DON
Sfmag No107
107
E
n
 
K
i
o
s
q
u
e
s
RETOUR à L'ACCUEIL
BD   CINE   COUV.   DOSSIERS   DVD   E-BOOKS  
HORS SERIES    INTERVIEWS   JEUX   LIVRES  
NOUVELLES   TV   Zbis  
Encyclopédie de l'Imaginaire, plus de 13 000 articles
  Sommaire - Films -  Infos -  "Aquaman" arrive

Article précédent :
Tremblez parasites extraterrestres Shota Sometani arrive !

"Aquaman" arrive

Article suivant :
Robin Williams est mort !


Après Matt Damon, puis le très intéressant Ryan Reynolds (dont les performances ne sont pas à mettre en doute dans le premier opus de Green Lantern par Martin Campbell qui ne manquait de rien sauf d’un scénario et d’une notoriété du comics plus grande), il semblerait que les studios de la Warner Bros et DC-Comics se soient finalement rabattus sur Jason Momoa pour incarner le fameux rôle titre. Mais pas dans l’adaptation filmique de la franchise originelle, qui, elle, en est toujours au point mort.

Jason Momoa l’a lui-même annoncé sur son compte Twitter, c’est lui qui fera son apparition dans le très attendu et sombre Batman vs Superman : Dawn of justice. L’annonce a fait sensation, d’autant plus que figurera également dans le film d’autres personnages très attendus comme Wonder Woman ou Cyborg.

Rappelons qu’Aquaman est né en 1941, des mains de Paul Norris et Mort Weisinger, dans le numéro 73 de More Fun Comics.

Qu’il raconte l’histoire du fils d’un puissant magicien du nom d’Atlan, qui séduisit avec sa sorcellerie Atlanna, reine d’Atlantis. Cette dernière enfantera un enfant blond qui prendra le nom d’Orin. Mais en proie aux superstitions en cours dans son peuple, la reine abandonnera son enfant sur un récif. Les cheveux blonds sont le symbole du mal chez eux. Mais l’enfant survivra des eaux. Avec en retour d’immenses pouvoirs, comme la capacité à respirer avec autant d’aisance sur Terre que sous l’eau, commander à tous les mammifères marins par l’entremise d’un puissant pouvoir télépathique, sans parler d’une force herculéenne quand il est en contact avec l’eau. L’enfant sera dans un premier temps recueilli par un groupe de dauphins et adopté par une femelle nommé Porm. Orin prendra alors le nom de Swimmer (Nageur !), et sa mère adoptive lui enseignera durant de longues années à survivre dans les eaux dangereuses de l’océan Atlantique. Une fois parvenu à l’âge de l’adolescence, Swimmer, anciennement Orin, nourrira l’envie de gagner la terre ferme et découvrir le monde terrestres des hommes. Il y fera la connaissance d’Arthur Curry, un gardien de phare solitaire, qui deviendra un peu son père adoptif. Â ses côtés, il apprendra l’anglais et découvrira un peu le monde de façon plus méthodique et contemplative. Mais un beau jour, ils sont assiégés par des guerriers Atlantes. Curry parviendra à les repousser et à sauver l’enfant, mais y perdra la vie. L’enfant héritera du savoir d’Arthur Curry mais aussi et surtout de son nom.

A l’image du Namor de la Marvel, l’Aquaman de DC-Comics campera le même genre de roi usurpé, une mère morte, lui, revenant à Poséidonis afin de reprendre son trône renversé grâce à une révolution qu’il a provoquée durant sa captivité. Aquaman vivra une longue errance avant de retrouver son peuple, une période durant laquelle il parcourera le globe, perdra des êtres chers, avant de devenir un personnage aussi redoutable que respecté, et dont l’apparente impétuosité ne traduit que son mépris envers les hommes mais aussi certains aspects de sa propre race. Il finira par intégrer La Ligue de Justice où il incarnera un personnage charistmatique et central.

La décision de la Warner Bros est en partie influencée par les performances de l’acteur qui, même s’il fut plutôt mal employé dans le funeste et très décevant Conan, a su démontrer les grandes qualités d’acteurs dont il était capable quand on lui lâchait un peu la bride, notamment dans le très attendu et musclé Wolves, quelque part entre le Hurlements de Joe Dante, et le Délivrance de John Boorman. On sera un peu surpris au départ de constater qu’avec un physique comme le sien, Momoa aurait été bien plus à son aise dans une adaptation du non moins fameux Namor de la Marvel (il lui est semblable jusqu’aux sourcils) que dans cet Aquaman Californien, beaucoup moins connu en France, et pour lequel on se serait plus attendu à voir un Chris Hemsworth.

Mais les studios Marvel nous ayant déjà montré que l’interchangeabilité ethnique n’est pas toujours mauvaise dans les adaptations comics au cinéma (le remarquable Samuel L. Jackson dans le rôle de Nick Fury des Vengeurs), il ne nous est donc pas interdit de croire que Momoa saura donner toute la dimension requise à un tel personnage, dans un film évènement qui marquera sans doute les esprits de manière durable.

Rendez-vous est pris en 2016, si tout va bien.

Emmanuel Collot





Retour au sommaire des infos ciné