SF Mag
     
Directeur : Alain Pelosato
Sommaires des anciens Nos
  
       ABONNEMENT - BOUTIQUE - FAITES UN DON
Sfmag No108
108
2
2
 
j
u
i
l
l
e
t
RETOUR à L'ACCUEIL
BD   CINE   COUV.   DOSSIERS   DVD   E-BOOKS  
HORS SERIES    INTERVIEWS   JEUX   LIVRES  
NOUVELLES   TV   Zbis   PD-AP  
Encyclopédie de l'Imaginaire, plus de 13 000 articles
  Sommaire - Films -  Infos -  Marilyn Burns est décédée !

Article précédent :
Robin Williams est mort !

Marilyn Burns est décédée !

Article suivant :
Dick Smith, as du maquillage est mort


Décidémment, l’été 2014 aura été une hécatombe....

La très très belle Mary Lynn Ann Burns, alias Marilyn Burns, la screaming blonde du grand écran, vient de nous quitter ce mardi 5 août 2014, à Houston au Texas. Elle avait 64 ans (naissance le 5 juillet 1950 en Pennsylvanie). Elle était devenue mondialement célèbre pour son rôle de Sally Hardesty dans Massacre à la tronçonneuse de Tobe Hooper (1974), ainsi que pour celui de Faye dans le cultissime Le Crocodile de la mort (1977) du même Tobe Hooper.

Elle doit sa gloire grâce au fait qu’elle fut considérée comme la première « Screaming Queen », mais il y en eut d’autres avant elle, bien que dotées de moins de souffle que cette dernière. Car il faut bien savoir que dans Massacre à la tronçonneuse Marilyn se mettra à hurler pendant une demi-heure, durant la célèbre scène de poursuite avec Leatherface. Record inégalé à ce jour.

Aprés l’année 1974, elle disparaîtra des écrans, préférant quelques fugaces apparitions en cameo, ceci pour se consacrer à sa plus grande passion : le théâtre. Chose qui ne la quittera plus jusqu’à sa mort.

En 2012, elle fait sensation par une apparition hommage dans le remake Texas Chainsaw 3D .

Les gens retiendront d’elle sa spontanéité, sa passion, ses cris, et une beauté plastique et très seventies qui marquera durablement les adolescents à la fin des années 70.

Une jolie étoile et une icône du genre qu’on aurait aimé garder plus longtemps s’en est allée à Ulthar. Merci pour tous ces frissons d’horreurs et cette bien belle présence dans ce cinéma de genre que nous chérissons tant.

Emmanuel Collot





Retour au sommaire des infos ciné