SF Mag
     
Directeur : Alain Pelosato
Sommaires des anciens Nos
  
       ABONNEMENT - BOUTIQUE - FAITES UN DON
Sfmag No109
109
2
 
n
o
v
e
m
b
r
e
RETOUR à L'ACCUEIL
BD   CINE   COUV.   DOSSIERS   DVD   E-BOOKS  
HORS SERIES    INTERVIEWS   JEUX   LIVRES  
NOUVELLES   TV   Zbis   P. Dagon-A. Pelosato  
Encyclopédie de l'Imaginaire, plus de 13 000 articles
  Sommaire - Films -  M - R -  NOE (Noah)


"NOE (Noah) " de Darren Aronofsky

 

Scénario : Darren Aronofsky & Ari Handel
Avec : Russell Crowe, Jennifer Connelly, Anthony Hopkins, Ray Winstone, Emma Watson, Logan Lerman, Nick Nolte, Douglas Booth
Distribué par Paramount Pictures France
138 mn - Sortie le 9 Avril 2014 - Note : 9/10

Le projet qui fait peur. Le film qu’on se dit qu’on n’est pas pressé de voir. Pourtant, derrière la caméra, Darren Aronofsky, qui a traumatisé son audience de tous poils en son temps avec le superbe « Requiem for a dream », qui a ressuscité Mickey Rourke avec « The wrestler », qui a donné à Natalie Portman son Oscar pour son rôle dans « Black Swann ». Un cinéaste qui ne se vend pas, un cinéaste qui veut garder son identité. Alors pourquoi ce film ? Tout simplement parce que c’est son projet le plus fou, mais aussi le plus cher : il en rêve depuis des années. Et il l’a fait. Et il s’agit d’un monumental grand film, tant il s’avère réussi au-delà de toutes espérances...
En marge des communautés, Noé et sa famille vivent tranquillement, au fil du temps qui passe. Pourtant, un jour, Noe se voit confier par le Créateur une mission divine : sauver les innocents et les siens d’un déluge qu’il va lancer pour laver la Terre des péchés de l’humanité, de ces êtres humains qui ont corrompu à l’extrême le cadeau de la vie qui leur a été donné. Et c’est ainsi que sur une décennie, Noé va se lancer dans un chantier pharaonique pour sauver ceux qui le méritent...
Ne pas chercher la crédibilité dans « Noé », juste se laisser happer dans une histoire simplement surhumaine, issue des écrits religieux, et découvrir. « Noé » est un film gigantesque, tant techniquement que littérairement, puisqu’Aronofsky et son partenaire ont repris l’histoire biblique pour la réactualiser, limite la dépoussiérer sans pour autant dénaturer le concept de base. En fait, il ne faut pas s’attendre à un blockbuster religieux bien calibré, bien propre, mais bel et bien à un film de Darren Arronofsky, sombre, qui va jouer sur les ambiguïtés, sur les doutes et autres angoisses d’un Noé dépassé par l’ampleur du projet qui lui est demandé. Et c’est d’abord et avant tout avec cette approche que son film va se révéler être certes un blockbuster - le déluge est réellement impressionnant - doublé en même temps d’un colossal film d’auteur sur un sujet des plus sensibles, du moins pour certains. Aronofsky ne cherche ni à endoctriner, ni à démystifier, mais simplement à raconter une histoire universellement connue sous une approche personnelle et crédible. Force est de constater que le résultat est là, visuellement, spectaculairement, le cahier des charges est bien respecté. Maintenant, il y a aussi les personnages et là, Aronofsky n’en trahit aucun, au contraire, il leur donne l’étoffe que bien d’autres n’ont jamais sur leur donner. Ainsi, Noé est un angoissé, un violent, doublé de générosité comme peu en ont. Mais c’est encore la dualité qui alpague Aronofsky pour livrer cet excellent grand gros film biblique plus personnel qu’on ne le pense. Le projet était fou, la concrétisation est une œuvre qui frôle une forme de perfection tant ce qu’on voit est si riche, intelligent - cela se passe à quelle époque déjà ?... -, passionnant. Alors quelles que soient vos convictions, oubliez les à priori ridicules et allez découvrir ce que Darren Aronofsky a réussi à faire d’un tel sujet.

Stéphane THIELLEMENT



Retour au sommaire