SF Mag
     
Directeur : Alain Pelosato
Sommaires des anciens Nos
  
       ABONNEMENT - BOUTIQUE - FAITES UN DON
Sfmag No109
109
2
 
n
o
v
e
m
b
r
e
RETOUR à L'ACCUEIL
BD   CINE   COUV.   DOSSIERS   DVD   E-BOOKS  
HORS SERIES    INTERVIEWS   JEUX   LIVRES  
NOUVELLES   TV   Zbis   P. Dagon-A. Pelosato  
Encyclopédie de l'Imaginaire, plus de 13 000 articles
  Sommaire - Films -  A - F -  47 RONIN


avec Keanu Reeves, Hiroyuki Sanada, Ko Shibasaki, Tadanobu Asano, Min Tanaka, Rinko Kikuchi ...

7,5/10

L’Histoire : Alors qu’il chasse dans la forêt, le seigneur Asano, maître de toute la région d’Ako, trouve un jeune métis et décide de l’emmener vivre dans son domaine (contre l’avis de ses samouraïs). Des années plus tard, à l’occasion de la visite du shogun dans leur région, des joutes sont organisées au cours de la grande fête donnée en son honneur. Or, Le soir même, Asano est ensorcelé et blesse le seigneur Kira de Nagato. Le Shogun le punit en lui ordonnant de se faire seppuku (hara-kiri) afin de laver son honneur et il bannit tous ses samouraïs et offre la région à Kira...

Devenus « ronin » (samouraï sans maître), les samouraïs réalisent alors qu’ils ont tous été les victimes des machinations perfides du seigneur Kira.

Face à l’injustice dont le seigneur Asano a été la cible et afin de laver l’honneur de leur maître, ils décident, contre les ordres du shogun, d’exercer leur vengeance (sachant qu’il y aura un prix à payer pour leur désobéissance) et, pour ce faire, demande l’aide de Kaï, le jeune métis, dont les talents dans l’art du combat sont absolument exceptionnels...

Inspiré d’une légende de la culture japonaise datant du 18ème siècle (basée sur un évènement historique), c’est un film sur l’honneur, la loyauté et le sacrifice auquel Carl Rinsch nous convie, le tout saupoudré de fantastique... Toutes les scènes s’enchaînent à un rythme soutenu et je dois dire que l’on ne voit pas le temps passer. Les décors et les costumes sont absolument magnifiques et représentent parfaitement la culture japonaise... La photographie est superbe et les effets visuels excellents. Rien que la transformation de la sorcière en dragon ou en foulard éthéré vaut largement le détour et la musique pleine d’émotion vous saisit et ne vous lâche plus.

Quant aux acteurs, Keanu Reeves joue le personnage de Kaï, le jeune métis qui tombe amoureux de la fille du seigneur Asano et qui, de par son statut de sang-mêlé, est rejeté et méprisé par les habitants d’Ako. Entraîné au combat durant son enfance par des créatures surnaturelles nommées les Tengu, il est devenu un guerrier hors pair dont les dons dépassent largement l’humainement possible. Hiroyuki Sanada (vu récemment dans Wolverine) joue le personnage principal d’Oishi, le chef des samouraïs. Sa performance est si parfaite qu’il parvient même, dans certaines scènes, à éclipser Keanu Reeves. Tous deux sont parfaitement bien entourés par un cast talentueux aux performances magistrales : un vrai plaisir.

Ce n’est certes pas un « Grand film » mais c’est un « Beau film » et contrairement aux mauvaises critiques américaines (il est certain que la fin n’a pas dû leur plaire mais on ne peut changer le cours de l’histoire et de cette très ancienne légende) il vaut amplement le détour surtout si la culture japonaise vous intéresse : il ne nous raconte pas seulement une histoire « sympa » mais il immortalise ces guerriers qui se dressèrent pour se battre et défendre ce en quoi ils croyaient et en même temps montrer qu’il était bon de le faire...

Capturer l’essence même du Japon n’est pas chose facile et pourtant Carl Rinsch y est parvenu.

Andrée Cormier



Retour au sommaire