SF Mag
     
Directeur : Alain Pelosato
Sommaires des anciens Nos
  
       ABONNEMENT - BOUTIQUE - FAITES UN DON
Sfmag No108
108
2
2
 
j
u
i
l
l
e
t
RETOUR à L'ACCUEIL
BD   CINE   COUV.   DOSSIERS   DVD   E-BOOKS  
HORS SERIES    INTERVIEWS   JEUX   LIVRES  
NOUVELLES   TV   Zbis   PD-AP  
Encyclopédie de l'Imaginaire, plus de 13 000 articles
  Sommaire - Films -  M - R -  Non-Stop


"Non-Stop" de Jaume Collet-Serra

 

Scénariste : John W. Richardson & Christopher Roach & Ryan Engle
Avec : Liam Neeson, Julianne Moore, Linus Roache, Scoot McNairy
Distribué par Studio Canal
106 mn - Sortie le 26 Février 2014 - Note : 8/10

Ca faisait longtemps qu’il n’y avait pas eu de film d’action « aérien ». Et ça commençait à faire un petit bout de temps qu’on attendait de découvrir le nouveau film de Jaume Collet-Serra, cinéaste espagnol découvert avec l’excellent shocker horrifique « La maison de cire », et qui après la parenthèse oubliable que fut « Goal », revint dans le genre avec l’autre réussite qu’est « Esther », avant de bifurquer dans l’action avec « Sans identité » où Liam Neeson perdait la mémoire au point de contrecarrer tous les projets qui l’incluaient. Contre toute attente, et surfant également sur le succès imprévu de Neeson, en état de grâce dans le genre depuis le méga-carton « Taken », « Sans identité » se révéla une autre excellente surprise. Et là, les deux hommes remettent le couvert, par le biais d’un suspense policier « dans les airs » qui arrive à faire du neuf dans du vieux - sans toutefois céder à une certaine folie qui en aurait fait une petite merveille - et qui arrive à renouveler le genre du suspense policier de fort habile manière.
Le marshall Bill Marks officie dans les avions. A chaque vol, il embarque afin de prévenir tout problème pouvant mettre la sécurité du vol en danger. Mais depuis la mort de sa fille, Marks n’a plus le goût du métier. Sauf qu’aujourd’hui, quelqu’un veut profiter de cette faiblesse pour lui faire le plus extrême de tous les chantages : piratant son portable, un terroriste envoie à Marks des SMS lui intimant l’ordre de se dépêcher de réunir cent cinquante millions de dollars sinon un passager mourra à intervalle régulier. Pensant d’abord à une mauvaise blague, Marks est obligé de porter crédit à cette menace quand un premier mort surgit. Et pour le marshall, la situation est simplement démentielle : sur l’ensemble des quelques cents passagers du vol, qui détient les commandes de ce jeu de la mort ? Et tout cela est-il au moins bien réel ?
D’une idée toute bête qui aurait pu être la base d’un nouvel épisode de la saga « Airport », un trio de scénaristes - qui n’avaient rien fait de transcendant jusqu’ici - livre un suspense complètement fou qui arrive à vous prendre aux tripes. Emmené par un Liam Neeson parfaitement à l’aise dans le rôle de ce marshall qui n’est plus que l’ombre de lui-même depuis ce drame personnel, force est d’avouer qu’on s’implique rapidement dans cette enquête aux portes de la folie où on se demande réellement si tout cela est vrai, si un homme peut réellement tuer n’importe qui dans un espace aussi clos que celui d’un avion, et surtout que ce psychopathe peut être n’importe qui n’importe où. Réussissant à organiser son voyage au bout de l’enfer de façon très habile, Collet-Serra prouve une nouvelle fois son talent avec un matériau plus retors qu’il n’y parait - un pari fou qu’il a déjà relevé haut la main avec « Esther » et « Sans identité » - , gérant au maximum la tension que suscite une telle situation. Et là où le film auarit pu être encore plus fort de façon définitive, c’est avec un final littéralement fou, en lieu et place d’une réalité somme toute bien « conventionnelle ». Qu’importe car dans l’ensemble, le but est atteint, et « Non-stop » arrive à surprendre là où on ne pensait plus y être - la dernière fois dans un tel contexte, c’était avec l’épatant « Ultime décision », ça remonte ! - et tient quand même son suspense sur quasiment tout le métrage du film. Aidé il est vrai par un Liam Neeson qui s’approprie de plus en plus facilement ces rôles qui avant étaient plus destinés à des acteurs moins cérébraux et bien plus physiques. Ce qui fait de « Non-stop » un excellent suspense thriller aérien comme on n’en avait pas vu depuis longtemps.

Stéphane THIELLEMENT



Retour au sommaire