SF Mag
     
Directeur : Alain Pelosato
Sommaires des anciens Nos
  
       ABONNEMENT - BOUTIQUE - FAITES UN DON
Sfmag No111
110
2
3
 
a
v
r
i
l
RETOUR à L'ACCUEIL
BD   CINE   COUV.   DOSSIERS   DVD   E-BOOKS  
HORS SERIES    INTERVIEWS   JEUX   LIVRES  
NOUVELLES   TV   Zbis   P. Dagon-A. Pelosato  
Encyclopédie de l'Imaginaire, plus de 13 000 articles
  Sommaire - Films -  S - Z -  The Hobbit « La désolation de Smaug »


"The Hobbit « La désolation de Smaug » " de Peter Jackson

Avec : Ian McKellen, Martin Freeman, Richard Armitage, Orlando Bloom, Evangeline Lilly, Benedict Cumberbatch...

8,5 / 10

Le second volet de la trilogie « Le Hobbit » est arrivé et Peter Jackson nous entraîne ici dans une suite émaillée de combats titanesques, de poursuites sur terre et dans l’eau, de monstres terrifiants, de séquence qui laissent bouche bée, avec un montage d’une précision au cordeau et... cerise sur le gâteau, il introduit un nouveau personnage absent du roman original : l’elfe féminin Tauriel marquant ainsi le retour d’Evangeline Lilly (Lost).

L’histoire : Après avoir dérobé au Gollum son anneau magique, le Hobbit Bilbo Sacquet et les treize nains, menés par leur chef le courageux Thorin, continuent leur périple en direction du Mont Solitaire. Leur objectif est de dérober la pierre précieuse qui leur permettra de faire valoir leurs droits sur le territoire qui autrefois appartenait aux nains et qui leur a été volé et est occupé depuis plusieurs années par le terrible dragon Smaug. Après avoir échappés à une armée d’orques, ils croisent l’homme ours Beorn, traversent la forêt de Mirkwood où ils doivent lutter contre d’horribles et effrayantes araignées géantes (frissons garantis) et, finalement, se font capturer par les elfes de la forêt avec, parmi eux, la guerrière-elfe Tauriel pour laquelle bat le cœur de l’elfe Legolas... (Leur évasion en tonneaux dans la rivière rien qu’à elle seule vaut le détour). Durant ce temps, le mage Gandalf le Gris parcourt la Terre du Milieu à la recherche du point d’origine d’une menace dont il pressent l’imminence...

Dans ce nouveau volet très dense et visuellement fabuleux, on peut dire que nos treize nains -et leur Hobbit Bilbo Sacquet- sont au cœur même de ce périple qui les mènera à la montagne solitaire. On découvre avec plaisir de nouvelles contrées et un paquet de nouveaux personnages.... L’arrivée des elfes amène également un plus certain à la trilogie. Plus fantastiques et plus mouvementées en sont les périls et c’est à cent à l’heure que Peter Jackson nous entraîne dans les mésaventures de nos héros. Les évènement s’enchaînent rapidement en une course poursuite de deux heures trente qui trouve son apothéose avec la rencontre tant attendue avec le dragon Smaug

Martin Freeman est toujours un extraordinaire Bilbo et Légolas/Orlando Bloom nous revient en grande forme accompagné de l’elfe Tauriel si joliment incarnée par Evangeline Lilly. Bien qu’ayant été inventée de toute pièce elle est un personnage fascinant auquel nul ne reste insensible. Peter Jackson est resté fidèle à la terre du milieu et chaque décor, chaque haut-lieu de l’univers de J.R.R. Tolkien est animé d’une beauté à couper le souffle mais c’est bien le dragon Smaug qui cette fois est la star du show. Créé selon une technique identique à celle du Gollum, Benedict Cumberbatch (Sherlock Holmes) lui prête sa voix et ses expressions faciales grâce au procédé de motion capture et... Il est absolument magnifique ! Il est immense, ses écailles sont impénétrables et surtout, il est doté d’une personnalité, est intelligent et possède un pouvoir de persuasion jamais égalé. Sa relation avec Bilbo est d’une précision remarquable : Le premier dragon absolument réussi au cinéma. C’est merveilleux !

Au final : C’est à un spectacle total que nous assistons et du début à la fin on est rivé sur notre fauteuil le souffle court. Plus sombre que le premier, il en est bien mieux rythmé et défile à un rythme d’enfer. Les séquences sont fluides et bien découpées et les scènes d’action sont magnifiquement maîtrisées. Le montage est une œuvre d’art et Peter Jackson pourrait donner des leçons à un grand nombre. « La désolation de Smaug » est un film à voir et revoir et si vous avez aimé le premier « un voyage inattendu » vous allez sûrement adorer celui-ci. Ce film est tout simplement magistral !

Andrée Cormier



Retour au sommaire