SF Mag
     
Directeur : Alain Pelosato
Sommaires des anciens Nos
  
       ABONNEMENT - BOUTIQUE - FAITES UN DON
Sfmag No108
108
2
2
 
j
u
i
l
l
e
t
RETOUR à L'ACCUEIL
BD   CINE   COUV.   DOSSIERS   DVD   E-BOOKS  
HORS SERIES    INTERVIEWS   JEUX   LIVRES  
NOUVELLES   TV   Zbis   PD-AP  
Encyclopédie de l'Imaginaire, plus de 13 000 articles
  Sommaire - Films -  A - F -  All is Lost (Id.)


"All is Lost (Id.) " de J. C. Chandor

 

Réal. & scénariste : J. C. Chandor
Avec : Robert Redford
Distribué par Universal Pictures International France
106 mn - Sortie le 11 Décembre 2013 - Note : 9/10

Une nuit, son voilier heurta un container qui flottait sur l’océan. Une brèche apparut sur le flanc du bateau, qu’il réussit à colmater du mieux qu’il put. Puis il eut la tempête, le mât brisé, le naufrage, et sa situation sur le radeau de survie. Mais jusqu’à quand, qui le retrouvera, lui, simple marin en plein cœur de l’océan, un point minuscule sur une immensité de la partie de la planète.
Lui, c’est Robert Redford. Il est le seul acteur de ce film à priori très casse-gueule, voir complètement fou, qui narre les jours de survie d’un naufragé en plein cœur de d’un océan. Signé - écriture et réalisation - par J. C. Chandor, l’auteur du remarqué « Margin call » avec Kevin Spacey, « All is lost » contre toute attente, se révèle un suspense d’une rare intensité avec un matériau on ne peut plus simple : un homme qui voit son voilier coulé et qui se retrouve en errance sur l’eau dans un radeau de survie pendant plusieurs jours. Comment faire tenir un film sur un canevas aussi limité ? par une succession de petites choses qui transforme une aventure en cauchemar, par l’implication d’un acteur qui va jusqu’au bout de lui-même, n’hésitant pas à plonger - au sens propre comme figuré - dans les pires actions qui soient pour crédibiliser et surtout garder l’intensité nécessaire du récit auprès d’une audience qui de prime abord risque fort d’être rebutée par un tel pitch. Ce serait là une énorme erreur de jugement tant le scénario de Chandor est tendu comme une corde d’arc, que sa mise en scène est au diapason de son scénario, et surtout que Robert Redford parvient avec une maestria simplement ahurissante - il est omniprésent, même dans les pires moments, refusant d’être doublé - , à nous faire vivre ces quelques jours de cauchemar comme si tout le film n’était qu’un documentaire sur les aléas d’un candidat à une course en solitaire. Acteur, scénariste et réalisateur, à eux trois, font de ce film, un survival réaliste, crédible et qui vous tient jusqu’à la dernière image, l’ultime, celle où enfin, on peut reprendre notre souffle, où on revit. Quelque part, c’est simplement extraordinaire.
Stéphane THIELLEMENT

Voir également la chronique de ce film par Andrée Cormier dans la même rubrique



Retour au sommaire