SF Mag
     
Directeur : Alain Pelosato
Sommaires des anciens Nos
  
       ABONNEMENT - BOUTIQUE - FAITES UN DON
Sfmag No109
109
2
 
n
o
v
e
m
b
r
e
RETOUR à L'ACCUEIL
BD   CINE   COUV.   DOSSIERS   DVD   E-BOOKS  
HORS SERIES    INTERVIEWS   JEUX   LIVRES  
NOUVELLES   TV   Zbis   P. Dagon-A. Pelosato  
Encyclopédie de l'Imaginaire, plus de 13 000 articles
  Sommaire - Livres -  Livres Jeunesse -  L’île de la terreur




"L’île de la terreur"
de
Stéphane Descornes/ Christophe Lambert

Editeur :
Nathan
 

"L’île de la terreur"
de Stéphane Descornes/ Christophe Lambert



7/10

Don Alvaro De Parras, le gouverneur de Carthagène, finit par autoriser sa fille, la jeune Ursula, à aller avec son chaperon, sur le Paseo, l’endroit de la ville où se croisent les jeunes gens. Pourtant, il n’en voit pas l’utilité, il lui a trouvé un fiancé. Pendant cette promenade, Ursula est enlevée par quatre pirates qui prennent la fuite sur un voilier, malgré la canonnade déclenchée par Don Alvaro. Or l’enlèvement de celle-ci était une mascarade. Elle avait payé ces pirates, pour fuir le mariage avec un homme trois fois plus âgé qu’elle. Cependant, Barbe-de-feu, le capitaine pirate a changé d’avis. En plus de la bourse bien remplie qu’elle lui a remise, il demande une rançon a son père. Une mauvaise action est toujours punie, et le navire est pris dans une formidable tempête. Seuls quelques survivants, dont le quatuor de départ, atteignent une île inconnue, étrange. Pourtant, au début, tout va bien ! Ils découvrent la statue en grandeur nature et ...en or massif d’une panthère. C’est la fortune, pour peu qu’ils retrouvent la civilisation. Mais bientôt, l’euphorie fait place à un malaise, puis à la terreur quand ils découvrent des hommes statufiés. Quel monstre en est responsable ?

Commencé dans la plus pure tradition du roman d’aventures maritimes, ce récit se conjugue assez vite avec un thème SF se rattachant au space opera teinté de fantastique. L’intrigue s’appuie sur cinq principaux personnages aux caractères classiques. Outre Colin, le narrateur, un jeune mousse ivre d’aventures, Ursula tient la place importante de la « peste », l’enfant gâté au caractère capricieux. Cependant, c’est elle qui évoluera le plus. La représentation du Capitaine est conforme à ce type d’aventure : une brute tyrannique. Mais ce personnage prendra, au fil du récit, un coté plus humain, au caractère plus torturé qu’il n’y paraît dans une première vision. La galerie se complète par le Muet, un colosse dont la force permet des interventions salvatrices et par Abdul, le sage qui apporte l’empathie qui manque au Capitaine. Autour de ce groupe, des personnages secondaires nécessaires à l’action traversent des péripéties menées selon un tempo rapide et s’ordonnant avec naturel. Bien que s’appuyant sur un canevas on ne peut plus traditionnel, le savoir-faire indéniable des auteurs donne un roman vraiment plaisant à lire. Un livre qui mérite quelque prosélytisme !

Serge Perraud


L’île de la terreur, S. Descornes et C. Lambert, illustrations P. Munch, Nathan, collection Comète Science-fiction, mai 2004, 148 pages, euros.





Retour au sommaire