SF Mag
     
Directeur : Alain Pelosato
Sommaires des anciens Nos
  
       ABONNEMENT - BOUTIQUE - FAITES UN DON
Sfmag No108
108
2
2
 
j
u
i
l
l
e
t
RETOUR à L'ACCUEIL
BD   CINE   COUV.   DOSSIERS   DVD   E-BOOKS  
HORS SERIES    INTERVIEWS   JEUX   LIVRES  
NOUVELLES   TV   Zbis   PD-AP  
Encyclopédie de l'Imaginaire, plus de 13 000 articles
  Sommaire - Films -  M - R -  Mud, sur les rives du Mississippi (Mud)


"Mud, sur les rives du Mississippi (Mud) " de Jeff Nichols

 

Réal. & scénario : Jeff Nichols
Avec : Matthew McConaughey, Ty Sheridan, Jacob Lofland, Reese Witherspoon, Sam Shepard, Joe Don Baker, Michael Shannon
Distribué par Ad Vitam
130 mn
Sortie le 1er Mai 2013

Note : 9/10.

Il est des films qui vous cueillent là où on ne s’y attend pas. Par leur intelligence, leur soin, leur conviction, leur originalité, leur simplicité, leur sincérité, et tout un ensemble de qualités formant un tout, pour ne donner au final que quelque chose de presque parfait. Presque car on dit toujours que la perfection n’existe pas. Mais avec « Mud, sur les rives du Mississippi », trouver une parcelle infime de défaut, de faiblesse est une perte de temps...
Sur les eaux du Mississippi, Ellis et Neckbone, deux jeunes adolescents amis depuis les premiers bancs de l’école, partent souvent en canot visiter les îles avoisinantes. Sur l’une d’elles, ils rencontrent Mud. Mud, un marginal portant un tatouage de serpent, un flingue, vivant dans un bateau échoué en haut d’un arbre, Mud qui se cache de la vengeance de la famille d’un homme qu’il a tué, Mud amoureux fou de celle pour qui il a tué. Et pour Ellis, c’est surtout cette dernière chose qui trouve un intérêt à ses yeux. Lui qui de ses quatorze ans, cherche désespérément l’amour pour fuir son foyer familial source de conflits permanents. En échange de services rendus à Mud, Ellis va se rapprocher aussi de Juniper, l’amour de Mud. Et ainsi pour le jeune garçon de connaitre un peu plus ce qu’est l’amour entre un homme et une femme, en même temps que les évènements tragiques parsèment la vie de Mud vont se répercuter sur lui, l’aidant ainsi à passer le cap de l’innocence de l’enfance.
Signé Jeff Nichols qui s’était fait connaitre avec (le surestimé) « Take Shelter » où on y voyait l’halluciné Michael Shannon - qui a aussi un petit rôle dans « Mud » - devenir limite fou suite aux craintes de perspectives de fin de monde l’obligeant à s’enfermer avec les siens dans un abri, « Mud, sur les rives du Mississippi » donne l’occasion au cinéaste de signer une œuvre bien plus pleine de vie, où, malgré le contexte local pessimiste - la violence accompagnant Mud, la crise économique frappant les locaux du Mississippi... - on y respire un sentiment de liberté, de découverte, d’espoir, d’amour. Et sous l’œil aimant du cinéaste pour ce vieux Sud-américain aux parfums rappelant les récits d’un Mark Twain, c’est aussi le portrait d’une enfance qui par la force des choses va passer progressivement à quelque chose de plus adulte. Et ainsi de songer également par moments, de par les personnages concernés et les lieux de leurs actions, en l’occurrence des enfants et leurs jeux et leurs interrogations et leurs premiers émois, à d’autres films tels que « Stand by me » ou encore « Le messager » de Joseph Losey, sublime histoire d’un enfant servant de lien entre deux amants ne pouvant vivre leur passion, quelque chose de très proche à ce qui se passe entre Mud et Juniper. Outre Tye Sheridan - découvert dans « Tree of life » - remarquable en Ellis, c’est aussi et surtout Matthew McConaughey qui époustoufle une fois de plus. L’acteur, après avoir traversé une période de comédies lourdes au possible et définitivement oubliables, retrouve et semble aussi vouloir donner à sa carrière, une direction plus surprenante, instable, surprenante et déroutante. McConaughey, découvert dans des films qui laissaient augurer quelque chose de plus fort (« Lone star », « Le règne de feu » où en colonel halluciné, chauve et cigare au bec, lui donnait tout à fait la possibilité d’endosser le costume d’un « Doc Savage » si quelqu’un en avait eu l’idée..., « U-571 », sans oublier son rôle de shérif fou dans l’étonnant « Emprise » de Bill Paxton, sans oublier non plus « Le droit de tuer ? », son plus gros succès à ce jour...), avait soudain choisi de jouer la carte du play-boy inintéressant au possible. Et depuis « La défense Lincoln » - pas excellent en tant que thriller, mais lui l’est - , l’acteur est passé à des rôles plus sérieux, limites suicidaires comme dans « Killer Joe », « Paperboy », et « Magic Mike », où il met de côté son « sex-appeal », se faisant rosser, tabasser, violenter. Et enfin ici, il trouve en Mud le plus beau rôle de sa carrière, pour un film qui emporte l’adhésion au gré du courant des eaux du Mississippi...

St. THIELLEMENT



Retour au sommaire