SF Mag
     
Directeur : Alain Pelosato
Sommaires des anciens Nos
  
       ABONNEMENT - BOUTIQUE - FAITES UN DON
Sfmag No108
108
2
2
 
j
u
i
l
l
e
t
RETOUR à L'ACCUEIL
BD   CINE   COUV.   DOSSIERS   DVD   E-BOOKS  
HORS SERIES    INTERVIEWS   JEUX   LIVRES  
NOUVELLES   TV   Zbis   PD-AP  
Encyclopédie de l'Imaginaire, plus de 13 000 articles
  Sommaire - Films -  A - F -  Amour et amnésie (50 first dates)


"Amour et amnésie (50 first dates)" de Peter Segal

 

(50 FIRST DATES)

Avec Adam Sandler, Drew Barrymore, Rob Schneider, Sean Astin, Dan Aykroyd

Sortie en France le 30 juin 2004

Prenez un peu de "Mémento", ajoutez y une légère pincée de "Un jour sans fin" et vous obtenez la recette de "50 First Dates".....

Lucy (Drew Barrymore) vit à Hawaii avec son père et son frère. Un an plus tôt elle a été victime d’un accident de voiture qui a endommagé son "lobe temporel". Ce qui veut dire, en clair, que sa mémoire à court terme est complètement inexistante et que chaque matin elle se réveille au matin de l’accident ayant complètement effacé le jour précédent. Pour la préserver, Son père et son frère ont construit un monde autour d’elle et chaque jour ils recréent le même Dimanche.....

Henry (Adam Sandler) est un spécialiste en biologie marine qui travaille dans un zoo avec un morse et un pingouin. Il joue les playboys, drague toutes les femmes qui viennent visiter l’Île d’Hawaii, les séduit mais c’est juste pour une nuit car il a peur de s’engager....

Lorsqu’il rencontre Lucy il en tombe éperdument amoureux mais, bien sûr, lorsqu’il la retrouve au restaurant le lendemain elle ne se souvient absolument pas de lui : "Qui êtes-vous ?? Je ne vous ai jamais vu !" lui hurle-t-elle.... Henry ne comprend plus rien mais il va finalement découvrir ce qui s’est passé un an plus tôt et décide d’aider Lucy malgré l’opposition formelle de sa famille.

Je n’aime pas particulièrement Adam Sandler dont la plupart des films sont, pour moi, à la limite du tolérable : mais, celui-ci, est bien différent. Au vu des premières séquences je me suis dit "Oh la la !" et..... Drew Barrymore apparaît.... et l’intérêt du film prend une autre dimension. Elle est à l’aise dans ce rôle qui lui va comme un gant et ca se voit !

Pour tenter de gagner le cœur de Lucy, Henry est obligé, chaque jour, de lui donner l’illusion qu’il la rencontre pour la première fois et qu’ils échangent aussi, pour la première fois, leur premier baiser..... la solution qu’il trouve pour rester avec elle n’est pas une "guérison miracle" à la manière Hollywoodienne comme je le craignais ! Cette fin inattendue ajoute un véritable plus à cette charmante comédie romantique.

"50 First Dates" est sans conteste le meilleur film qu’ai jamais fait Adam Sandler. Les gags ne sont pas trop mauvais, le déroulement en est touchant, c’est drôle et triste à la fois... et le couple qu’il forme avec Drew fonctionne à merveille.

Sean Astin qui joue le rôle du frère de Lucy est étonnant de talent en culturiste "matamore" qui essaie de casser la figure à Henry mais n’y arrive jamais et la scène du lustre est vraiment très drôle... On est bien loin du gentil Hobbit du "Seigneur des Anneaux".... Nous découvrons la que Sean est un acteur très versatile et j’espère que nous le reverrons souvent.

Et bien sur, n’oublions pas Dan Aykroyd dans le rôle du Dr. Keats, le chirurgien qui prend soin de Lucy et Rob Schneider qui a collaboré depuis 16 ans à la plupart des films d’Adam Sandler et qui joue ici le meilleur ami d’Henry.

Tourné dans une douzaine de locations sur l’Île d’Oahu à Hawaii et entre autre dans un champs d’ananas de la Compagnie Dole et sur la célèbre plage du film "tant qu’il y aura des hommes", les vues sont magnifiquement filmés par Jack Green (A man apart, The bridge of Madison County) qui a su avec habilité mettre en valeur ces magnifiques et sauvages paysages.

Dirigé par Peter Segal (Anger Management) on peut réellement dire que celui-ci a trouvé l’exacte balance entre la comédie et le drame de cette histoire : "50 First Dates" a le charme un peu suranné et, Oh combien magique et cher à nos coeurs, des anciennes comédies en Cinémascope, celles du temps Rock Hudson/Doris Day et croyez moi c’est bien agréable !

Andrée Cormier



Retour au sommaire