SF Mag
     
Directeur : Alain Pelosato
Sommaires des anciens Nos
  
       ABONNEMENT - BOUTIQUE - FAITES UN DON
Sfmag No111
110
2
3
 
a
v
r
i
l
RETOUR à L'ACCUEIL
BD   CINE   COUV.   DOSSIERS   DVD   E-BOOKS  
HORS SERIES    INTERVIEWS   JEUX   LIVRES  
NOUVELLES   TV   Zbis   P. Dagon-A. Pelosato  
Encyclopédie de l'Imaginaire, plus de 13 000 articles
  Sommaire - DVD -  S à Z -  When the lights out


"When the lights out "
de Pat Holden
 

Sorti le 14/09/2012 (UK). Pas de date encore prévue en France
Avec : Kate Ashfield, Nicky Bell, Alan Brent...

Ce film est inspiré d’un fait divers célèbre de l’autre côté de la manche. Il nous narre l’histoire d’une famille emménageant dans le Yorkshire, en 1974, pendant que le pays procède à de régulières coupures d’électricité (nous sommes alors en plein choc pétrolier).
Mais ce long métrage est plus qu’un simple film de maison hantée. En effet, ces derniers sont, tout comme les troupes de l’enfer, légion. Parvenir à se démarquer dans ce contexte est une tâche difficile, voire impossible. D’autant que si certains d’entre eux frisent l’excellence, un grand nombre d’autres ne font que surfer sur une vague qui commence à être moribonde depuis un petit moment, malgré quelques récents sursauts (Insidious, La dame en noir ou encore Sinister)
Pourtant When the lights went out parvient quand même à tirer son épingle du jeu.
Cela grâce au principal parti pris du réalisateur, Pat Holden, qui est de placer son histoire dans les années soixante-dix, et de la centrer sur ses personnages, notamment féminins. Ainsi, sans toutefois tomber dans l’étude de mœurs, les protagonistes sont régulièrement mis en face de leurs propres contradictions (la mère, tiraillée entre la libération de la femme et son rôle de femme au foyer, en totale opposition avec son amie, éternelle ado flamboyante, bloquée à la lisière de l’âge adulte...).
Ce sont alors leurs réactions face cette situation paranormale qui nous surprennent, plus que les interventions du fantôme. Ces dernières, toujours bien préparées et amenées, restent néanmoins dans le domaine du « déjà vu ailleurs ». Elles nous font sursauter, mais on se dit toujours après coup qu’on l’avait vu venir.
Les décors et le directeur de la photographie contribuent également à la réussite de ce film. Le récit est parfaitement ancré dans ses décors d’époque qui n’apparaissent pas comme être de simples reconstitutions, mais bel et bien des « décors naturels ».
Une agréable surprise, donc, qui aurait mérité une mise en lumière plus prononcée, en tout cas plus qu’un film comme Possédée, qui, malgré des moyens plus ambitieux, est décevant de bout en bout.
When the lights out ne va certainement pas révolutionner le genre, mais sa crédibilité vous entraînera pendant 90 minutes dans un passé pas si lointain et dans lequel les maisons hantées faisaient encore peur.
Guettez donc sa sortie en DVD/Bluray, qui, je pense ne devrait pas tarder.

Note film : 7/10. Sortie en Angleterre : 2012. Pas de date prévue en France. DTS, Dolby numérique. 2.35 : 2 Cinemascope.

Luc Bertocci



Retour au sommaire