SF Mag
     
Directeur : Alain Pelosato
Sommaires des anciens Nos
  
       ABONNEMENT - BOUTIQUE - FAITES UN DON
Sfmag No111
110
2
3
 
a
v
r
i
l
RETOUR à L'ACCUEIL
BD   CINE   COUV.   DOSSIERS   DVD   E-BOOKS  
HORS SERIES    INTERVIEWS   JEUX   LIVRES  
NOUVELLES   TV   Zbis   P. Dagon-A. Pelosato  
Encyclopédie de l'Imaginaire, plus de 13 000 articles
  Sommaire - DVD -  S à Z -  Werewolf, la nuit du loup-garou (Werewolf, the Beast Among Us) - Edition Blu-ray (France)


"Werewolf, la nuit du loup-garou (Werewolf, the Beast Among Us) - Edition Blu-ray (France) "
de Louis Morneau
 

Avec Ed Quinn, Stephen Rea, Nia Peeples, Rachel DiPillo, Steven Bauer, Guy Wilson
Universal Home Vidéo

Dans un petit village, en plein cœur de forêts sombres, un loup-garou sème la panique. Daniel, jeune assistant du médecin légiste local, décide de se joindre à un groupe de chasseurs professionnels, spécialistes de la traque de toute créature monstrueuse. Mais au fur et à mesure de leur traque, les cadavres s’amoncellent et Daniel commence à penser qu’ne fin de compte, cette bête est bien plus intelligente qu’il n’y parait, qu’elle ne fait rien au hasard et surtout, qu’elle est l’un de ses proche. La nuit tombée, la plus forte de toutes les pleines lunes éclaire les environs. Elle signifie également qu’à la prochaine transformation, le loup-garou gagnera le pouvoir ultime : celui de se transformer selon sa volonté...
D’accord c’est un DTV - qui bénéficie quand même du support Blu-ray...- MAIS c’est aussi et surtout le nouveau film de Louis Morneau. Oui, pour les amateurs, le gars est connu ; pour les autres, c’est... Qui ? Louis Morneau, un cinéaste de séries B qui a commencé avec Roger Corman en signant le nanar « Carnosaur 2 », et qui explose littéralement dans le genre - de la série B et du Fantastique - avec l’épatant et génial « Retroactive » (existe en zone 1 au bon format, et il vaut largement la dépense...) ou Jim Belushi, sociopathe dangereux, poursuivait une femme laquelle trouvait refuge dans un laboratoire militaire travaillant sur les voyages dans le temps, ce qui faisait qu’ils revivaient leur poursuite inlassablement mais en s’en souvenant à chaque fois... Complètement barré mais de façon simplement géniale, et bénéficiant d’une mise en scène et d’une réalisation taillée au scalpel ! Ensuite, le gars fait « Bats avec Lou Diamond Phillips (invasion de chauve-souris mais le talent est là, une maitrise de l’action qui sauve tout !) ; l’épatant polar noir produit par Joel Silver « Made men » ; la séquelle totalement impossible mais il l’a faite et c’est un milliard de fois mieux que le remake de l’original, j’ai nommé « Hitcher 2 » ; une autre séquelle d’un thriller d’angoisse efficace signé John Dahl, à savoir « Joyride 2 » soit « Une virée en enfer 2 » (quel titre français de m... quand même !). Et aujourd’hui « Werewolf ». Eh bien, comme pour les autres, au vu des moyens, de l’histoire, Morneau livre une fois de plus une série B jouissive en diable, foutrement bien tenue, aux effets spéciaux efficaces et surtout bien utilisés et intégrés dans l’histoire, bénéficiant d’un soin particulier derrière la caméra. En bonus, en écoutant Morneau (le look du gars : un loup-garou qui n’aurait pas fini sa retransformation en homme !), on découvre qu’il s’est investi dans le projet, qu’il l’a soigné comme si c’était une production de plusieurs dizaines de millions de dollars, et qu’il a une vision de son film précise. Comme beaucoup, certes, sauf que lui, il est bourré de talent ! Et pourquoi alors, ce gars-là n’est jamais sollicité pour des gros films basiques qui pourraient y gagner en qualité rien qu’avec le talent de Morneau mis dans la balance ? On ignore, on ignore les lois de Hollywood, ou peut-être est-ce lui qui ne veut pas rentrer dans cette entreprise trop lourde... Toujours est-il que son « Werewolf » est plus que sympathique, soigné, bénéficiant d’idées parfois géniales (la transformation en lycanthrope d’un mec attaché en hauteur entre deux arbres, par exemple...), et surtout d’un rythme, de plans, dignes de ce nom, bref un très bon inédit qui entre d’autres mains, n’aurait été qu’un nanar irregardable. En bonus, on aura droit au plaisir de capter de temps en temps les propos de Louis Morneau, d’éventuellement revoir le film avec son commentaire audio, mais simplement ces quelques minutes avec Louis Morneau permettent surtout de voir que ce cinéaste est définitivement un des meilleurs qui soient sur le marché à l’heure actuelle. Mais qu’est-ce qu’ils attendent pour lui confier un vrai budget pharaonique à la hauteur de son talent pour nous donner un des plus grands films d’action de tous les temps. Hein, qu’est-ce qu’ils attendent ?

Note film : 7/10
Blu-ray : copie excellente, format d’origine 1.78 image 16/9ème -Bonus (vostf) : 8/10 : commentaire audio du réalisateur Louis Morneau et du producteur Mike Elliott ; scènes coupées ; documentaires sur les effets spéciaux, la transformation de l’homme à la bête, avec interviews des acteurs, des maquilleurs et du réalisateur.

St. THIELLEMENT



Retour au sommaire