SF Mag
     
Directeur : Alain Pelosato
Sommaires des anciens Nos
  
       ABONNEMENT - BOUTIQUE - FAITES UN DON
Sfmag No109
109
2
 
n
o
v
e
m
b
r
e
RETOUR à L'ACCUEIL
BD   CINE   COUV.   DOSSIERS   DVD   E-BOOKS  
HORS SERIES    INTERVIEWS   JEUX   LIVRES  
NOUVELLES   TV   Zbis   P. Dagon-A. Pelosato  
Encyclopédie de l'Imaginaire, plus de 13 000 articles
  Sommaire - Films -  A - F -  Argo (Id.)


"Argo (Id.) " de Ben Affleck

 

Scénario : Chris Terrio, inspire du roman “The master of disguise” d’Antonio J. Mendez et de l’article “The great escape” de Joshua Bearman paru dans Wired Magazine.
Avec : Ben Affleck, Bryan Cranston, Alan Arkin, John Goodman, Clea DuVall
Distribué par Warner Bros. Entertainment France
119 mn.
Sortie le 7 Novembre 2012.

Note : 9/10.

Depuis « Gone baby gone » et surtout « The town », on sait que Ben Affleck derrière la caméra est capable de signer d’excellents produits (surtout le second). Aussi, l’annonce de son troisième suscite légitimement une certaine impatience. Seule différence majeure avec ses œuvres précédents, le scénario est tiré ici d’une histoire vraie...
Il y a exactement trente-trois ans, la révolution iranienne atteignait son point ultime. Khomeiny passait au pouvoir, et ses activistes renversaient tout symbole lié au régime précédent. C’est durant cette période que l’ambassade américaine fut assaillie, faisant une cinquantaine de prisonniers. Mais six américains étaient parvenus à s’enfuir et à trouver refuge dans l’ambassade du Canada. Les USA réalisèrent rapidement que leurs jours étaient comptés et que dès qu’ils seraient découverts, les six fugitifs seraient alors exécutés. La CIA lança un programme de sauvetage, confié à un spécialiste de l’exfiltration, Tony Mendez. Mais ce dernier ne trouva aucune solution valable jusqu’à une ultime, la plus folle, invraisemblable qui soit. Elle serait liée au monde du cinéma et pourrait fonctionner. Lançant l’opération baptisée « Argo », Mendez prit les risques les plus dangereux, se vit même lâché par le gouvernement américain avant qu’il ne décide de continuer sa mission, coûte que coûte, aux risques et périls de chacun.
Cette période de révolution islamiste, on la connait tous (enfin, presque tous...), on a encore certaines images en tête, bref on la situe. La libération totale des otages également. Mais celle de ces six fugitifs, beaucoup moins. Et quant à leur sauvetage, là, c’est carrément le territoire inconnu. Elle ne fut révélée qu’il y a quelques années, et c’est sur la base d’articles de presse que s’écrivit ce scénario, auquel s’intéressa le producteur George Clooney (guère étonnant...), suivi dans la foulée par Ben Affleck qui montra son intérêt tant pour jouer Tony Mendez que pour réaliser le film. Le résultat fait partie de ces abracadabrants récits d’évasion, complètement invraisemblables, et pourtant vrais, plus que vrais. Et Affleck de restituer une époque criante de vérité, jusqu’au moindre détail, et surtout de bâtir une formidable histoire complètement prenante, qui trouve son paroxysme dans sa demi-heure finale, petit bijou d’orfèvrerie quant à sa méticulosité, sa précision, et un suspense simplement tendu comme une corde de piano. Le moindre détail tant d’écriture que de mise en scène pouvant tout faire capoter, il n’en sera rien. Et durant tout ce qui précède, Affleck saura mettre en place ses pions, la logistique du plan d’évasion, le contexte politique - sans prendre le moindre parti, les faits parlent d’eux-mêmes, chacun en prend pour son grade... - et les relations entre les divers intéressés qu’une cohésion parfaite devait lier pour garantir le succès de l’opération. Alors oui, le titre est bizarre - moins quand on connait sa signification... -, on pouvait craindre un thriller politique dirigé, s’attendre à des discussions pesantes, il n’en est rien : « Argo » est un formidable thriller d’action politique (si cet ensemble peut exister pour le qualifier !), passionnant du début à la fin, et qui époustoufle par sa maitrise et ce jusqu’à la dernière image. Ben Affleck l’acteur peut être fier de Ben Affleck le réalisateur, son talent s’affine de film en film, de façon simplement remarquable.

St. THIELLEMENT



Retour au sommaire