SF Mag
     
Directeur : Alain Pelosato
Sommaires des anciens Nos
  
       ABONNEMENT - BOUTIQUE - FAITES UN DON
Sfmag No108
108
2
2
 
j
u
i
l
l
e
t
RETOUR à L'ACCUEIL
BD   CINE   COUV.   DOSSIERS   DVD   E-BOOKS  
HORS SERIES    INTERVIEWS   JEUX   LIVRES  
NOUVELLES   TV   Zbis   PD-AP  
Encyclopédie de l'Imaginaire, plus de 13 000 articles
  Sommaire - Dossiers -  La Compagnie des Glaces par Serge Perraud -  Les principaux personnages -  Kurts (et sa Locomotive)

Article précédent :
Ann Suba
Article suivant :
Frère Pierre

"Kurts (et sa Locomotive)"


          

Bien que tous les héros évoqués précédemment soient des aventuriers, Kurts représente une autre facette du personnage de roman d’aventures : le baroudeur, le mercenaire qui travaille pour son compte ou pour celui qui le paie le mieux. Lorsque le lecteur fait sa connaissance, il est pirate et attaque les convois de toute nature, dans La Compagnie. Il est preneur d’otages et capture le train de Floa Sadon et des actionnaires. Mais son rôle s’infléchit déjà, car il révèle à la Belle que ce convoi était programmé pour disparaître et qu’il lui sauve en fait la vie. L’aspect négatif du bandit de grand chemin est gommé par G.-J. Arnaud car, comme « La cavalerie »,il arrive à point nommé pour tirer le héros du mauvais pas où ses tribulations l’ont conduit. Il délivre Lien lorsque celui-ci sera prisonnier d’une Floa qui cherche à l’échanger à Lady Diana, contre des trains de marchandises pour sa compagnie en pénurie. Il est l’auteur de la « résurrection » de Lien après sa congélation par les Éboueurs, il le suit dans le S.A.S. et s’acharne à retrouver les traces du passé. Là, il en profite pour faire un fils, Kurty, avant de prendre sa place dans le peloton des acteurs de l’intrigue.
Mais Kurts n’est rien sans sa Locomotive. Celle-ci est monstrueuse : Elle deviendra d’ailleurs, au fil des volumes, un personnage presque à part entière, un objet de culte au sein d’une secte dont les membres l’adorent comme un dieu. Mais elle sert fidèlement, pendant sa longue absence, aussi bien Yeuse que Farnelle. Dans les premiers tomes, l’auteur, pour décrire les liens entre l’homme et sa machine, trouve des accents qui rappellent Zola et La Bête humaine.