SF Mag
     
Directeur : Alain Pelosato
Sommaires des anciens Nos
  
       ABONNEMENT - BOUTIQUE - FAITES UN DON
Sfmag No110
110
2
2
 
j
a
n
v
i
e
r
RETOUR à L'ACCUEIL
BD   CINE   COUV.   DOSSIERS   DVD   E-BOOKS  
HORS SERIES    INTERVIEWS   JEUX   LIVRES  
NOUVELLES   TV   Zbis   P. Dagon-A. Pelosato  
Encyclopédie de l'Imaginaire, plus de 13 000 articles
  Sommaire - Interviews -  Pierre Bordage


Interview de Pierre Bordage
Par Par Emmanuel Collot

Dernier ajout : mercredi 12 mai 2004

"Pierre Bordage"

S-f Mag : Bonjour Pierre. On assiste depuis quelques années à l’émergence d’un grand nombre d’auteurs français de SF : pour le meilleur ou pour le pire ?

Pierre Bordage : C’est une très bonne chose mais force est de constater que c’est en Fantasy que cette émergence est la plus marquée.

SF-Mag : De jeunes écrivains vous ont lu et apprécié avant de se mettre à écrire ; vous en avez influencé beaucoup : vous vous retrouvez parfois dans leurs écrits ?

Pierre Bordage : Non pas vraiment et je vous avouerai que je ne lis pas du tout de SF française n’ayant pas assez de temps pour cela mais il y a des talents qui arrivent sur le devant de la scène. Pas vraiment en Sf mais plutôt en Fantasy.

SF-Mag : Certains vous demandent-ils aide, conseils ou avis ? Comment le prenez-vous ?

Pierre Bordage : Cela me flatte toujours beaucoup. Mais je ne pense pas qu’il y ait vraiment de méthodes ou de manières d’écrire un récit parfait. Mon inspiration je la puise à la base aux sources même des mythes ainsi que la bible et tous ses corollaires qui sont des passages obligés selon moi pour alimenter l’imagination du futur écrivain.
Il y a des règles certes, des règles propres à notre langue qu’il faut suivre mais il y a un processus de création qui échappe totalement à toute méthode enseignée.

S-f Mag : Que pensez-vous des éditeurs de Sf actuels ?

Pierre Bordage : il y a à une profusion d’éditeurs qu’il n’y avait pas avant ce ne peut être qu’une bonne chose.

S-f Mag : Pensez-vous qu’ils soient mieux entourés et conseillés en générale, que leur position de créateur soit plus confortable que la vôtre au même âge (25-35 ans) ?

Pierre Bordage : Ce n’est pas le même contexte, mais les difficultés sont encore grandes. Aujourd’hui le temps est à la Fantasy comme on peut le voir avec les éditions Bragelonne. Donc c’est moins confidentiel, cela cible un plus large public.

S-f Mag : Que pensez-vous des éditeurs SF actuels ?

Pierre Bordage : A part les éditions Atalante qui publient beaucoup de talents la palette s’est élargie et c’est une bonne chose. mais qu’on ne s’y trompe pas, c’est la fantasy qui tient la barre avec Bragelonne en tête.

S-f Mag : Selon vous, la jeune SF française soutient-elle la comparaison avec l’anglo-saxonne ?

Pierre Bordage : Comme je l’ai déjà dit je n’en lis pas ou peu, mais au risque de me répéter il y a une jeune école de Fantasy novatrice et féconde autour de Stéphane Marsan et Alain Névant qui promet beaucoup avec des auteurs comme Loevenbruck, Gaborit.

S-f Mag : Beaucoup de jeunes lecteurs donnent dans la fantasy et le steampunk : appréciez-vous ces genres très peu pratiqués il y a 15-20 ans ?

Pierre Bordage : Avant on parlait de Sf même à propos de la fantasy, mais depuis que le genre s’est codifié force est de constater que ce sont deux genres qui font relief à présent. Je vais d’ailleurs me lancer sous peu dans un projet de Fantasy, en fait une Fantasy historique avec des éléments surnaturels que j’inscrirai dans le contexte des guerres de Vendée.

S-f Mag : Ne regrettez-vous pas un certain manque d’engagement politique ?

Pierre Bordage : Je ne pense pas que ce soit là la vocation d’un écrivain de SF et à plus forte raison de Fantasy. Par contre les interrogations humanistes et les problèmes que peuvent poser les technologies futures sont des paramètres que le genre a souvent abordé, on en voit un exemple dans "Carbone modifié" de Richard Morgan publié chez Bragelonne. La violence dans certains de mes récits peut être vue comme une catharsis et ce même si ce n’est pas ma première optique affichée. On retrouve dans ces genres de récits des choses qu’on apporte souvent avec soi-même. De plus comme je l’ai déjà dit je compte bientôt aborder la Fantasy barbare ou du moins s’y approchant mais sous un axe plus réflexif avec un héros plus réfléchi. Le personnage de Druss crée par gemmel est intéressant, je voudrais un personnage avec un pathos plus marqué, vivant et authentique.

S-f Mag : Merci beaucoup Pierre et à très bientôt


Retour au sommaire